AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dressage musclé [PV Léonie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Démon et Marchand d'Esclaves
avatar

Démon et Marchand d'Esclaves


Messages : 1153
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 29
Localisation : Salle de dressage/Tour des dirigeants/Bureau de Shin(2)

Passeport de YNS
Race: Démon
Pouvoir: Télékinésie
Maître/Esclave de: Maître de Laurelin et de Alexandra

MessageSujet: Dressage musclé [PV Léonie]   Mer 21 Juil - 16:25

Lien du RP précédent => ICI

Soumission. Un beau mot n'est-ce pas ? Un mot qui signifie obéir à quelqu'un sans omettre de résistance. La soumission est une des notions les plus présentes sur Yuutou, en compagnie de la luxure et de la perversité. Il y avait toujours un rapport maître/esclave sur cette île entre ses habitants, les plus forts soumettant les plus faibles. Voilà le travail de Shin, soumettre les autres, les plus faibles pour en faire des objets de désir, les plus récalcitrants finissaient entre ses mains. Il se voyait alors confier la tâche de les former, de leur laver le cerveau de toute résistance, de toute envie de se rebeller. Et il devais se l'avouer, ile le faisait avec brio. D'abord faire fondre la barrière du physique, affaiblir les défenses biologiques et morphologiques pour arriver à la seconde couche: le mental. A ce moment là, il n'avait plus qu'à vaincre cette barrière fragile, la faire éclater pour parvenir à ses fins. Il avait répété cette manœuvre sur plusieurs cobayes, sur les centaines de créatures qui étaient passées entre ses mains, et tous, oui tous, avaient succombé à ces méthodes ... Tous. Sans exception.

Aujourd'hui c'était le tour d'une hybride qui devait avoir une séance spéciale de dressage. Et quelle hybride ! Une beauté comme on en faisait rarement ! Aux courbes parfaites et au charme plus que certain. Une vraie fleur dans un monde de chaos et ce n'était pas peu dire sur cette île. Shin l'avait emmené dans une de ses salles de dressage, elle était nue à cause de l'altercation entre un des gardes du démon et elle. Après avoir tenté de la violer, le garde s'était vu contraint de subir la colère de son maître qui l'avait empêché de parvenir à ses fins. Heureusement d'ailleurs, car une telle rose des sables ne devait pas être souillée par un démon de cette envergure, d'une si étroitesse d'esprit. Elle méritait bien mieux, cela se voyait au regard fort mais néanmoins fragile qu'elle arborait dans ses obsidiennes. Léonie, de par son nom qu'elle lui révéla, semblait avoir un fort caractère bien qu'elle semblait désemparée au moment où le garde allait prendre possession de son intimité. Elle le provoqua, sans montrer la moindre peur sur son visage, chose rare mais possible en ces lieux pour les personnes qui ne le connaissent pas. Mais ils finissent tous par changer d'avis ... Tous. Sans exception.


- Pourtant c'est ce que je suis Léonie. Le maître de ces lieux, gérant de ce magasin, marchand d'esclave pour l'île de Yuutou No Shima et dresseur à mes temps perdu. Voyez plutôt ça comme un passe-temps, même si je le prends très à cœur ...

Un sourire carnassier apparut sur son visage. Oh oui, dresser il aimait cela depuis qu'il était en âge de raison, le dressage était une passion pour lui. Mettre au pas ces créatures faibles étaient devenus un don pour lui, il savait s'y prendre et se faisait respecter pour cela, personne ne crachant sur ses méthodes, toutes aussi efficaces les unes que les autres. Shin s'approcha de la jeune hybride qui montra des signes de réticence à le voir s'approcher mais garda tout de même la tête haute, malgré sa tenue d’Ève qu'elle portait en ce moment même. Nue. Elle le défiait du regard alors qu'il s'approchait d'elle tel un prédateur qui amadoue sa proie pour mieux la dévorer. Il y a des animaux qui agissent ainsi ... Il charme ses proies pour ensuite les dévorer plus facilement. Ingénieux. Le démon prit alors rapidement les bras de l'hybride et la plaqua contre le mur, entravant ses membres avec une force peu commune. Il n'utiliserait pas d'ustensile pour elle. Il fallait voir à quel point elle pouvait se rebeller, jusqu'à quel point elle essayerait de lui résister. Ensuite, il prendrait des mesures adéquates pour faire flancher la demoiselle. Tester, analyser puis opérer, il fallait agir dans cet ordre ...

- Ne soyez si hautaine avec moi chère Léonie. Je ne suis pas le garde qui vous a violenté tout à l'heure. Je suis un démon courtois et qui sait se montrer ... compréhensif. Alors ne montez pas sur vos grands chevaux, vous me verrez contraint de vous forcer à capituler devant moi. Parlons calmement voulez-vous ... Ce serait mieux pour vous ...

Shin contempla alors le corps de l''hybride, sa poitrine se soulevant au rythme des battements de son cœur qui semblait battre la chamade, l'excitation, l'adrénaline et peut-être même la peur prenant le dessus sur la raison. Il fallait attendre que le fruit soit mure avant de le cueillir, sinon aucune saveur ne se ferait sentir dans la bouche. Non il fallait prendre son temps, lui montrer qui commandait et ensuite seulement il pourrait commencer sa torture physique ...

_________________


Je vais m'occuper de ton dressage Invité ...

Incarne aussi Raziel


Dernière édition par Shin Kotsuki le Mar 25 Jan - 15:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rudy0end0co.skyrock.com/
L’œil Fendu
avatar

L’œil Fendu


Messages : 345
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 25

Passeport de YNS
Race: Neko
Pouvoir: Nyctalopie ♥
Maître/Esclave de: Shin Kotsuki ♥

MessageSujet: Re: Dressage musclé [PV Léonie]   Dim 22 Aoû - 19:14

Léonie avait crépiter des paroles austères pour la personne qui lui faisait face, et qui estimait avec un regard insondable le corps dépourvu de toutes textures artificielles, et trop superficielles dans cette salle spécifique à des traitements peu ordinaires. Elle avait pincé ses yeux de résistance, accentuant le côté coriace de la jeune demoiselle affranchie qu'elle était pour peu de temps. Lorsqu'elle écoutait son discours élogieux, ses yeux s'écarquillèrent en deux anneaux parfaitement ronds, qui écartèrent la faille qui clivait auparavant ses yeux en deux parties distinctes. Elle écoutait, son visage dessinant des traits embarrassés face à la grande allocution de Shin, alors que son ouïe lui grésillait chaque mot comme une révélation graduellement accablante.

« Pourtant c'est ce que je suis, Léonie. Le maître de ces lieux, gérant de ce magasin, marchand d'esclave pour l'île de Yuutou No Shima et dresseur à mes temps perdus. Voyez plutôt ça comme un passe-temps, même si je le prends très à cœur... »

Elle esquissa un sourire involontaire sous la gêne, alors que ses sourcils se dressaient en deux courbes indécises. Elle n'arrivait pas à croire qu'elle était en présence de l'un des dirigeants de ce marché noir si fétide. Elle ne voulait pas admettre qu'elle se retrouvait dans une situation similaire à celle de sa jeunesse, elle ne voulait pas accepter le fait de se retrouver une nouvelle fois impuissante face à de la richesse. En effet, elle restait incapable de combattre les murs battis par l'argent de son père, et ne pouvait détruire les barreaux qui l'avaient véhiculée jusqu'à ce trou. L'argent, la richesse, la luxure des mâles sur cette île avaient le même pouvoir d'imposer une domination par la contrainte afin d'assouvir tous les désirs intouchables de ces hommes.

Elle était tombée entre les mains de l'un des possesseurs du titre à l'apogée de la hiérarchie de cette île ; elle avait croupi dans la cage d'un manant et allait bientôt recevoir une "noble" captivité ? Même si la loge dont elle hériterait ne serait pas aussi vétuste que sa chambre, elle voulait tout simplement n'appartenir à personne, ne plus dépendre, ne pas s'éprendre... L'anxiété de tous les futurs qu'elle s’imaginait érodait ses pensées délibérées, les entravant dans le nuage nébuleux de l'effroi. Elle secoua d'un côté à l'autre sa tête envahie de sentiments futiles et vaporeux, afin de retrouver un esprit lucide et clairvoyant.


« Elle n'est pas l'une de vos esclaves, Shin. Je ne serai jamais vôtre, vous avez dû faire erreur sur la personne. »

Elle admira le visage neutre de Shin qui la reluquait avec des yeux inquisiteurs, alors qu'elle gardait à cœur ses airs effrontés et rebelles. Il consuma du regard l'âme qui était caché derrière les pupilles d'ébène de la splendide créature qui l'intéressait, puis il sourit avec satisfaction devant le défi que la pauvre nudiste venait de lui lancer. Allait-il réussir à vraiment obtenir ce qu'il était venu chercher, ici ? Il ne comptait pas attendre, et il prit déjà possession de son bien encore non-acquis ; il lui attrapa sans retenue les bras. Le choc imparable plaqua son dos contre les murs irréguliers de cette salle d'épreuves et de torture, alors qu'il prenait une position imposante trop près d'elle.

Elle tirait sans utilité sur ses bras faméliques de force, dont le peu d'énergie ne faisait aucunement vibrer la puissance musculaire de cet agresseur tendancieux. Elle dévorait de haine ces yeux trop sûrs d'eux, trop possessifs et trop présomptueux. Elle avait envie d'humecter ce visage arrogant et dédaigneux de sa salive, en lui crachant ne serait-ce qu'une tâche d'insolence sur cette joue parfaite. Les traits de Léonie étaient déformés par la confiance si vite trahie qu'elle lui avait donné, il n'était pas plus que ce garde, à la différence qu'il paraissait peut-être moins sale. Elle avait donc des petites fissures qui se dessinaient sur le front, entre ses deux yeux, et à la naissance de son nez, qui exprimaient une rage étouffée et bâillonnée par la politesse.


« Ne soyez si hautaine avec moi chère Léonie. Je ne suis pas le garde qui vous a violenté tout à l'heure. Je suis un démon courtois et qui sait se montrer... compréhensif. Alors ne montez pas sur vos grands chevaux, vous me verrez contraint de vous forcer à capituler devant moi. Parlons calmement voulez-vous... Ce serait mieux pour vous... »

Léonie avait les oreilles muettes de mouvements. Elle était insultée d'être hautaine sans n'avoir fait un pas sur la case de l'impolitesse, et il se disait maintenant courtois ? Elle était glacée de consternation. Après avoir eu l'esprit abattu, elle décida d'écouter ce qu'il avait à dire "calmement" d'après ses dires, non sans rester de marbre. Elle inspira profondément, gonflant ses seins protubérants, s'agglutinant en deux masses charnues, qui se frottèrent contre le torse de l'étalon romantique face à elle. Sa langue claqua sur son palais, résonnant comme des insultes entre les canines dardées de mépris qui se dessinaient sous ses lèvres retroussées d'horreur. Tout en parlant, elle ne cessait de gesticuler son torse, cherchant sans innocence à se soustraire de ce câlin qui accueillait avec merveille sa réprobation.

« Que voulez-vous donc me dire calmement ? Si vous êtes si courtois, engagez donc la discussion qui vous dessèche la langue d'impatience. Après tout, je n'ai pas le choix de vous écouter ou pas, vous me tenez dans vos mains avec une courtoisie exemplaire, comme vous l'avez si bien souligné. »


Dernière édition par Léonie Suzuki le Jeu 9 Sep - 23:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Démon et Marchand d'Esclaves
avatar

Démon et Marchand d'Esclaves


Messages : 1153
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 29
Localisation : Salle de dressage/Tour des dirigeants/Bureau de Shin(2)

Passeport de YNS
Race: Démon
Pouvoir: Télékinésie
Maître/Esclave de: Maître de Laurelin et de Alexandra

MessageSujet: Re: Dressage musclé [PV Léonie]   Mar 7 Sep - 15:40

Phase un, instaurer un climat de domination, montrer qui donne les ordres et remettre à sa place le sujet; phase deux, une fois la phase un accomplie, il faut faire monter la peur et le doute chez le même sujet,lui faire comprendre de quoi il retourne et qu'est-ce qu'il l'attend; et phase trois, une fois la phase deux prête, engager les tortures psychologiques et/ou physiques en crescendo, de plus en plus loin et de plus en plus fort. Simple. Efficace. Résultat garantie. Ces trois phases, bien respecter et mener à bien peut amener le sujet là où le tortionnaire le veut et en faire ce que bon lui semble. Shin en était à cette toute première phase, celle où il fallait instaurer une atmosphère où lui dominait et où la neko serait la soumise. Il fallait briser ses barrières, lui faire comprendre qu'elle n'avait aucun pouvoir d'autorités en ces lieux et que les règles il les fixait et elle serait obligée de les suivre. Le démon pouvait le voir dans ses yeux, cet envie de se rebeller, de le provoquer mais le démon gardait son éternel sourire joueur, celui qui dissimulait ses pensées mais qui laissait présager tout le mauvais dont il était capable ... Il contemplait ce visage qui se renfrognait et ce corps qui essayait de se débattre vainement entre sa poigne de fer alors elle usa que de ce qu'elle pouvait utiliser: les mots mais sur ce domaine, elle trouverait également son maître ...

Alors qu'elle finissait de cracher son venin sous forme de lettres et de syllabes, le démon continua de la fixer comme figé dans le temps, seuls ses yeux se mouvaient encore dans leurs orbites. Ses obsidiennes bleus clairs répandaient son influence néfaste dans son regard, pervertissant sa raison, se voulant menaçant, faisant crouler n'importe lequel esprit humain ou hybride. Puis, sans crier gare, une main s'abattit sur la joue de Léonie. Sans grande force toute fois mais la gifle donnée la propulsa sur le sol et le démon perdit son sourire, une expression agacée naquit à sa place. Il dominait le corps nu de la neko de par sa hauteur et sa situation. Tout chez lui écrasait littéralement l'hybride qui n'avait rien et aucun moyen pour se défendre ...

Sa voix fut impérieuse mais calme, le genre de voix, même douce, qui vous provoquait des frissons de terreurs dans l'échine, qui faisait couler une sueur froide le long de votre dos, le genre de voix dont on ferait tout pour ne plus jamais l'entendre. Une voix claquante, sifflante, sinueuse et quelque peu envoûtante s'éleva dans la pièce à l'encontre de Léonie ...


- Je t'avais prévenu Léonie. Ne sois pas si hautaine avec moi, je suis certes un démon qui a de la patience mais être aussi provocante ne me donne pas non plus l'envie de faire un effort de bonté. Maintenant restes à ta place hybride, je vais m'occuper personnellement de toi ... Tu finiras par regretter d'avoir oser me défier et de me répondre comme tu viens de le faire. Saches que personne ne me parle sur ce ton sans en subir les conséquences Ici chaque personne est responsable de ses actes, il va donc falloir que tu les assumes ... Et pries moi de te croire Léonie, tu vas les assumer de tout ton être ...

Sur ces mots énigmatiques, la phase deux pouvait commencer. Il était si amusant de venir à bout des barrières des autres même si cette neko présentait des barrières un peu plus grandes et plus résistantes que les autres. En temps normal, un être nu au sens littéral du terme, perdait tout assurance, faisant croitre le sentiment de soumission qui grandissait en lui. Mais Léonie montrait une grande résistance malgré sa nudité. Il fallait donc que la phase deux soit plus grande puissante que la première ... Shin marcha au milieu de la pièce et avec un nouveau grand sourire maléfique, il claqua dans ses mains, et les lumières s'éteignirent, plongeant la salle macabre dans le noir le plus total. De là où il était, il entendait distinctement chaque mouvement que pouvait faire Léonie, il distinguait même parfaitement sa silhouette dans le noir ... Son sourire s'agrandit au fur et à mesure que les minutes passèrent sans qu'il ne fasse le moindre mouvement. Une fois qu'il s'assura qu'elle était en pleine écoute et que la peur s'insinuait dans ses veines, Shin fit un mouvement imperceptible vers une table et fit tomber un ustensile inconnu, un bruit métallique se fit entendre, comme une lame ... L'objet continua sa route vers Léonie, s'approchant très lentement d'elle ... Puis un nouveau choc de métal se fit entendre à l'opposé et cet objet vint vers elle dans un cliquetis de chaînes et de métal ...

La phase deux commençait et déjà Shin s'amusa de ce qu'il faisait subir à Léonie ... prendre son temps et savourer ... la clé de l'excitation.

_________________


Je vais m'occuper de ton dressage Invité ...

Incarne aussi Raziel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rudy0end0co.skyrock.com/
L’œil Fendu
avatar

L’œil Fendu


Messages : 345
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 25

Passeport de YNS
Race: Neko
Pouvoir: Nyctalopie ♥
Maître/Esclave de: Shin Kotsuki ♥

MessageSujet: Re: Dressage musclé [PV Léonie]   Lun 13 Sep - 8:21

Léonie était oppressée entre les serres possessives de ce ravisseur, cet homme à l'apparence sérieuse et au teint de mélancolie, alors qu'il se révélait bien peu affable avec les femmes. Elle avait une teinture de convenance qui emplissait son esprit par rapport à l'affront qu'elle venait de lui expectorer sans retenu. Il était tellement plaisant, provenant d'une petitesse intellectuelle comme elle, de déjouer les paroles accablantes et destructrices d'autrui aux envies néfastes. Cette initiative dérangeante et peu sociable ne parut pas plaire à Shin, qui venait de perdre l'espace d'une seconde le contrôle qu'il pensait être assuré, croyance d'un homme candide, trop vaniteux. Léonie avait crépité de joie face à la réaction passive de ce marchand d'esclave, qui était resté muet d'indignation face à cet outrage explicite.

En effet, l'espace renfermé de la pièce parut rapidement se remplir d'une atmosphère alarmante, devenant peu à peu angoissante. Les cavités oculaires de Shin paraissaient se rabattre en deux lignes menaçantes qui scrutaient l'horizon désemparé du regard de sa proie. Elle avait piétiner un chemin tortueux qu'est celui de cet esclavagiste, elle avait cherché le véritable hôte de ce corps avant tout prodigieux, et elle venait de cueillir son impatience matérialisée sous des gestes, et des paroles acerbes. Léonie avait fait une erreur, dans ce contexte et son représentant qui le créait, mais elle n'avait pas l'once d'un remord quant à son apophtegme royalement écrasant qu'elle avait formulé.

Ainsi, elle avait envenimé ses propos pour ce démon exécré, et elle n'eut qu'en échange une réponse peu favorable : sa main claqua avec aridité et sécheresse la joue blanche de Léonie. Il devait l'abhorrer lui aussi, pour la violenter sans décence et abimer une personne encore inutilisée, fraîche de propreté charnelle. Le coup porté par le revers de sa main l'étourdit promptement, laissant son corps inanimé de réflexes s'échouer telle l'épave d'un pauvre navire ayant dévié sur un banc de sable fastidieusement dégauchi. En se redressant, elle se frotta avec embarras sa joue de pêche qui commençait à se pigmenter d'une ravissante couleur d'un pourpre éclaté par des variations fruitées. Son corps souffreteux, trop chétif, tentait de puiser une force qui vampirisait celle de sa capacité mentale, assez sauvage pour continuer à résister, pour se relever. Elle était donc, malgré son corps presque valétudinaire, entrain de crisper ses mains crochues de sorcière qui arrachaient l'écorce traitée du parquet de ce lieu tortionnaire : ils étaient animés d'une impuissance qui cherchait un infime moyen pour se décupler. Les spasmes de colère lui trouvaient le moyen de s'apitoyer sans capituler, et de cette position servile, Léonie refusait de rester l'animal qu'elle avait déjà été pour un autre démon exécrable. De sa pose sensuelle de son corps qui se repose sur ses fesses, avec les jambes de part et d'autre de ses cuisses, elle se déplia de cette position chétive pour être à quatre patte et anticiper de se relever, quand il continua encore son jeu trop déroutant...

Elle avait été arrêtée dans son mouvement gracieux de la rébellion par le discours déstabilisant de Shin, qui coucha d'anxiété les oreilles de Léonie sur leur duvet chevelu. Elles s'enfouirent sous la cascade de cheveux pointus qui transperçaient l'air, réaction aux affres provoquées par la situation qui commençait peu à peu à dévorer l'assurance de la petite hybride. Elle virevoltait du visage pour regarder de ses yeux implorants l'imposante stature d'un homme ennuyé, qui cherchait apparemment quelque moyen pour pimenter l'amusement de l'osmose conflictuelle qui les animait. Les mots agressaient son audace qu'elle pensait infaillible, érodant calmement sa hardiesse déficiente. Léonie restait figée face à cette déclaration qui électrisait la base de sa nuque jusqu'à son prolongement au bas du dos, contractant de panique son squelette rachitique face au sol.


« Je t'avais prévenu Léonie. Ne sois pas si hautaine avec moi, je suis certes un démon qui a de la patience mais être aussi provocante ne me donne pas non plus l'envie de faire un effort de bonté. Maintenant restes à ta place hybride, je vais m'occuper personnellement de toi ... Tu finiras par regretter d'avoir oser me défier et de me répondre comme tu viens de le faire. Saches que personne ne me parle sur ce ton sans en subir les conséquences. Ici chaque personne est responsable de ses actes, il va donc falloir que tu les assumes ... Et pries-moi de te croire Léonie, tu vas les assumer de tout ton être ... »

Shin avait repris le contrôle, c'en était certain. Il maniait l'art de l'envoûtement sans omettre de parfaire celui de la domination morale ; c'était les deux compétences qui qualifiaient les actions de ce personnage. Il finira certainement par devenir dominant dans un contexte plus physique, sait-on jamais... Pour le moment, il s'avançait d'un pas assuré, la victoire étirant les commissures de ses lèvres. De plaisir, sa langue parcourait les collines irrégulières, et les rainures de ses lèvres, se promenant d'une orée à l'autre, laissant une traînée de bave derrière son passage. Après cette humiliation que Léonie ne pouvait nier, il activa le mécanisme de torture, engrenant la vie de l'hybride dans un infernal cercle vicieux qui ne la libéreras plus jamais...

Ce démon avait promptement claqué es mains l'une contre l'autre, les joignant dans un fracas sec, ce qui eut pour résultat d'éteindre l'ensemble de la pièce, ainsi que son alcôve encore inexplorée jusqu'ici. Léonie sourit bêtement à ce détail futile, l'image de la pièce ne parut que devenir d'un gris noyé, telle une peinture à l'encre de Chine : elle était nyctalope, chose peu mirifique pour une Neko. Shin s'était adossé, le visage agressé par le masque du sadisme, à proximité d'une table, sur laquelle il avait poussé un objet qui rampait avec une motivation inquiétante vers sa victime. Cependant, son acuité à distinguer les formes n'était pas aussi précise que dans la journée, et ses yeux en bille de verre ne lui permirent pas de deviner la nature de l'ustensile qui venait de s'échouer en des cliquetis assourdissant sur le parquet.

Un autre cliquetis métallique retendit sur la droite de Léonie, à l'opposé de son observateur. Elle commençait à se poser des questions, ses veines se contractant en des tuyaux étranglés par l’adrénaline provoquée par la frayeur. Elle s'était retournée sur les fesses, appréciant avec courage d'être face à ses assaillants métalliques, mais son visage n'exprimait plus la certitude de sécurité qui l'avait accompagné jusqu'ici. Elle commençait à chercher un regard plus tolérant chez Shin, mais il paraissait tout à fait conscient de ce qu'il se passait, et l'étrangeté qui entourait cet individu expliquait encore ces choses paranormales... Elle articula, malgré la boule d'angoisse qui entravait sa fine cavité buccale, des paroles veules.


« Un effort de bonté...? Possible qu'un homme connaisse ? Il est finalement sûr que la tolérance, la courtoisie, la gentillesse, la beauté ou l'intelligence ne peut orner le masculin, car quoi que l'on dise, il faut toujours que vous forciez les gens à le croire... »

Ainsi les dernières forces de batailles contre la personne même de Shin s'évanouissaient, son esprit étant désormais focalisé par les formes qui se mouvaient à terre, griffant le vieux parquet dans des bruits de chaînes trainées sur un sol creux. La pression qui exerçait sa force sur les veines de Léonie commençait finalement à devenir insupportable...


Dernière édition par Léonie Suzuki le Jeu 16 Sep - 8:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Démon et Marchand d'Esclaves
avatar

Démon et Marchand d'Esclaves


Messages : 1153
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 29
Localisation : Salle de dressage/Tour des dirigeants/Bureau de Shin(2)

Passeport de YNS
Race: Démon
Pouvoir: Télékinésie
Maître/Esclave de: Maître de Laurelin et de Alexandra

MessageSujet: Re: Dressage musclé [PV Léonie]   Mer 15 Sep - 15:09

Shin ne dit mot, il ne se donna même pas la peine de répondre à son ultime tentative de provocation. Au contraire, ses paroles le fit sourire de plus belle, étirant ses lèvres de part et d'autres de son visage. Son sourire démoniaque trahissait un sadisme sombre et macabre qu'il ne cachait nullement,ses yeux, amusés, fixaient Léonie avec une lueur bleue mais faible dans les ténèbres. Il était si bon de voir le doux corps frêle mais agréable à regarder en train de trembler de peur, d'essayer de s'échapper de son sort néfaste, sachant qu'il n'y a aucune échappatoire possible. C'était si bon, il en aurait presque une érection ... Mais ce qu'il aimait par-dessus tout , c'était le plaisir d'entendre ces proies suppliées d'arrêter et ainsi leur faire ce qu'il voulait et eux-même écoutait ses ordres et obéissaient ... Le début d'une relation maître/esclave. Shin, grâce à son pouvoir faisait avancer des menottes reliées par des chaînes, des menottes au nombre de quatre ... Quatre instruments qui transformeront la plus sauvage des animaux en un animal domestique et sage ... Soudainement, les chaînes s'immobilisaient, laissant place à un silence pesant, seul un vague ricanement de Shin se faisait entendre puis un frôlement de tissu se fit entendre quelque part dans la pièce. Et sans crier gare, un foulard en soie se colla sur les yeux de Léonie et se noua derrière sa nuque. Le nœud était fait de tel façon que seul Shin pouvait l'enlever, cela serait plus ... intéressant. La voix de Shin s'éleva doucement, restant à sa place mais ses paroles se répercutèrent dans toute la pièce ...

- Je n'ignores rien de ta nyctalopie Léonie. Au contraire, je m'en suis servit pour que tu puisses savourer ce qui va t'arriver, que même dans le noir le plus total tu arrives à discerner tes instruments de torture. Tu entends ce bruit de chaînes qui avancent sur le sol ? Le cliquetis métallique reprit alors, se rapprochant. Elle viennent pour toi, des menottes qui t'entraveront, les bras ainsi que les jambes et tu ne pourras rien faire pour empêcher cela. Écoutes bien les instruments de ton dressage, cela va commencez ... Maintenant !

Ce mot eu pour effet d'envoyer les chaînes sur les poignets et les chevilles de l'hybride, entravant ses membres. Elle fut alors soulever de terre, lentement, ses bras pointant vers le plafond et ses jambes furent écartés sur les côtés. Shin s'approcha alors de Léonie et claqua une nouvelle fois dans ses mains et la lumière revint,seulement le foulard empêchaient tout rayon lumineux de passer, laissant le regard de la neko dans le noir. Le démon put alors contempler à sa guise le corps de la jeune hybride. Un corps parfait et extrêmement alléchant, il était si dommage d'abimer un tel corps ... Shin tendit une main et passa celle-ci sur le ventre de Léonie puis remonta lentement sur sa poitrine, entre ses deux seins, puis remonta à la gorge, passant sur sa fine bouche douce et le foulard qui dissimulait ses yeux. Puis il fit le tour de la neko sa main tournant avec lui, un ricanement aux lèvres, il passa ses doigts le long de la nuque, descendit la colonne vertébrale avec douceur et tâta ses fesses avec perversité, les massant, puis sa main passa entre ses fesses et son antre et se retira ... Il était si bon de jouer ainsi ... Shin se plaça à côté de Léonie et colla son corps contre le sien, sentant une bosse sous son pantalon qu'il colla au niveau des hanches de la prisonnière. Il se pencha sur son oreille et lui dit d'un ton calme, doux mais extrêmement menaçant ...

- Alors ? Dis moi ce que cela te procure, te savoir à ma merci ... Et n'essayes même pas de me provoquer Léonie, tu n'es pas du tout en position de force et me provoquer serait la dernière chose irraisonnée à faire. Maintenant dis moi ce que tu ressens ... Quel effet cela fait d'être ainsi emprisonnée et avoir la perspective de se faire torturer ? Quel effet cela fait-il de ne pas savoir ce qui t'attend ? Dis moi tout avant que je m'occupe de toi ...

Shin claque deux doigts entre eux et une vibration légère se fit entendre juste à l'autre oreille de Léonie, une vibration sourde et menaçante. L'objet inconnu passa sur la nuque de Léonie et elle put constater que l'objet vibrait et provoquait des frissons dans tout le corps ... Le vibromasseur descendit entre les seins de la neko après être passer sur ses lèvres et descendit tout doucement, laissant ses effets se répandre dans son être puis il continua son chemin jusqu'à des endroit plus intimes sans en violer le passage ... Il passa sur tout le corps, puis un autre bruit semblable arriva dans le dos de l'hybride et se mêla aux caresses de l'objet profanateur. Deux vibromasseurs massaient le corps de la captive, touchant ses fesses, ses pieds, ses cuisses, ses seins, sa nuque, ses joues. Puis l'un resta au niveau de sa poitrine et joua avec ses tétons. Quand à l'autre, il descendit au niveau du clitoris de la jeune hybride et la titilla à ce niveau ... A travers ces vibrations, la voix de Shin s'éleva une nouvelle fois, toujours à l'oreille de la neko, elle put discerner un bruit de fermeture et de vêtements qu'on manipule ...

- Dis moi ce que cela te fait ... Et tâches de me dire ce que tu ressens, cela pourrait devenir plus ... puissant.

Les vibrations s'intensifièrent d'un seul coup mais pas du tout à leur maximum. Le sourire du démon était des plus joyeux. Avoir le pouvoir e vie et de mort que quelqu'un, et même pire, le droit de choisir et d'influencer sur ses décisions ... Voilà la vraie jouissance ! La phase trois se déroulait à merveille et ce n'était qu'une question de temps avant qu'elle ne soit à lui ... Entièrement à lui ...

_________________


Je vais m'occuper de ton dressage Invité ...

Incarne aussi Raziel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rudy0end0co.skyrock.com/
L’œil Fendu
avatar

L’œil Fendu


Messages : 345
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 25

Passeport de YNS
Race: Neko
Pouvoir: Nyctalopie ♥
Maître/Esclave de: Shin Kotsuki ♥

MessageSujet: Re: Dressage musclé [PV Léonie]   Dim 19 Sep - 21:17

Le sentiment d'être coincée sans ne pouvoir s'échapper est une attaque directe à la notion de liberté. Peut-on encore savoir ce que signifie ce mot une fois qu'on vous le retire pour de bon ? Léonie n'imaginait même plus l'idée de pouvoir se faufiler entre deux barreaux provenant d'une métallurgie riche, de semer une horde de démons assouvis par l'Envie, et de se trouver un foyer acceptant une ingrate créature qui ne sait rien faire. Shin corrompait la pensée pourtant optimiste de cette hybride, injectant des paroles graves qui altéraient sa raison déjà peu stable. Elle ne savait que faire face à des serpents métalliques qui viendraient lui ronger la vie, ou contre les ricanements tassés de Shin qui s'étendaient jusqu'aux organes duveteux de la martyre.

Il lorgnait avec convoitise l'objet étalé d'impuissance sur son territoire, dardant sans discrétion ses obsidiennes de glace sur elle et appréciant le généreux cadre artistique que la scène lui procurait. Adossé aux pierres taillées, il scrutait avec impatience le corps tendu de Léonie, détaillant ses seins reposés sur un piédestal pulmonaire faible qui vacillait d'inquiétude. Épinglant la commissure de ses lèvres sous ses oreilles, il souriait contre les mouvements incapables des membres menus de cette femme, qui restait figée de consternation, comprenant peu à peu que le chat peut parfois être une souris traquée.

Les rayons bleuâtres qui se dessinaient sur le visage de Shin attirèrent vivement l'attention de Léonie. Les deux regards se croisant dans une union conflictuelle, le silence assourdissant écrasa la pièce. Les formes distinctes désormais à moins d'un mètre de leur cible s'immobilisèrent, stoppant rapidement les frottements angoissants dignes d'un film d'horreur. Léonie dévisagea sans politesse l'être abominable qui s'épanouissait contre un mur de mauvaise hygiène, et il eut un ricanement blessant qui resserra l'étreinte de l’oppression sur son cœur sensible. Il enfermait progressivement sa proie dans un mélange de sentiment ayant pour plus grand défaut, ou plus grande qualité de pervertir la raison d'un être pour le faire agir d'une manière qui n'aurait pas été naturelle sans cette condition.

Alors que Shin s'esclaffait pour attirer l'attention de l'hybride cadenassée d'effroi, des variations sonores attirèrent les sens aiguisés de la neko, son acuité auditive étant très aiguë. Le bruit d'une draperie fine déployée de sa position pliée et qui se détendait dans l'air étouffa les exclamations de rire du démon. Elle essayait de verrouiller sa cible sonore, qui se mouvait très rapidement en fendant l'air suave de cette cellule. Alors qu'elle tournait la tête en étant sûre de la position du tissu flottant, ses yeux furent étouffés par l'étoffe volante qui vint étrangler le jeune fasciés de Léonie, assujettissant sa vue au néant.


« Qu-...?! »

C'est à ce moment que la panique transperça la passivité physique de Léonie, écartant de plus en plus la faille qui crevassait déjà sa mentalité en un abîme nébuleux. Elle réagit promptement à la sangsue qui étouffait son visage en se relevant, arrachant le textile de ses ongles fixés dans la matière velue de douceur, la soie. Son corps titubait vers le fond de la pièce alors qu'elle essayait d'extraire le foulard entouré autour de sa tête dirigée vers le haut, puis elle percuta brusquement le mur qui cloisonnait toujours sa chambre de détention. Accablée par toutes les vérités qui s'acharnaient sur elle, elle ne voulait quand même pas permettre une victoire si facile pour son adversaire. Malgré ses yeux écartelés par le noir, ils étaient déjà embrumés d'un nuage d'eau tiède, preuve irréfutable qu'elle avait finalement compris... Comme si Shin se rendit compte de l'alarme de sa victime, il appuya encore sur la blessure fraîche de la faiblesse de Léonie, par des paroles.

« Je n'ignore rien de ta nyctalopie Léonie. Au contraire, je m'en suis servi pour que tu puisses savourer ce qui va t'arriver, que même dans le noir le plus total tu arrives à discerner tes instruments de torture. Tu entends ce bruit de chaînes qui avancent sur le sol ? Le cliquetis métallique reprit alors, se rapprochant. Elles viennent pour toi, des menottes qui t'entraveront les bras ainsi que les jambes et tu ne pourras rien faire pour empêcher cela. Écoute bien les instruments de ton dressage, cela va commencer... Maintenant ! »

Alors que Léonie se débattait contre un foulard qui ne se retirerait qu'après la leçon de remise à niveau, sous l'intonation brutale du dernier mot de Shin, des menottes vinrent embrasser ses poignets et ses chevilles, arrachant la neko à son combat perdu. Ses mains furent fusionnées au-dessus de sa tête, alors qu'elles griffaient l'air vicieux qui la laissait seule contre le pire des démons, et fut soulevée. Alors que ses mains gesticulaient de rage, rougissant sa peau en contact avec les menottes de fer, elle ne se laissait pas dominer, secouant de refus la tête.

« J-je ne veux pas ! Non... Non ! Pas ici... »

Sa voix s'épuisait dans des vocalises aiguës alors qu'elle essayait de résister contre les menottes de ses chevilles qui s'écartaient pour laisser apparaître son antre qui commençait à perler des larmes succulentes, dessinant les contours de chairs visqueuses de cet endroit interdit. Les pouvoirs de Shin ne remarquaient en rien une résistance physique piètre comme celle de Léonie, et les bracelets de chaîne se bloquèrent en l'air, la laissant ouverte sous tous les angles... Son corps commençait à être chaud d'épuisement, il était si dur de se battre contre des objets qui ne bougent pas, elle commençait donc à avoir son ventre décorer de perles de transpiration, qui annonçaient ses efforts en vain. Ses cuisses étaient crispées contre les anneaux qui ne râlaient pas, la laissant s'épuiser sans broncher... Léonie était captive d'objets futiles qui la soumettaient simplement...

Elle arrêta de tirer sur les menottes qui semblaient être accrochées solidement aux molécules d'air, qui devaient être un support très rigide pour ses bracelets. Elle resta suspendue par ses quatre membres, sa tête pendant gracieusement vers l'arrière, et son corps pantelant s'abreuva de l'oxygène qui irradièrent ses poumons. Dans cette position de repos imposé, ses mains restaient les seules actrices de la rébellion physique qu'elle pouvait imposer à Shin, se battant frénétiquement contre le vide que ses griffes n'attraperont jamais... Son corps restant sagement en place, elle apprécia l'air frai qui s'insinua par un petit soupirail et qui vint étaler ses coups de pinceaux sur le corps bouillonnant de Léonie, incendiant de fraîcheur son corps suintant de gouttelettes superficielles.

Shin profita de ce temps de calme pour frapper dans ses mains, geste qui eut pour effet de tendre de surprise les oreilles de Léonie, alors que sa tête se redressait de prudence. Elle ne sut pas vraiment pourquoi il avait fait un tel bruit, sûrement pour l'extraire de ce doux rêve qu'était la tranquillité... Elle le sentit s'approcher, ses pas tâtant sans hésitation le sol de bois, et il frôla le ventre de Léonie qui respirait avec des soubresauts réguliers. Elle ne broncha pas, ses poignets meurtris par le fer refusant de soulever douloureusement son corps pour tenter d'échapper à ses mains si douces... Il devait néanmoins sentir la force compressée sous la surface ventrale qu'il parcourait de ses doigts longilignes. Ses mains laissèrent des zébrures de chaleur derrière leur passage, remontant vers le sillon de sa poitrine saillante qui accéléra sa respiration paniquée. Cet itinéraire aux courbes malléables était appréciable pour la main qui parcourait un chemin de douceur, favorisant les pentes à la peau de pêche. Ses doigts s’arrêtèrent brièvement au niveau de son cou, partie si sensible pour les êtres vivants de basse hiérarchie. Il continua son apogée vers les lèvres serrées de dégoût de Léonie, promenant son index sur cette surface aux teintes pourpres de malheur, s'enivrant de leur douceur particulière. Elle se retint d'attiser la rancune de Shin en le mordant, elle aurait plus à perdre qu'à gagner un peu de réconfort.

Shin tournoyait autour de sa victime, appréciant la relation d'angoisse qui se dégageait entre les deux êtres. Sa main descendait le long de sa colonne vertébrale raide d'épouvante, produisant à chaque vertèbre touchée des étincelles qui se prolongeait jusqu'aux bouts de chaque nerfs qui se déversaient dans l'ensemble de son corps. Léonie ne sifflait pas l'onde d'un gémissement, ses lèvres soudées en deux lignes parfaites, mais son corps tressautait et accompagnait la main qui l'embrasait du bout du doigt, le corps étant plus faible que la détermination d'une victime au supplice.

Il arriva enfin à la parcelle du corps qu'il convoitait tant, agrippant avec perversité ses doigts autour de la masse charnue des fesses de Léonie. Il se hâta plus vite qu'elle ne le pensait vers sa cavité sexuelle, mais de manière très prompt. Son doigt ne jouant que l'éclaireur, il s’insinua très rapidement entre les deux lèvres intimes, s'extrayant aussi vite qu'il était entré dans cette fissure de chaire. La sensibilité aiguë de Léonie lui arracha un gloussement de plaisir en grimaçant sous le foulard, alors que ses cuisses avait tentées de se refermer, ne produisant qu'un son de chaînes brusquement étirées. La torture physique commençait à corroder son esprit lucide, effaçant très lentement la possibilité d'un raisonnement rationnel... Le temps manquait à Léonie pour réfléchir, et il ne lui laissait pas ce temps qu'elle réclamait : il accentua le contact de son corps désirable avec le sien, amplifiant généreusement l'horreur et l'envie que cela provoquait chez elle... Oui, la bosse qui commençait à se frotter sur ses propres hanches l'intriguait...


« Alors ? Dis-moi ce que cela te procure, de te savoir à ma merci... Et n'essaye même pas de me provoquer Léonie, tu n'es pas du tout en position de force et me provoquer serait la dernière chose irraisonnée à faire. Maintenant dis-moi ce que tu ressens... Quel effet cela fait d'être ainsi emprisonnée et d'avoir la perspective de se faire torturer ? Quel effet cela fait-il de ne pas savoir ce qui t'attend ? Dis-moi tout avant que je m'occupe de toi... »

Alors que Shin susurrait ces mots annonceurs de mauvaises aventures, il claqua des doigts en étirant ses lèvres pour dévoiler sa colonne parfaite de dents. Un vrombissement léger retentit de l'autre côté de la tête de Léonie, qui sursauta sur son siège invisible. Un, puis deux objets aux vibrations régulières vinrent grignoter l'épiderme réceptif de sensation de l'hybride. Ces stimulations gênantes commencèrent à inquiéter Léonie qui redoutaient où ces bestioles iraient caché leur armature frissonnante sur son corps. Aussi vite pensé, aussi vite acquis. L'un des asticots s'accrocha à un téton, suçant dans un râle de frissons ce bouton de chair rose qui commençait déjà à prendre des formes appréciables afin d'attirer l'attention. Elle s'étouffa en retenant la vague de sensation qui se ficha en elle, sa tête perdant l'équilibre alors que sa gorge était obstruée par des gémissements incontrôlables. Ses seins malaxés par de douces vibrations emportaient le plaisir de cette vierge à des hauteurs encore inégalées, impénétrées depuis toujours.

« Na-aah...Elle n'ai-...me pas... Haan... Mal.. Ç-aah... Mal... »

Le plaisir condensé sur une seule partie du corps était de l'ordre du paroxysme de la douleur sexuelle, un sentiment insupportable qui enivre tous les sens, procurant des sensations vertigineuses à en dérégler la raison humaine. L'extase de son sein faisait danser ses nerfs dans la souffrance : un plaisir accumulé est parfois dur à contenir, même à l'état nerveux. Pour soulager ce soucis, Shin procura une solution plutôt perverse pour palier aux besoins de Léonie. Effectivement, le plaisir jaillirait désormais de deux sources bien distinctes : l'autre vibromasseur lécha par tremblements le clitoris ouvert à la vue inquisitrice de Shin. Les membres impuissants de Léonie étaient de nouveaux actifs dans la bataille, sa conscience suppliant ses cuisses de se refermer sur l'assaillant qui lui picorait son bouton d'or. Elle aurait tellement aimé baissé le rideau de ses cuisses pour camoufler son antre qui suintait désormais un liquide visqueux qui s'écoulait le long de ses fesses, pour s'écraser ensuite par terre...

« Elle n'aime pas ! Haa... Arrêt-... S'il vous... plaît... Aaah ! »

Les questions de Shin ne signifiaient rien pour elle, elle ne savait pas se concentrer sur des paroles alors que son corps hurlaient dans son esprit une détresse inaltérable... Elle ne savait que prôner des supplications pour Shin, s'abaissant face à cet être odieux et exécrable qu'elle abhorrait.


Dernière édition par Léonie Suzuki le Sam 8 Jan - 22:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Démon et Marchand d'Esclaves
avatar

Démon et Marchand d'Esclaves


Messages : 1153
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 29
Localisation : Salle de dressage/Tour des dirigeants/Bureau de Shin(2)

Passeport de YNS
Race: Démon
Pouvoir: Télékinésie
Maître/Esclave de: Maître de Laurelin et de Alexandra

MessageSujet: Re: Dressage musclé [PV Léonie]   Mar 12 Oct - 15:12

As-tu déjà eu la sensation d'être au comble de l'excitation ? Cette émotion que l'on ressent quand tu vois un objet que tu convoites et qui te fais miroiter de choses que tu sais presque inaccessible, que tu as envie de posséder mais que tu ne peux pas obtenir. Ce genre d'objet qui te fais saliver, et fais monter en toi une chaleur brutale et insoutenable et que la seule façon pour toi d'y répondre c'est de ne plus la quitter des yeux et essayer de l'avoir entre tes mains. Un objet si attrayant pour l'esprit déraisonné que tu es et ferais tout, ne serait-ce quelques instants, pour l'avoir pour toi et rien qu'à toi. Un objet attisant ton sentiment d'être dépendant de lui. Tu en sens les vibrations qui parcourent ton corps tel un serpent, remontant progressivement du bas du dos jusqu'à la pointe de tes cheveux, soulevant ton cœur qui se met à se battre de manière effrénée et provoquant es réactions en chaîne dans tout ton être même jusqu'à tes parties les plus secrètes ... Une gourmandise, un objet quelconque, un rêve, les courbes d'une femme, un regard, un évènement ... Ce genre de désir inavoué mais que tu rêves de posséder et de goûter au moins une fois dans ta vie ...

C'est ce que ressentais Shin sur l'instant. A voir ainsi le tableau digne d'un grand peintre qui se dressait devant lui, l'excitation le gagnait tel une vague de chaleur une nuit d'été. Ce tableau il aurait put l'appeler Perversité de Vénus. Il n'y a qu'à voir la coupe de ce tableau, le pinceau qui avait peint cette toile de souffrances et de perversion pour comprendre toute la subtilité d'un tel spectacle. Seuls les démons les plus sadiques et avides de chair fraîche finement disposé comme cette hybride ne pouvait ressentir que de la faim et un désir toujours grandissant. Le démon contemplait ce tableau d'un œil expert et fasciné par ce qu'il venait de faire et peindre. Une superbe hybride, signe des plus grandes figures de la beauté divines étaient séquestrée de force par des chaînes de métal qui ne bronchèrent pas malgré les tentatives de lutte de la jeune neko, les vibromasseurs se mouvant tels deux serpents sur son corps,explorant des points précis de son être, faisant naître en elle des sentiments et des sensations nouveaux en elle, découvrant son corps et la puissance des caresses de la luxure et des ses appels; ses jambes légèrement écartées laissaient entrevoir son antre encore fermé par ses deux grandes lèvres qui ruisselèrent d'un nectar encore inconnue pour le démon ... Pas pour longtemps ... Shin fit une nouvelle fois le tour de son tableau et ne put que sourire d'extase devant ce chef d’œuvre. La Perversion d'une Vénus ... Voilà un titre accrocheur ... Shin fit arrêter les tortures de ses instruments qui s'écartèrent, laissant Léonie suspendue, lui accordant un moment de répit ...


- Tu n'aimes pas ça ? Et bien ne t'en fais pas. Avec le temps, tu vas apprendre à aimer ce genre de traitement. Je te donne ce que je pourrais appeler un cours accéléré. Tu as sentis ces vibrations qui parcourent tout ton corps ? Imagines un seul instant que cela soit les mains de ton amant, celui que tu as toujours aimer ... Imagines un instant que ce soient des caresses passionnées et emplies de tendresse ... Tu finiras par y prendre goût ... Je vais même te donner un autre aperçu de ce que ce même amant pourrait te faire et qui te ferais décoller !

Shin s'était alors mit devant Léonie et se mit à l'embrasser légèrement, sa langue lui léchant les lèvres et pénétra sa bouche avec un doux baiser qui se fondit rapidement en un baiser passionné. Un torrent de sensation naquit en lui et l'excitation fit grandir soin sexe dans son pantalon qui demandait de sortir au plus vite. La langue de Shin joua avec celle de Léonie, qu'elle le veuille ou non, lui accordant un peu de douceur dans son dressage. Puis il coupa court à ce baiser rapide mais puissant avec de se mettre à genou devant elle dans un bruissement de vêtements qui descendent. Le démon se plaça entre les jambes de Léonie et sourit en voyant la mouille de celle-ci qui se découpait dans la faible de lumière au-dessus d'eux. Quelques gouttes tombèrent sur le sol, formant une petite flaque. Les doigts de Shin se levèrent et vinrent se poser sur son intimité dont il passa l'index et le majeur afin de récolter ce nectar sur ses doigts profanateurs et les portèrent à ses lèvres, goûtant ce jus d'être des plus savoureux au palet. Shin se délecta de ce liquide transparent et en laissa échapper un râle de plaisir avant de se redresser afin d'atteindre l'antre inondé de Léonie ... Et y passa sa langue lentement, venant boire à la source de cette petite fontaine soumise et docile ...

Sa langue joua comme dans la bouche de la neko, découvrant ce corps transpirant de souffrance mais également de plaisir découvert. Le démon titilla son antre avec lenteur et passion, découvrant à son tour ce corps si beau et si enivrant. Puis il le passa sur son clitoris, son organe bougeant comme si il léchait une glace des plus exquise. Shin utilisa à nouveau ses vibromasseurs qui vinrent chacun se poser sur les seins de la neko après avoir une nouvelle fois explorer son corps de part et d'autres pour réveiller ses sens encore endormi après cette petite pause. Shin sortit agrippa sans crier gare les fesses de Léonie afin d'écarter un peu plus ses cuisses et permettre à sa langue de pénétrer là où personne n'était venu avant. Ses mouvements de langue étaient de plus en plus pressants et plus rapides mais toujours aussi doux et sans souffrances physiques. Cette neko était exquise et méritait qu'il s'occupe un peu d'elle de la sorte ... Mais apprécierait-elle ce traitement qu'il lui offrait ainsi ? Quelque chose lui disait que oui ... Bien qu'elle souffrait de ne pas pouvoir lutter, ces nouvelles sensations devaient quand même lui faire découvrir des contrées inexplorées, des sensations jamais encore ressenties ...

Shin se releva alors après avoir une énième fois lécher son antre et titiller son clitoris. Ses mains parcoururent son corps, passant des ses cuisses à ses hanches, ses hanches à son bassin, son bassin à ses fesses, ses fesses à son dos, don dos à son cou, son cou à sa poitrine, sa poitrine à ses bras et ses mains ... Puis il arrêta ses caresses et resta à quelques centimètres d'elle. De là où il était, elle pouvait sentir une bosse encore plus grosse qui se trouvait au niveau de ses cuisses, la touchant à ce niveau là. Puis Shin libéra son membre dont il commença à caresser le gland et le prendre d'une main entière ... Il murmura aux oreilles de Léonie alors que les vibromasseurs jouèrent avec son anus et son clitoris ...


- Qu'en dis-tu maintenant Léonie ? Je te libères et te fais découvrir les plaisirs de la chair et de l'esclavage ou bien la supplice des coups et de la torture ? Choisis bien Léonie, je n'offres pas deux fois le même choix ...

Shin s'empara des lèvres de l'hybride et rompit rapidement le contact, sa bouche descendant sur sa poitrine pour venir lécher ses tétons durs par tant de souffrantes sensations de plaisir ...

_________________


Je vais m'occuper de ton dressage Invité ...

Incarne aussi Raziel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rudy0end0co.skyrock.com/
L’œil Fendu
avatar

L’œil Fendu


Messages : 345
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 25

Passeport de YNS
Race: Neko
Pouvoir: Nyctalopie ♥
Maître/Esclave de: Shin Kotsuki ♥

MessageSujet: Re: Dressage musclé [PV Léonie]   Dim 9 Jan - 18:55

Shin venait d'arrêter les tortures sexuelles que la martyre subissait. Elle essayait de calmer son rythme cardiaque, avalant des bouffées d'air qui lui consumaient les poumons, irradiant son être d'une fièvre caniculaire. Elle perdait la tête. Les visions successives et répétées de Shin dardant ses obsidiennes perverses sur elle, soulevant l'extrémité de ses lèvres avec une parfaite quiétude, et habillant son esprit d'une imagination dépravée, l'exaspérait avec répugnance. Cette inspiration corrompue, naissant de l'esprit dénaturé d'un démon, allait écrire notre scène de théâtre, dont Shin en était le superviseur...

Léonie provoquait le paroxysme de l'attirance chez son tortionnaire : le regard passionné de Shin lui avouait. Elle le voyait lorgner sur ses courbes entravées par des chaînes, simple tableau d'une soumission bien accomplie. Cependant, son ataraxie reflétait son habitude à ce genre de situation, puisque ce sentiment de désir extrême est normalement insupportable lorsque l'on ne lui succombe pas... Elle mirait Shin, l'examinant sans netteté mais décelant tout de même, bien que dissimulée, l'envie de lui arracher toute virginité. La fièvre brumeuse qui étouffait l'esprit de Léonie s'évapora lorsque Shin parla, comme s'il avait soufflé un courant d'air frais sur un brasier virulent.


« Tu n'aimes pas ça ? Et bien ne t'en fais pas. Avec le temps, tu vas apprendre à aimer ce genre de traitement. Je te donne ce que je pourrais appeler un cours accéléré. Tu as sentis ces vibrations qui parcourent tout ton corps ? Imagine un seul instant que cela soit les mains de ton amant, celui que tu as toujours aimer... Imagine un instant que ce soient des caresses passionnées et emplies de tendresse... Tu finiras par y prendre goût... Je vais même te donner un autre aperçu de ce que ce même amant pourrait te faire et qui te ferais décoller ! »

Les paroles de Shin résonnaient comme des gouttes d'eau perçant l'onde d'un lac souterrain : des sons répétitifs, écrasant, et qui assommaient brutalement le silence à chaque intonation. Les oreilles velues de douceur de l'hybride s'agitaient face à tant de tonalités qui créaient un violent contraste avec le défunt silence. Il mit bientôt fin à son monologue tout en se plaçant entre les jambes de Léonie, le sexe de Shin se faisant enlacé par les chairs de cette vulve suintante d'un vin de qualité. Il se pencha sur le corps de Léonie, épousant ses formes sculptées avec finesse et venant écraser avec légèreté ses globes d'amour, qu'il se retenait de malaxer avec rigueur...

Elle tenta furieusement d'écarter son visage de ce sublime fasciés, empreint d'une beauté hallucinante pouvant damner l'âme d'une sainte. Elle fermait les yeux pour s’interdire toute soumission à son élégance et son charme. Parce qu'il ne l'attaquait ni de rafales verbales, ou d’égratignures physiques, elle tenta de regarder ce qu'il faisait. Malheureuse... Elle tomba nez-à-nez à ses prunelles aux éclats de glace, parcourant chaque ridule céleste de sa pupille avec fascination. Elle s'était éprise d'un regard foudroyant : l'envoûtement de ce carnassier avait fait effet. Elle continuait à décrire les aurores boréales qui ornaient ses lentilles, lorsqu'il lui cueillit avec délicatesse les lèvres. Elle aurait voulu faire grincer ses sourcils, ou bien siffler entre ses dents comme une vipère, mais elle ne fit qu'apprécier l'adresse de la langue de son possesseur. Elle se mouvait avec grâce sur les collines pulpeuses de Léonie qui était jusqu'alors chastes de toutes caresses. Elle découvrait le tendre baiser, et elle entrait dans la danse que Shin lui proposait, un bal visqueux de sensations... Elle remettrait ça sur le dos d'un choix à faire, entre le baiser ou les vibromasseurs, afin de ne pas se haïr d'avoir apprécier cette relation avec un être contaminé par le sexe.

Elle sentait la langue de Shin venir chatouiller la sienne un peu plus timide, l'enfourchant avec passion sous un voile d'écume que les deux langues formaient ensemble. A défaut de pouvoir bouger, elle aurait aimé encercler sa tête dans ses bras, agripper avec fougue ses cheveux entre ses fines mains chétives afin de rendre le moment plus partagé, moins imposé, bien qu'elle ne le repoussait pas. Mais elle ne pouvait pas, elle ne pouvait qu'aspirer les sensations qui naissait de leur union, de leur puissant contact charnel. Ce ressenti avivait avec frénésie la flamme qui commençait à dévorer son bas-ventre, lui donnant des envies nouvelles, originales...

Léonie fut libérée de cette étreinte attractive et entrainante. Pendant que Shin commençait à préparer la suite de la séance, elle commença à se remettre en question. Qu'avait été ce moment ? Pourquoi ne lui avait-elle pas déchiqueter de rage la langue ?! Son comportement l'inquiétait, elle ne voulait décidément pas lui appartenir, ne pas s'offrir et se vendre à ce genre de vautour. Elle revint vite à la situation physique, oubliant son esprit tracassé, afin de regarder ce qu'il était entrain de faire. Il souriait véritablement en voyant sa mouille se découper dans la faible de lumière au-dessus d'eux.

Il vint y glisser sa langue, écartant de son organe charnu les lèvres de Léonie. Il vint lui butiner son nectar, provoquant des gémissements faibles, qui faisait perler des larmes de plaisir à l'orée de ses yeux fendus d'extase... Elle sentait cet organe lui arracher son innocence et sa pureté, lui ouvrant un horizon de débauche. Il ne s'empêcha pas non plus de venir réveiller de nouveau la petite plante carnivore de sensation qui sommeillait. Il vint la cueillir entre ses lèvres, le roulant avec dextérité pour le faire se mouvoir dans son gosier de prédateur. Il se promena sur cette région intime, venant parfois caresser l'auréole de son vagin avec sournoiserie.

Tous gestes rendus muets, elle n'avait seulement la force d'exprimer son manque de consentement par des dernières vibrations de colères dans ses muscles. En effet, Shin devait sentir la force décuplée de Léonie s'évanouir dans les cuisses qui encadraient sa tête. Elle baissa les rempart de défense, se laissant immergée totalement par la spirale de plaisir charnel que Shin lui procurait.
Son instinct animal la poussait à vouloir être prise, mais la pensée que Shin aurait pu le faire avec un autre objet sexuel sans que cela le froisse, l'horripilait toujours cependant...

Elle laissa sa gorge formuler enfin librement une symphonie stridente de douceur. Le plaisir formulé sur des octaves différentes emplissait la pièce, donnant une consistance absolue à l'ambiance de cette salle. Sa chanson à capella s'acheva dans une note puissante, une note relevée qui traduisait le paroxysme de la puissance charnelle. Elle hurla avec des hésitations un chant de jouissance céleste, si parfait que le corps y répondit promptement. Ses cuisses se refermèrent sur le cou de Shin, les menottes d'acier laissant passer ce mouvement de pure soumission au plaisir. Ses jambes enlaçaient Shin, provoquant un fort contact entre son visage et sa vulve irradiée afin qu'il profite nettement de cette jouissance. Elle voulait qu'il continue, elle était possédée par le démon de la perversité, et elle s'abandonnait pour le moment à l'impardonnable...

Les chaînes reprirent leur place initiale après l'épuisement de Léonie, elle transpirait de souffrance face à ce démon, mais son corps reflétait également un déchirement de son être qui venait d'aimer. Elle avait aimé jouir pour cet escroc... qui vint rapidement susurrer des paroles enivrantes à son oreille agitée.


« Qu'en dis-tu maintenant Léonie ? Je te libères et te fais découvrir les plaisirs de la chair et de l'esclavage ou bien la supplice des coups et de la torture ? Choisis bien Léonie, je n'offres pas deux fois le même choix… »

Elle rougit face à son regard inquisiteur, et baissa le regard sur la bosse qui s'entichait joyeusement le long de sa cuisse... Elle avait les yeux à demi-clos, humides de honte. Elle murmura dans une voix empreinte de ce sentiment de gêne :

« E-elle ne sait pas... Elle n'aime pas... dit-elle en regardant avec un air abattu les vibromasseurs qui se préparaient à la pénétrer sans moralité. Peut-être que... qu'elle peut... ou préfère ne pas être torturée...? »

Avouer qu'elle préférait le sexe à la torture aurait été une aberration, une soumission directe. Elle restait donc dans le domaine négatif, préférant l'élimination du pire plutôt que le choix du meilleur...


Dernière édition par Léonie Suzuki le Mer 19 Jan - 20:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Démon et Marchand d'Esclaves
avatar

Démon et Marchand d'Esclaves


Messages : 1153
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 29
Localisation : Salle de dressage/Tour des dirigeants/Bureau de Shin(2)

Passeport de YNS
Race: Démon
Pouvoir: Télékinésie
Maître/Esclave de: Maître de Laurelin et de Alexandra

MessageSujet: Re: Dressage musclé [PV Léonie]   Mer 19 Jan - 17:24

La peinture gagnait en intensité. Au fur et à mesure que Shin passait ses doigts experts sur cette toile vierges, celle-ci se teintait de couleurs de plus en plus vives. Ses formes se découpaient et se dessiner. Il commençait par les courbes, les parcourant, le redessinant, tel un peintre en quête de l’œuvre parfaite, il dessine les défauts comme les qualités, donne vie à cette toile pour le moment inconnue mais qui méritait qu'on s'y intéresse. Ses doigts jouèrent avec passion, lentement et avec douceur, il n'y avait pas le droit à l'erreur car il ne pouvait effacer cette peinture miraculeuse qui prenait forme petit à petit, tel qu'il le souhaitait. Après les les formes, ce fut le tour des couleurs. D'abord pâles et sombres, hésitantes et timides, encore peu enclin à prendre vie sur cette toile de blanc pur. Mais peu à peu, ses couleurs devinrent chaudes, puissantes et captait l'attention grandissante du peintre démoniaque sur sa table de travail. Il faisait danser ses doigts pour augmenter l'intensité des couleurs propre à sa peinture idéale. Puis une fois achevé, ce fut le tour des odeurs et des sons. Tout un monde sonore et odorant naquit pour le bonheur de ses sens. D'abord un parfum doux, perlé de nuances de pureté et de découverte, tout un monde à explorer. Puis en allant au plus loin, ce fut un embrun sauvage qui lui prit les narines et le fit sourire d'extase ... Un parfum originel, propre à chacun, un parfum humide mais si puissant à l'odorat qu'il en attisa les sens du démon qui continuait de peindre tel qu'il le voulait. Puis vint le moment des sons, une peinture presque achevé quand elle vous parlait ainsi. Des notes de plus en plus puissantes, telle la voix d'une diva, mêlant sensualité et bestialité. Un instinct primitif naquit à ses oreilles et cela enchanta le démon qui arrivait à une toile proche de la perfection ...

D'un point de vue réelle, quittons cette métaphore du peintre pour venir voir ce qui se cachait derrière cette toile si belle aux yeux du démons qu'il ne pouvait se contraindre d'arrêter en si bon chemin. Une neko se dessinait sur cette toile, une neko nue aux formes enivrantes et aux courbes alléchantes. La couleur étai celle de la peau pâle, presque blanche mais qui virait sur le rouge au fur et à mesure des soins du démon. Puis l'odeur vint, celui de la peau douce et volupté. Cette peau prenait alors une odeur plus primaire, plus bestiale, quelque chose d'enfoui et de nouveaux faisait surface et se découvrait petit à petit, une odeur émanant des pores de sa peau mais dont la source première était l'intimité traité avec soin avec la langue fine et rapide de Shin. Elle mouillait abondamment sa cyprine s'écoulait par gouttes et le bourreau s'en délectait, en voulant toujours plus. Cette toile parfaite gagnait en intensité au fur et à mesure que son peintre s'occupait d'elle et de son corps. Elle joua même alors le jeu de son maître, au grand plaisir de celui-ci qui était fier de ses techniques de dressage perfectionnée, qu'il utilisait depuis de nombreuses années. Les jambes de la neko s'enroulèrent autour de son cou alors qu'elle jouissait, se laissant aller à une pulsion nouvelle et qui irradiait son corps frêle et fragile, mais maintenant empli d'une force nouvelle appelée l'excitation et le plaisir charnel. La vois de Léonie raisonnait encore aux oreilles du marchand d'esclave, ses petite gémissements s'étaient transformés en cris de plaisir et le démon s'en était délecter en buvant à même la source du nectar intime de l'hybride. Il joua encore avec ce corps frêle qui lui répondit d'une voix gênée d'avoir ainsi ressentit du désir, de préférer ne pas être torturer. Par ces mots, elle lui avoua qu'elle préférait le sexe à la torture ... Shin sourit et dit ...


- Très bien ma chère Léonie, tu deviens raisonnable ...

Raisonnable ? Au contraire, elle se pervertissait, donnant presque son corps à ce démon qui corrompait son âme pure et blanche. D'un mouvements de mains, les serpents électriques en quête du corps du démon, produisant chez Léonie de nouvelle sensations, s'en allèrent lentement, écartant le corps de la neko de leur menace. Shin libéra alors les mains de Léonie et les chaînes repartirent vers le plafond dans un bruit de cliquetis aigües. Le démon fit venir alors à lui une chaine reliée à un collier qu'il passa autour du corps de l'hybride avec soin, sans lui faire mal et cadenassa la serrure avec une clé qu'il jeta sur une table, hors de leur portée ... Le démon leva la laisse fait de chaîne et de cuir et montra le lien qui les unissaient à présent ...

- Voici le lien qui nous unit maintenant Léonie. Moi le maître dominateur, toi l'esclave soumise. Tu n'as d'autres buts que de me servir, de me satisfaire et d'obéir à mes ordres. Maintenant jouons un peu, le but de ce jeu est de satisfaire mon corps tout autant que j'ai satisfait le tien. Si tu y arrives, je te libérerais de cette laisse et t'offrirais ce que ton corps réclame tant ... Shin passa une main sur son intimité encore ruisselante de cyprine ... Moi ... Maintenant suis moi.

La voix de Shin était impérieuse mais pourtant très calme. Ses chuchotements atteignaient les oreilles de sa proie et ne pouvaient que raisonner dans son esprit. Il n'avait pas besoin de crier, de lever la voix, la soumission se faisait d'elle-même et au vue de la réaction de l'hybride, elle ne contredirait pas ses paroles. Shin tira un peu sur la laisse, la poussant à se mettre à quatre pattes et se mit à marcher en direction du canapé rembourré qui faisait face au théâtre de la torture. Il se mit à faire des pas lents pour permette à Léonie de le suivre avec aisance et se tourna quelques fois pour observer ce corps qui ondulait des hanches afin de pouvoir le suivre et faire ainsi bouger des fesses alléchantes au toucher ... Une fois devant le canapé, il s'assit en écartant ses jambes et son regard plongea dans le sien avec intensité, un sourire amusé et satisfait sur son visage dessinait ses lèvres. Son visage exprimait une parfaite maitrise de soi, une fierté grandissante et un désir passionné pour ce petit jeu alléchant. Le démon tira un peu sur la laisse, faisant approcher la neko et lui faisant signe qu'elle pouvait commencer. Si sa méthode avait portée ses fruits, elle ne résisterait pas longtemps à toute cette envie que son corps réclamait. La bosse du pantalon de Shin était maintenant assez grande pour faire comprendre à la neko ce qu'elle devait faire à son bourreau pour le satisfaire ... Il saurait la récompenser si elle arrivait à faire jouir le démon, oh oui il saurait, d'autant plus que, inconsciemment, elle le voulait elle aussi ...

Un maître et une esclave ... Le jeu pouvait commencer ...

_________________


Je vais m'occuper de ton dressage Invité ...

Incarne aussi Raziel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rudy0end0co.skyrock.com/
L’œil Fendu
avatar

L’œil Fendu


Messages : 345
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 25

Passeport de YNS
Race: Neko
Pouvoir: Nyctalopie ♥
Maître/Esclave de: Shin Kotsuki ♥

MessageSujet: Re: Dressage musclé [PV Léonie]   Ven 21 Jan - 9:52

Shin la félicita de devenir un peu plus raisonnable, un peu plus appréciable pour lui. Des simples mots qui vinrent pourtant réchauffer le cœur terrorisé de Léonie. Elle avait en quelques semaines changé de vie : elle a été livrée dans un monde qui ne devrait pas exister, elle est arrivée dans les mains d'un démon qui ne devrait pas être né, tout ça pour vivre des choses qu'elle n'aurait jamais dû vivre... Elle avait donc le droit de se réfugier quelques secondes dans une phrase superficielle, qui ne réapparaîtrait certainement plus jamais de la bouche de ce monstre.

Elle soupira de soulagement derrière ses cils épuisés, regardant faiblement les bestioles mécaniques s'échapper de son champ de vision. Elle ne tenait absolument pas à ce que des cyborgs s'occupent d'elle comme d'un placard à nettoyer, bien qu'elle ne valait pas plus que ça pour Shin : un simple meuble. Il avait juste à tailler le matériau brut pour en faire une pièce de salon admirable, parfaite et dénuée de toute pensée. Shin faisait juste dans l'originalité par rapport aux autres riches, il donnait une vie à ses meubles, en échange de services...

Ses yeux se fermèrent, poussant les quelques larmes présentes hors de leur lit, qui ruisselèrent à l'orée de ses yeux. Dans ce néant noir, cachée derrière ses paupières, elle remerciait Shin d'avoir été indulgent pour ce premier jour, puisqu'elle savait que les jours défileraient désormais toujours, et seulement avec lui. En effet, il aurait pu user de toutes les tortures si il avait seulement voulu s'amuser aujourd'hui, niant totalement les remarques de Léonie. Elle resta les yeux clos lorsqu'il la détacha, écoutant ces chaînes physiques la libérer pour laisser place à des chaînes morales qui s'établissaient entre le Maître et son esclave. Cela semblait ne pas lui suffire : il accrocha un collier en cuir noir autour du cou de Léonie qui l'agrippa entre ses petites mains chétives.


« Voici le lien qui nous unit maintenant, Léonie. Moi le maître dominateur, toi l'esclave soumise. Tu n'as d'autres buts que de me servir, de me satisfaire et d'obéir à mes ordres. Maintenant jouons un peu, le but de ce jeu est de satisfaire mon corps tout autant que j'ai satisfait le tien. Si tu y arrives, je te libérerais de cette laisse et t'offrirais ce que ton corps réclame tant... Shin passa une main sur l'intimité de sa prisonnière encore ruisselante de cyprine. ...Moi ! Maintenant, suis-moi. »

Les oreilles de Léonie se tapirent dans ses cheveux, décorant son visage d'un air abattu, et ses yeux regardèrent avec mélancolie ses petites pattes qui restaient figées sur la boucle d'acier de la laisse. L'onde sonore qui s'échappait des cordes vocales de Shin agitait avec frustration les organes velus de l'hybride, qui se dressaient prestement et repartaient rapidement s'enfermer sous la pâle crinière de la neko. Il la tira de sa rêverie en donnant un coup sec sur la laisse, tirant son haut du corps vers l'avant. Ses mains lâchèrent rapidement l'anneau étrangleur pour atténuer la petite chute : elle n'aimait pas cette position de soumission à quatre patte. Elle se redressa sur les fesses, posées avec élégance sur ses petits mollets, et fronça les sourcils vers Shin. Il ne comptait quand même pas la faire marcher au pied comme ces répugnants animaux, les chiens ? Il ne fit pas attention au caprice de sa jeune adoptée, et tira une seconde fois sur la laisse pour la mettre en marche. Elle ronchonna entre ses dents serrées, et le suivit au pas. Elle déhanchait son corps pour suivre "le Maître", donnant des coups de fesses tantôt à gauche, tantôt à droite. Ses seins nus tanguaient au rythme de ses pattes qui se mettaient avec grâce l'une devant l'autre, et ses cheveux lâchés grignotaient ses épaules avec légèreté.

Arrivé au bout de la pièce, il siégea sur le trône de qualité de la pièce, l'un des rares meubles de fortune présents ici. Sa stature paraissait imposante, écrasant la mince envie de cracher qui pouvait survenir dans l'esprit de Léonie. Elle n'osa même pas tirer sur la laisse qu'il ne tenait plus à poing fermé, ses yeux la sondant intérieurement et et la traquant profondément. Son regard de glace lui cristallisait toute envie de bouger, l'obligeant à concentrer seulement son attention dans ses yeux aux couleurs d'éclipses, qu'elle admirait sans se l'avouer. Il secoua la laisse dont le vif cliquetis réveilla la jeune abasourdie. Ses yeux clignotèrent de surprise et regardèrent autour d'elle, laissant l'envoutement de Shin se dissiper.

Elle fit face à une colline qui surélevait le terrain : le pantalon de Shin. Elle voyait la main tracassée de son bourreau qui voulait frénétiquement atteindre cette région bossue pour une raison encore inconnue. Son envie à ce qu'elle soit touchée ou tâtée devait être assez grande pour qu'il presse sa détenue à s'en occuper. Léonie le sentait. Ses yeux firent des aller-retour entre la bosse et son visage, et elle finit par comprendre qu'elle n'avait pas le choix. Elle plissa des yeux alors que ses petits ongles opéraient avec minutie la braguette qui enfermait cette bosse de chaleur. Léonie sentait la vie sous ses doigts longilignes qui déboutonnaient la tenue quotidienne de Shin. Lorsque le bouton lâcha prise, elle descendit avec curiosité le tissu intime qui se trouvait dessous. Elle manifestait de l'intérêt à savoir ce qui s'y cachait ; il suffisait de dévisager ses oreilles dressées en piques pour s'en apercevoir.

Lorsque le membre durci de désir s'échappa de son antre de tissu, il se dressa avec force, transperçant le vide de sa fière allure. Léonie fit un bond en arrière, ses poils se hérissant jusqu'à la queue. Elle faillit feuler un cri rauque, mais se retint en voyant la figure dessinée avec souplesse qui s'étendait avec aisance dans l'air de la cellule. Ses oreilles dubitatives, l'une relevée et l'autre couchée, restèrent de marbre un moment, avant de se réjouir une nouvelle fois les bouts en l'air. Elle ne savait pas ce que c'était, ne connaissant pas ce que ce pieux de chair pouvait faire naitre une fois dans le corps d'une femme...

Shin la ramena bien assez vite près de son entre-jambe, sa verge commençant à transpirer d'envie. Il ne fallait pas le faire attendre, et son empressement la dissuada de prendre son temps... Elle souleva son doigt timide pour venir toucher la base de l'organe génital. En promenant son doigt, ce démon de chair se contractait sous la fraîcheur horrible de sa petite main. Elle aimait tellement la chaleur corporelle qui s'en dégageait, elle avait envie de l'étreindre pour la ressentir... Par conséquent, sa main épousa avec délicatesse son membre virulent, décrivant les contours de la base de ce bâton de chair.

Ses petites doigts écoutaient les tissus spongieux de cette partie se tendre au contact de sa peau douce; les lèvres de Léonie se réjouirent d'émerveillement. Elle appréciait, avec une coquinerie inavouée, les réactions physiques de l'objet qu'elle tâtait avec inexpérience. Elle commença à faire parcourir sa main le long de ce manche, le pressant parfois par inadvertance, se familiarisant avec cet engin vivant. Elle arriva au sommet du « pic de minuit », et découvrit avec un petit sourire amusé le gland qui suintait des gouttes d'impatience. Il était là, au milieu de sa couronne de chaire rose, à attendre qu'on l'embrasse. Elle se rappela qu'il lui avait mordu avec gentillesse ses tétons lorsqu'elle avait clamé ne pas aimer cela, et il avait dit qu'elle devait s'occuper de lui comme il l'avait fait... Elle devait donc s'occuper de son « téton » si particulier.

Quelle heureuse chance de ne pas avoir été élevée convenablement dans une famille à tabous, envenimant l'acte du sexe à un statut sale : cela ne l'aurait pas aider dans cette situation. Après tout, elle ne connaissait pas le sexe du coup, et tant qu'elle ne ressentait pas son corps aussi agité que tout à l'heure, elle n'avait aucune idée de l'immondité morale qu'elle exécutait. Peu importe, les deux compagnons s'entendront bien pour une fois : après tout, elle aime bien lécher et téter le lait, qu'il soit maternel ou sexuel...

Elle déposa sa langue sur le téton qui s'étalait au pied de son gland. Elle lécha avec délectation ce bout de chaire durci d'excitation, découvrant avec doute ce nouveau parfum de Shin : une substance un peu salée. Pouvait-il secréter un nectar si subtil alors qu'il était un médiocre démon ? Elle s'appliqua à liper son gland de sa langue râpeuse, tenant fermement sa verge comme une petite sainte tiendrait une bougie entre les mains. Elle l'entendait laisser échapper quelques râles de plaisir : sa langue devait être particulièrement source de plaisir, elle se fait bien plus ressentir que celle d'une humaine à cause de son aspect physique original.

Elle capturait entre ses lèvres le début de son membre, l'humiliant de salive. Mais qu'en pensait-il ? Il n'avait pour le moment pas réagit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Démon et Marchand d'Esclaves
avatar

Démon et Marchand d'Esclaves


Messages : 1153
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 29
Localisation : Salle de dressage/Tour des dirigeants/Bureau de Shin(2)

Passeport de YNS
Race: Démon
Pouvoir: Télékinésie
Maître/Esclave de: Maître de Laurelin et de Alexandra

MessageSujet: Re: Dressage musclé [PV Léonie]   Ven 21 Jan - 16:33

Le jeu commença ...

Shin laissa tout à loisir le soin à la neko en phase de dressage de faire ce qu'elle avait envie pour satisfaire son maître. Il voulait juger de ses capacités dans ce domaine, que ce soit d'ordre des préliminaires ou bien d'ordres des pratiques. C'était une nouvelle phase de test, la première avait été de lui montrer qu'il dominait dans toute les situations et clarifiaient ce qu'il pouvait se permettre avec ses esclaves, c'est à dire tout. Puis il avait enchainé sur une phase de découverte pour le corps de la neko, découvrant où elle aimait qu'on la touche, qu'on l'embrasse, il recherchait ses parties érogènes. Ensuite, une fois que ces deux phases étaient achevées et ancrés dans l'esprit de la neko, il était passé à une troisième phase, courte qui consistait à tisser leur nouveau lien de maître et d'esclave. Et maintenant, ils étaient arrivés à la quatrième phase: celui du sexe à proprement parler. Elle avait maintenant la possibilité de faire ce que Shin avait fait sur son corps, se venger peut-être mais au sens de le faire souffrir, mais au sens de le faire jouir comme elle l'avait fait. Si cela allait dans ce sens, c'est que son dressage avait fonctionné, sinon il restait des angles à peaufiné ...

Il était fascinant de voir avec quelle curiosité Léonie découvrit le membre du démon. Sa réaction était typique des gens de son espèce. Elle avait presque feulé devant la subite apparition de son sexe tendu vers le plafond mais elle regardait cette nouvelle chose, cet objet de désir d'un œil nullement apeuré, plutôt curieuse et joueuse, se demandant ce que s'était. Elle était vierge, il le voyait tout de suite. Elle n'avait jamais vu de membre masculin, il était sa première fois ... Tant mieux, cela renforcerait cette impression de domination et de dépendance qu'il voulait faire naître en elle. Alors qu'elle découvrait de ses doigts et de sa main sa verge tendu et tous les aspects spéciaux et nouveaux de son objet de désir, Shin, lui, regarda le corps de sa neko, il se souvint qu'il l'avait regardé marcher à quatre pattes vers lui, ses hanches ondulant avec sensualité, ses fesses bougeant de gauche à droite telle un pendule dans un mouvement hypnotique. Ses seins aussi, ronds et parfaits se cognaient l'un contre l'autre, ce qui excita le démon. Elle avait un corps magnifique, il n'avait pas à le cacher, mais plutôt à l'exhiber et le bichonner. Mais pour le moment,l'heure n'était pas à cela, c 'était l'entraînement, le test de Léonie qui devait, avec le soin de préliminaire, faire jouir son maître ... Le démon sourit alors qu'elle regardait encore son membre tendu avec curiosité, souriant même, comme si elle s'amusait. U très bon point si elle prenait cela avec amusement, elle aimerait ce genre de pratique et c'était déjà un bon début ...


- Comme je te l'ai dit, tu dois me faire jouir sans utiliser ta petite chatte. Elle sera récompensée si tu arrives à faire ce que je te demande ... mmh ...

Shin soupira et ferma les yeux sous les petits doigts froids mais fins et doux de la neko qui jouait avec son membre viril. Elle décrivit les courbes de cet objet nouveau, découvrant cette sensation de touché. Le démon se laissa complètement aller, il faisait exprès de laisser paraître ce qu'il ressentait véritablement pour ainsi permettre à Léonie d'interpréter ce qui lui faisait le plus plaisir, là où il réagissait le plus. Cela permettait également, mais cela était inconsciemment pour le neko, de noueur leur lien, le rendre plus étroit et plus intime, donnant une légère impression de domination à l'hybride qui se déchainerait d'avantage, prenant sa revanche, une revanche sexuelle, au grand plaisir du démon. C'était une aide et un délice pour le marchand d'esclave. Léonie commençait à faire quelques va et vient sur son sexe et Shin laissa échapper quelques soupirs de plaisir de sa bouche, ses eux fixaient chaque gestes de Léonie et se fermaient aussi parfois sous le comble de l'excitation. Sa bouche était entrouverte et ses mains étaient posés sur les accoudoirs du petit canapé, pour le moment immobiles.

Mais c'est quand elle passa sa langue sur son gland bombé que cela lui arracha un gémissement. La langue rappeuse de l'hybride lui procurait des sensations toujours aussi agréables. Ils avaient fait cela avec bon nombre d'hybrides comme les neko, et la caractéristique première de ces femmes mi-chattes est leur langue qui était différente de celle des humains. Elle n'offrait pas du tout la même sensation et ses sens s'électrisa devant cet élan d'excitation qui grimpa en lui et sortit sous la forme de plusieurs gémissements ... Les mains de Shin se contractèrent sous les coups de langue frénétiques de Léonie qui échait son membre avec délectation. Elle aimait cela, elle aimait avoir son membre pour elle, Shin pouvait le voir dans ses yeux et dans ses gestes. Elle se rapprochait toujours un peu plus de lui, se collant presque pour pouvoir jouer avec l'objet de désir de son maître qui n'attendait que cela ...


- Tu es sur la bonne voix Léonie ... Continues ... Mmh ...

Oh oui, il fallait qu'elle continue ... Elle était sur le bon chemin si elle souhaitait être possédée par son maître, connaître le sexe avec lui, et tous les plaisirs que l'on pouvait connaître. Le bout des lèvres de la neko captura son sexe et commença à suçoter son gland, l'humidifiant pour mieux le faire glisser, attendant la pénétration buccale qui se faisait languir mais en même temps qui était inéluctable ...

_________________


Je vais m'occuper de ton dressage Invité ...

Incarne aussi Raziel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rudy0end0co.skyrock.com/
L’œil Fendu
avatar

L’œil Fendu


Messages : 345
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 25

Passeport de YNS
Race: Neko
Pouvoir: Nyctalopie ♥
Maître/Esclave de: Shin Kotsuki ♥

MessageSujet: Re: Dressage musclé [PV Léonie]   Ven 21 Jan - 22:29

Elle capturait entre ses lèvres le début de son membre, l'humiliant de salive. Elle prenait son temps à sucer le contour de cette couronne sur laquelle roulait sa langue, tournant avec lenteur dans un mouvement de rotation autour du gland central. Elle allait parfois le titiller plus sauvagement et précisément, focalisant l’extrémité de son organe buccal sur son point le plus sensible, son petit bouton d'or. Elle voulut englober ce membre de chaire afin d'y goûter différemment, mais elle entendit les muscles de Shin se tendre de part en part : ses mains se crispaient, ses sourcils se fronçaient et son torse respirait avec frustration.

La force qui émanait de ce corps dominant en était effrayante, presque persuasive qu'elle était seulement faite pour détruire. Léonie commençait à perdre de vue l'idée de garder ce membre pour elle : elle commençait à croire que Shin s’énervait en se contractant de colère, comme si il essayait de se retenir. Son humeur joueuse qui voilait son esprit s'évapora, ne se rappelant pas exactement que c'était ce qu'elle avait vécu auparavant ; elle confondit le plaisir au déplaisir. Il susurra des mots qui ne lui signifiait rien non plus, n'interprétant qu'au terme premier des mots. Léonie n'était vraiment pas civilisée.


« Comme je te l'ai dit, tu dois me faire jouir sans utiliser ta petite chatte. Elle sera récompensée si tu arrives à faire ce que je te demande... Mmh... »

Elle n'avait pas le droit d'utiliser sa petite chatte? Elle n'avait pas le droit de le toucher par elle-même? C'était peut-être pour cela qu'il commençait à râler en contenant son énergie avec difficulté... Elle lâcha instantanément sa verge, libérant sa verge de sa cavité buccale où un filet de bave s'échappait jusqu'à son gland, puis qui se rompit. Elle devait se cacher, elle n'aurait pas dû être si tentée par ce joyau vivant, elle voulait se taper sur la tête avec ses petits poings inoffensifs... Qu'elle était stupide!

Shin était encore en extase, le nez en l'air sous les caresses félines que lui avait prodigué la petite chatte de salon. Cependant, il suffisait d'un moment d’inattention pour que la souris échappe momentanément au chat. Léonie, prise d'une panique indécelable par le Maître des lieux qui s'étalait dans son divan, était rongée par l'envie de partir dans l'alcôve voisine à la pièce principale. Elle ne savait pas ce qu'il y avait, mais peut-être trouverait-elle là-bas de quoi se dissimuler le temps que Shin reprenne une humeur tranquille, moins condensée dans ses muscles bandés.

C'était le moment. Shin était sur le point de jouir; terme que Léonie n'avait d'ailleurs pas compris. Elle s'échappa agilement sur ses petites pattes souples, la chaîne de son collier se déroulant entre les mains de Shin qui planait encore sur son nuage pervers. La laisse assez courte tomba à terre, la boucle frappant le sol avec un bruit assourdissant qui dû alerter désormais Shin. Il devait avoir les yeux rouges derrière elle : il se retrouvait à la pointe de la jouissance, et Léonie venait de lui interdire tout plaisir, le pire des châtiments.

Elle arriva dans une pièce d'eau. En suivant les coins de cette pièce, on tombait sur une armoire assez glauque, bien qu'entrouverte. Il y dépassait de là des pans de tissus, peut-être de la dentelle sur l'extrémité des manches d'une des tenues. Qu'importe, elle alla se nicher dans ces vêtements, se roulant en boule sous ces jupons et ensembles douteux... Aussi silencieux qu'un chat, seul ses iris perçant qui renvoyait une lumière opaque étaient visibles à travers la fente de l'armoire dont la porte baillait un peu. Elle ne remarqua pas la laisse qui trainait au dehors. Elle était tapie de peur sur cette armoire de bois lustré avec fortune.

Que lui fera Shin une fois qu'il l'aura retrouvée ? Elle venait de l'humilier si bêtement, le privant du bonheur du sexe qu'il vénérait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Démon et Marchand d'Esclaves
avatar

Démon et Marchand d'Esclaves


Messages : 1153
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 29
Localisation : Salle de dressage/Tour des dirigeants/Bureau de Shin(2)

Passeport de YNS
Race: Démon
Pouvoir: Télékinésie
Maître/Esclave de: Maître de Laurelin et de Alexandra

MessageSujet: Re: Dressage musclé [PV Léonie]   Mar 25 Jan - 15:50

On se demande toujours pourquoi les hommes, quel qu'il soit apprécie toujours autant l'acte de la fellation ... Pratique largement pratiquée par la gente féminine, bien que tabou et nullement avouée. Démon, humain ou hybride, n'importe quel mâle ne peut dire qu'il n'aime pas ce geste excitant et profondément jouissif. Pourquoi ? La raison en est pourtant évidente. La domination. La sensation d'être sous l'emprise de l'autre mais en même tant avoir la sentiment de la contrôler, d'avoir l'ascendance. Les deux partenaires ont chacun ce sentiment et l'homme est en extase total que la femme avec qui il partage cette expérience soit à ses pieds, à genoux ou allongée entre ses cuisses ou bien encore à ses côtés, se penchant sur ce membre désireux d'un peu de chaleur. Pratique qui est considérée comme étant sale et non valorisante pour les femmes ... Et pourtant, elles sont les première à le réclamer. Shin en avait fait l'expérience. Oh oui, toutes ces jeunes filles qu'il avait dressé dans son magasin, toutes ces pseudo saintes ni touche qui une fois un membre dressé devant leur bouche ne peut s'empêcher de le gober, parcourant la longueur de leur langue fine et douce. Shin en souriait. Non, elles n'étaient pas aussi pure et innocente qu'elles le disaient. Elles se façonnaient une image, se montrant sous un jour où la corruption et la perversité ne les avaient pas atteintes. Alors que dans le fond, tout au fond de leur cœur et leur âme ... L'appétit du sexe les habitaient, elles avaient une envie de sexe dévorant leur antre mouillée de cyprine. Soi-disant non expérimentée ... Non, elles savaient sucer leur homme, leur maître ou le partenaire d'un soir comme personne, aillant chacun sa technique.

Léonie ne faisait pas exception à cette règle. Loin de là, elle savait pertinemment s'y prendre avec le membre du marchand d'esclave qui, aux premières caresses buccales de la neko, s'était laissé emporter dans les limbes de la luxure, un domaine qu'il aimait tout particulièrement. Et pourtant elle n'était pas aller bien loin. Elle n'avait juste jouer qu'avec son gland, titillant celui-ci avec amusement et Shin s'était sentit partir au loin, quittant ce monde pervertit par lui pour rejoindre les strates supérieures de la jouissance ... Non, la petite neko avait de l'expérience, une expérience peut-être pas acquise par la pratique mais par un instinct bestial, une envie viscérale de sexe, inconscient et enfoui mais qui avait faire surface. Le démon laissait ses mains crispées sur les accoudoirs pour mieux voyager, les muscles de son corps se contractant un peu et se relâchait parfois, prit sous les coups de langue nouveaux et excitants de Léonie. La jouissance n'était toujours pas là, il en fallait bien plus pour qu'il puisse venir mais le début de cette fellation était des plus prometteurs pour lui et aimait cette douce caresse que l'hybride pratiquait sur son objet de désir ...

Tout alla très vite. Elle coupa le lien et la chaîne que tenait Shin dans sa main se dégagea de son étreinte après un moment de relâchement. La semence du démon grandissait et s’emmagasinait à la frontière de son gland mais ne sortit pas car Léonie l'avait coupé au tout début d'une délivrance qui aurait put venir. Elle s'enfuit, quittant la pièce pour aller se réfugier dans la salle d'eau, sa laisse trainant derrière elle et émettant des cliquetis métalliques. Le démon se redressa, se demandant qu'est-ce qui se passait. Ce fut d'abord de la surprise mais peu à peu, le sentiment de frustration naquit en lui et vint raisonner à son sexe qui n'avait pas du tout été rassasié comme il se devait ! Shin se leva promptement en frappant des poings sur ses accoudoirs qui se fissurèrent sous la colère du marchand d'esclave ...


- Léonie ... Tu n'aurais pas dut faire ça ...

Sa voix s'éleva lentement, contrôlée mais qui laissait paraître une colère maîtrisée mais à la limite de l'explosion. Le frustrer ainsi ? Elle en avait prit un gros risque et on ne jouait pas ainsi avec les envies de sexe du maître sans en pâtir après. Le démon se rhabilla en quelques secondes, gardant le silence. Sa colère grandissait et l'aura qu'il dégageait grandissait, rendant l'air de la pièce lourd et rare. Shin leva une main vers le plafond et un brouhaha naquit dans les sommets du toit. De l'ombre de la toiture descendit une armée faisant vibrer les murs de la salle: une centaines de vibromasseurs descendirent le long de gigantesques fils électriques, émettant des vibrations assourdissantes. Shin avança lentement vers la salle d'eau et ouvrit la porte qui se mit à grincer, faisant un bruit digne d'un film d'horreur. Les serpents mécaniques, distributeurs de torture physique se tortillèrent autour du démon. Dans l'encadrement de la porte, seule son ombre se découpait à contrejour vers l'armoire dont la laisse dépassait, trahissant l'endroit à Léonie était cachée. L'armoire était entrebâillée et elle pouvait voir l'armée que commandait le démon sous son pouvoir. Il leva une main lente et déclara d'une voix qu s'éleva au-dessus des vibrations ...

- Amenez-la moi ...

Les serpents fusèrent alors sur l'armoire et l'ouvrirent en s'enroulant autour des poignets. D'autres vibromasseurs s'emparèrent des jambes et des bras de Léonie afin de l'extirper de cette armoire contenant des tenues pour femme exclusivement constituée de costumes. Sensuelle pour la plupart mais Léonie n'aurait pas le temps de les voir, le démon avait d'autres idées en tête ... Les serpents mécaniques apportèrent le corps de l'hybride vers le maître qui la regarda avec un sourire sadique au visage. Leur deux visages se firent face à face mais la puissance qui émanait du corps du démon écrasait la frêle hybride emprisonnée. Le démon se pencha à son oreille et lui dit d'un ton mielleux et amusé ...

- Tu as donc décidé de me résister ... Très bien Léonie, alors à moi de m'amuser !

Il fit volte face et marcha dans la précédente pièce, les serpents le suivirent en emmenant avec eux la corps de Léonie qui était soulevée au-dessus du sol. Une table glissa sur le sol et vint au milieu de la pièce et les vibromasseurs posèrent le corps de Léonie dessus, la mettant à genoux sans la lâcher. Quant à Shin, lui fouilla sur une table contenant des bocaux, à la recherche de quelques chose qu'il trouva rapidement: un rat ... Shin se retourna en face de Léonie, il tenait à la main un tube en plastique et un rat qui courait à l'intérieur, enfermé par un bouchon. Shin eut un grand sourire et claqua des doigts. Ce qui s'ensuivit, peu de personne l'avait subi. La centaine de vibromasseurs vibrèrent à leur maximum et caressèrent les zones érogènes de Léonie. D'autres serpents qui ne jouaient pas avec son corps la déshabillèrent, lui ôtant ses vêtements lentement et pouvant ainsi, tout à loisir titiller toutes ces parties intimes. Ses seins, ses tétons, sa bouche, ses oreilles, son cou, sa tête, ses mains, ses bras, sa poitrine, son buste, son ventre, ses haches, son dos, ses pieds, son antre, ses fesses, son clitoris, son anus, ses cuisses. L’intégralité de son corps était ainsi torturé. Cela dura quelques secondes, mais toute cette décharge de vibrations dans le but de réveiller ses sens avait dut la faire basculer dans un état second. Alors Shin s'approcha d'elle avec son rat, les vibromasseurs arrêtant leur manège et emprisonnèrent la neko, l'empêchant de bouger. Le démon fit le tour de Léonie ...

- Je suis déçu Léonie ... Tu avais si bien commencer. Mais là ... Tu n'aurais pas dut arrêter ce qui tu faisais hybride, il y en a en tout cas que risque de faire du mal à la petite neko. La petite bête va sûrement prendre sa revanche sur les nekos qui ont dévoré sa famille n'est-ce pas ? Il regarda le rat qui courait dans le tube en plastique, puis Shin reprit. Je vais devoir sévir Léonie ...

Les vibromasseurs mirent Léonie à quatre pattes, faisant écarter les fesses de la neko. Shin se tenait juste derrière. Il se pencha sur cette partie charnue et alléchantes de la jeune esclave et lécha cet anus qui lui donnait envie de le sodomiser. Mais ce n'est pas lui qui s'en chargerait ... Il posa le tube de façon à ce que le rat puisse, à l'ouverture du tube, pénétrer les fesses de l'hybride; puis, il fit le tour de la table pour venir se placer devant la neko, ouvrant son pantalon et dévoilant une nouvelle fois son membre qui se tendit devant sa bouche. La voix de Shin s'éleva à nouveau, offrant un choix à Léonie, un choix auquel il ne reviendrait pas en arrière ...

- Tu as le choix esclave ... Soit tu reprends là où l'on s'était arrêté, soit le rat pénétrera ton petit cul pour aller grignoter tes organes de l'intérieur. Je ne laisse qu'une fois le choix hybride, saisis ta dernière chance ...

Le tube avait un couvercle qui se dévissait et à tout moment il pouvait basculer pour laisser le rat venir s'infiltrer à l'intérieur du corps de Léonie. Le passage serait difficile et douloureux pour Léonie mais une fois à l'intérieur, ce sera une mort lente et agonisante et sans possibilité de retour. Le démon commença à se caresser devant le visage de Léonie alors que les vibromasseurs relâchèrent les bras de Léonie pour lui laisser l'opportunité pour s'en servir pour faire jouir son maître. Ou alors pour essayer de se débattre ... mais là, ce serait la fin. Shin n'attendait plus qu'une chose: que l'hybride laisse éclater son appétit de sexe qui la dévorait à l'intérieur et qu'elle s'offre complètement à lui, telle l'esclave qu'elle était et serait pour toujours ...

_________________


Je vais m'occuper de ton dressage Invité ...

Incarne aussi Raziel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rudy0end0co.skyrock.com/
L’œil Fendu
avatar

L’œil Fendu


Messages : 345
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 25

Passeport de YNS
Race: Neko
Pouvoir: Nyctalopie ♥
Maître/Esclave de: Shin Kotsuki ♥

MessageSujet: Re: Dressage musclé [PV Léonie]   Mer 16 Fév - 16:44

Qu'est-ce que la peur ? Simple réaction chimique qui se déroule et se déverse dans nos cellules nerveuses, pour nous faire ressentir ce que l'on appelle un sentiment. C'est un nuage de transmissions chimiques qui nous alertent, nous fait réagir promptement sans réflexion. Léonie avait été envahie par cette peur futile, réaction très banale chez un animal craintif, qui réclame normalement de l'affection, et qui est censé donner de la confiance à son possesseur. Shin n'avait rien de tout cela, à se demander s'il l'once douce d'un sentiment, à part celle de la jouissance et de la luxure, hantait le cadavre en putréfaction de son cœur.

Pourquoi avait-elle confondu le plaisir à la colère ? Peut-être car l'être de Shin ne pouvait pas, d'après sa petite personne, éprouver de bonnes choses dans sa mauvaise personne. Elle était assez catégorique : elle rangeait les méchants dans les méchants, et les gentils dans les gentils. Savoir qu'un démon pouvait être si subtil pour se faire du bien en usant de son « méchant » pouvoir, c'était demander à Léonie trop d'intelligence. Elle finira sûrement par comprendre les motivations de son ravisseur un jour, mais un chat s'habitue avec le temps. Tant pis pour elle, aujourd'hui, jour de sa capture, elle ne fera qu'éxécuter ce qu'on lui demande, sans pour autant y déceler le réel jeu de perversité que Shin instaurait en ces lieux.

Il arrivait, étouffé par l'envie de vengeance qui affectait la petite salle en bois. Elle venait d'entendre les accoudoirs céder sous le courroux des poings de Shin. Elle aurait bien voulu sortir et se rendre, mais l'esprit n'est parfois pas raisonnable. Elle restait pétrifiée au fond de son placard, attendant le jugement implacable et sévère. Était-elle animée de l'envie de voir ce qu'il pouvait lui infliger ? Le subconscient est une entité invisible mais réelle qui altèrent parfois nos réactions ou nos gestes. Se pourrait-il qu'elle, contrairement à son habitude, ne se soit pas rendue ? La frêle créature qui vivait avec acceptation de la soumission dans les cachots de son père cherchait-elle une raison de mériter cette soumission ? La punition est bel et bien un moyen de soumettre. Mais Léonie n'en était absolument pas consciente, elle restait un animal à l'esprit plus vif que penseur.


«  Léonie... Tu n'aurais pas dû faire ça... »

Une mélodie de vibrations résonna dans la pièce adjacente, embaumant la salle d'un son de vipère à clochette. C'était assez frustrant comme son, puisque cela ne ressemblait à rien de ce qu'elle connaissait. C'était des fourmillements qui dansaient en hauteur, donnant un bal céleste que Léonie rejoindrait bientôt. Ses yeux se posèrent sur l'ombre effacée au sol, décrivant presque avec sérénité son contour normalement effrayant. Il claqua les doigts, la sortant de sa torpeur mélancolique, et elle fut rapidement extirper de sa minable cachette. Ses ongles agrippèrent une tenue sexy, comme pour se retenir de ce qu'elle attendait -impatiemment ?-... Elle esquiva de son support une ravissante tenue en latex, ornée de sangles à la taille, ce qui dégageait un certain charme coquin. La particularité de ce vêtement, et certainement ce pourquoi elle avait été achetée, c'était qu'elle était fendue à l'entre-jambe : la fissure laissait libre vue à qui voulait voir le sillon des fesses de madame ou le pubis soigné de celle-ci. De plus, elle offrait un généreux poste d'observation au niveau de la poitrine ! Rien de mieux pour promener une nouvelle acquisition afin de la remettre à sa place. En effet, l'effet escompté après la honte qui aura rongé le sujet, se trouvera-t-elle certainement plus compatissante... Mais qu'importe, elle ne servira sûrement pas à Léonie qui la laissa s'échapper de ses griffes dans l'encadrement de la porte, alors qu'elle était tractée de force par ces serpents mécaniques. De toute manière, il manquait à cette tenue les belles cuissardes lacées qui allaient avec, elle n'avait donc aucun soucis à se faire. Elle repartirait simplement avec les lambeaux de ses vêtements.

Spoiler:
 

« Tu as donc décidé de me résister ... Très bien Léonie, alors à moi de m'amuser ! »

Après sa petite comédie de résistante, elle se retrouva sur une table presque d’auscultation. Elle fut soumise de se mettre à genoux, ses poignets tendus devant elle, alors que ses assaillants se régalaient de la peau de lait de leur victime. Elle s'échoua sur ses avants-bras lorsque quelques vers métalliques rehaussèrent ses fesses pour mieux en profiter. Elle tremblait d'impuissance. Elle recueillait avec une voix saccadée, à cause de sa respiration vacillante, les caresses de ses malfaiteurs. Ses mains, comme celles de Shin précédemment, se crispaient sous le plaisir, qu'elle ressentait désormais plus facilement que la première fois. Elle arrachait sous ses ongles de chasse les fibres du bois de luxe qui la tenait à hauteur de l'homme qui se délectait de sa situation. Elle écoutait, l'esprit plus loin que la résistance, l'extrême parcours du plaisir qui s'engouffrait dans ses cellules réceptives. Immobile en gémissant, son corps acceptait anormalement le traitement. Elle fut basculée sur le dos, et c'était les mains à côté de ses joues teintées de pourpre qu'elle ressentait ouvertement le vibromasseur de son sein droit, celui qui arrachait son téton gauche, et aussi celui qui venait saluer son clitoris...

Les vibromasseurs s'arrêtèrent sèchement, laissant Léonie dans sa bulle parfaite quelques secondes avant qu'elle ne revienne dans un état normal. La redressant à quatre pattes, les vibromasseurs redevinrent des absurdes objets pour Léonie : elle n'avait donné de l'affection à ces choses que quelques instants, et heureusement pour elle. Shin s'approcha pour attirer son attention sur l'animal répugnant qu'il tenait dans un tube en plastique. Léonie n'aimait vraiment pas les rats, elle en avait trop côtoyer dans son enfance sans les avoir connu comme repas, mais comme malédiction.


« Je suis déçu Léonie... Tu avais si bien commencer. Mais là... Tu n'aurais pas dû arrêter ce qui tu faisais hybride. Il y en a en tout cas un qui risque de faire du mal à la petite neko. La petite bête va sûrement prendre sa revanche sur les nekos qui ont dévoré sa famille, n'est-ce pas ? Il regarda le rat qui courait dans le tube en plastique, puis Shin reprit. Je vais devoir sévir Léonie... »

Lorsque Shin s'approcha de son fessier pour y placer l'horrible créature, ses jambes se gainèrent pour fuir l'abomination qui s'approchait des fesses qu'elle souhaitait garder intactes. Oui, la peur venait de se graver sur son visage. Ses muscles bandés s'acharnaient une nouvelles fois sur les menottes de sa liberté, elle abhorrait plus que tout ces horreurs à dents jaunes. Shin était atroce, un digne utilitaire du chantage : il lui proposait de vivre contre une vraie fellation. Elle n'hésita pas à choisir, à une seule condition.

« Elle est... le fera. Sans lui... d-derrière. » dit-elle avec un air pitoyable face aux yeux rouges du petit rongeur.

Shin fut clément, faisant léviter l'objet du chantage un peu plus loin. Elle n'avait rien à se reprocher, tout ce qu'elle allait faire était
seulement pour la survie. Alors que son soi-disant Maître se masturbait pour reprendre des formes, elle l'arrêta pour continuer elle-même ce mouvement. Ce membre éclatait de puissance dans ses petite mains, et ses yeux humides brillaient presque d'amour pour cet objet. Mais ces petites larmes étaient due à l'effroyable réaction de peur que le rat avait suscité chez elle. Désormais, elle coulissait sa paume douce le long de la courbe athlétique de Shin, son pouce guidant fermement ses mouvements. Elle arrêtait parfois ce mouvement d'aller-retour pour masser cette chaire sensible, ondulant par rotation son pouce sur ce pieux réclameur de caresses. Elle trouvait vraiment fascinant cette partie du corps qu'elle n'avait jamais connu, et qu'elle ne possèdera jamais. Elle le traita presque comme une femme aimante. Elle finit même, par gourmandise sexuelle, par l'englober sous ses lèvres, étranglant le gland sous sa sainte langue. Dans cette position, le membre de Shin reposait sur un divin piédestal : les seins pulpeux de Léonie. Elle ne les utilisera aujourd'hui seulement pour cette fonction, l'expérience venant avec la pratique. Sa petite bouche, rassasiée d'avoir léché les petites perles de plaisir qui gouttaient de son gland, commença des va-et-viens sur la hampe de cet organe. Ses petites lèvres serrées devaient accentuer l'extase de Shin qui se révélait être un Lion - un homme reposé servit par sa femme dévouée, la lionne?-. Les petits signes de bien-être de la victime de Shin refirent enfin leur apparition : une queue très mobile et des oreilles qui n'arrêtent pas de gesticuler. Il avait eu raison de retirer la source certaine de son stress, ce rat, qui lui permettait désormais de regarder avec satisfaction la découverte du caractère refoulé de sa soumise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Démon et Marchand d'Esclaves
avatar

Démon et Marchand d'Esclaves


Messages : 1153
Date d'inscription : 19/02/2010
Age : 29
Localisation : Salle de dressage/Tour des dirigeants/Bureau de Shin(2)

Passeport de YNS
Race: Démon
Pouvoir: Télékinésie
Maître/Esclave de: Maître de Laurelin et de Alexandra

MessageSujet: Re: Dressage musclé [PV Léonie]   Lun 21 Fév - 18:50

Dangereux dilemme qui s'offrait à la neko soumise: faire plaisir à son tortionnaire ou bien subir sa colère. Le choix avait été fait et ce, très rapidement. Quand la vie de quelqu'un était en jeu, il n'y avait pas d'alternative possible sauf celle qu'offrait le dominant, que cela plaise à la victime ou pas. Le rat, instrument de torture, gesticulait dans son tube en plastique et attendait de voir quel sera son sort. De ses yeux rouges et minuscules, il scrutait tout ce qu'il voyait par les parois translucide de sa prison et appréciait le met qui s présentait devant lui. Il fixait la croupe tendu de la neko qui allait se faire attaquer par ses petites dents acérées. Le rat allait enfin pouvoir se venger de tout ce qu'il avait enduré à cause de ses hybrides et il allait enfin pouvoir s'amuser avec l'une d'entre elles. Le tube s'envola alors et fut déposée sur une table loin du corps de Léonie et le rat montra un certain signe d'excitation et de colère en bougeant dans tous les sens. Shin avait retiré la menace du fessier fort excitant de la neko, puisqu'elle avait choisi,comme il l'avait prévu, de lui faire plaisir à la manière dont il le réclamait. Le démon se tenait toujours face à Léonie, se masturbant le membre pour lui redonner un peu de raideur afin qu'il soit tendu au maximum. Mais Léonie en décida autrement et s'empara de son sexe viril de ses frêles mains douces et continua son mouvement, admirant les yeux baignés encore de lame de peur, cet objet de désir. Le démon eut alors un sourire sur ses lèvres, dessinant un rictus satisfait et il caressa sa joue pour lui faire comprendre qu'elle avait fait le bon choix ...

- Très bien, tu as sagement bien choisi Léonie ... Maintenant fais ce que tu as à faire ...

Léonie prit alors tout son temps pour découvrir cet objet appartenant au corps de son maître. Sa main jouait avec son membre et la peur quitta bien vite le nouveau regard de Léonie, un regard qui exprimait un intérêt soudain pour le membre de son maître. Elle n'avait jamais vu un tel instrument de plaisir et chaque passage de ses doigts sur sa verge tenue montrait qu'elle voulait y prendre soin et de la meilleure façon possible. Elle caressait son membre lentement, allant de plus en plus vite sous le regard amusé et excité du démon qui appréciait chaque mouvement de mains. Shin regardait le corps de Léonie ondulé lentement sous sa queue qui balayait l'air avec vivacité, signe d'excitation qui grimpait encore et encore, ainsi que ses oreilles qui bougeaient sur sa petite tête. Puis sa main fut rejointe par la fine bouche de l'hybride qui arracha un soupir au démon qui n'attendait que ça ... Elle le prit alors en bouche après avoir magnifiquement léché avec avidité son gland dur et doux. Elle entama une série de va et vient lent et excitant pour les sens de Shin qui caressa sa joue et frémit sous ses soins buccales. Elle savait parfaitement s'y prendre pour quelqu'un qui n'avait jamais fait ce genre de chose ... Les femmes savaient s'y prendre instinctivement, elle connaissait les gestes à faire pour faire plaisir à leur homme et c'était cela avec toutes les femmes. Elles aimaient faire plaisir aux hommes et Léonie ne dérogerait pas à la règle universelle du plaisir ...

Le plaisir grimpait progressivement alors que Shin pouvait maintenant lire dans ses yeux une excitation quasiment incontrôlable. Elle aimait ce qu'elle était en train de lui faire, découvrant un côté moins innocent et pur de la neko qui laissait apparaître un esprit plus enclin à la tentation charnelle. Léonie suçait son membre, sa tête décrivant des mouvements hypnotiques pour le démon qui laissa échapper un râle de plaisir ...


- C'est très bien comme ça Léonie, continues et fais moi jouir ...

Le démon se laissait complètement aller aux soins de Léonie qui, pendant un bref instant, devenait une sorte de dominatrice. La fellation était un acte qui transformait l'homme en une créature docile et soumise. Juste quelques minutes qui rendaient le démon aussi esclave de son propre plaisir que l'hybride qui lui faisait tellement de bien. Son membre se mit à gonfler sous ses caresses de ses lèvres et de sa langue, sentant sa semence grimpée dans le conduit de son appareil reproducteur et qui allait bientôt exploser dans une libération de jouissance. Shin caressa la joue de Léonie, signe qu'il allait bientôt venir. En plus de ses caresses, ses gémissements devinrent de plus en plus rapprochés entre eux, et sa respiration devenait plus rapide au fur et à mesure que la fellation de Léonie lui procurait du plaisir. Soudain il se crispa, serrant les dents et laissa ses sens s'envoler alors qu'il se libérait de toute cette tension emmagasinée ...

- Mmmmh !!!

Sa semence se déversa alors en grande quantité entre les lèvres de la neko, inondant sa bouche d'un flot de semence chaude et laiteux. Shin trembla légèrement de tout son corps alors qu'il retira son sexe de la bouche de Léonie. Qu'elle avale ou pas, cela lui était égal pour l'instant. Pour le moment, elle avait parfaitement respecté ce qu'il lui avait demandé et elle l'avait accomplie avec tout le plaisir du monde. Le démon lui caressa les cheveux et lui gratifia d'une autre caressa au niveau de ses oreilles la féliciter.

- Bon travail Léonie, tu as fais exactement ce que ton maître attendait de toi ... Je te proposes maintenant de continuer en des lieux plus appropriés à ton dressage.

Shin claqua alors des doigts et alors qu'il se rhabillait, un garde frappa à la porte. A l'invitation de Shin, il rentra et lui demanda ce que son maître lui voulait. Shin ordonna au garde d'emmener Léonie dans ses appartements aux château et qu'il lui donne des vêtements plus adéquats à sa nouvelle fonction au sein de son domaine: servante. Le garde hocha la tête et attendit qu Léonie vienne vers lui/ Le démon se pencha alors sur elle, son sourire irradiant de malice son visage exprimant déjà une certaine perversité et lui dit ...

- Et ne penses même pas t'échapper hybride ou bien je te retrouverais et le seul goût qu'il te restera en bouche, sera celui de ton sang ... Maintenant vas et prépares toi comme il se doit. Quant à toi le garde, surveilles la bien ... Si elle s'échappe à ta surveillance, tu peux dire adieu à ce qui te sers de pompe à plaisir !

Le garde vint alors chercher Léonie, évitant le regard de son maître et la tira sans usé de force hors de la salle de dressage sous les yeux pervers de Shin qui regardait ondulé le corps de la neko. Une fois qu'il fut sortit, il approcha de la table où se tenait le rat toujours enfermé dans son tube, puis il le sortit et le tint dans sa main, le soulevant par la queue et le regarda en souriant. Puis tout en laissant échapper un rire qui montait en intensité, il s'empara du corps du rat et l'écrasa à même sa paume dans un bruit macabre et spongieux. Son rire se fit entendre dans toute la pièce alors qu'il laissa tomber le cadavre du rat en charpie sur le sol ...

- Et un dressage encore accompli, un ...

_________________


Je vais m'occuper de ton dressage Invité ...

Incarne aussi Raziel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rudy0end0co.skyrock.com/
L’œil Fendu
avatar

L’œil Fendu


Messages : 345
Date d'inscription : 06/07/2010
Age : 25

Passeport de YNS
Race: Neko
Pouvoir: Nyctalopie ♥
Maître/Esclave de: Shin Kotsuki ♥

MessageSujet: Re: Dressage musclé [PV Léonie]   Mar 22 Fév - 3:10

Léonie, lors de l'acte cruellement sexuel, avait été immergée d'une pulsion qui la commanda. Les gestes s’exécutèrent les uns après les autres, influencés tous par ce sentiment qui s'épandait tel un venin dans son réseau nerveux. Tous ses mouvements furent articulés par cet instinct, l'envie et le plaisir dévorant. S'était-elle laissée possédée par ce poison qui lui avait envenimé les idées, au point de la soumettre à si basse action ?

Lorsque Shin éjacula dans sa bouche, ses pupilles fragiles, hypnotisées par cette tentation envahissante, perdirent l'éclat de l'excitation qui les habitait. Ainsi, ses yeux translucides par lesquels étaient visibles un certain amour se fanèrent, laissant place à des obsidiennes d'ébène, aussi denses que la colère et la rancune qui dévorait désormais son organe le plus vital. Pouvait-il coexister l'amour et la haine d'une même personne dans ce petit joyau, nommé cœur palpitant ? Léonie refusa cette révélation, et recracha ce qui n'avait pas déjà pénétré le fond de son gosier, s'étouffant jusqu'à ce que la dernière goutte d'impureté quitte ce lieu de plaisir pour Shin.


« Bon travail Léonie, tu as fais exactement ce que ton Maître attendait de toi... Je te propose maintenant de continuer en des lieux plus appropriés à ton dressage. » dit-il avec l'ironie de la domination dans la voix.

« Je n'ai fait que survivre, créature exécrable. Vous ne serez jamais Maître que j'écouterai par plaisir. » marmonna-t-elle de manière inaudible, juste pour se parler à elle-même, pour se convaincre encore qu'elle n'était pas sienne. Elle avait tort, et finirai par l'admettre.

Shin, n'entendant pas cette réplique crachée sans respect, claqua des doigts pour appeler l'un de ses subordonnés. Il invita celui-ci à conduire sa petite acquisition journalière à son château. Elle allait se retrouver dans un bâtiment qui empestait le démon et la fortune, la luxure des grands et la dépression des petits. Ses mains, le long de son corps meurtri par les caresses, s'étouffèrent mutuellement, ses ongles arrachant la peau qui laissa perler quelques gouttes sanglantes. Elle se haïssait de s'être plainte de sa précédente condition de prisonnière : la solitude chez son père était moins coriace que la compagnie ici présente.


« Et ne pense même pas t'échapper hybride ou bien je te retrouverais et le seul goût qu'il te restera en bouche, sera celui de ton sang... Maintenant, va et prépare-toi comme il se doit. Quant à toi le garde, surveille-la bien... Si elle échappe à ta surveillance, tu peux dire adieu à ce qui te sers de pompe à plaisir ! » lui dit-il avec le visage rongé par un sourire pervers, et cruellement réel.

Léonie se releva difficilement sur ses jambes pantelantes, s'appuyant avec dureté sur la table qui lui avait servit de piédestal à sa précédente humiliation. Elle évita le regard éclatant de malice de Shin, lui passant devant sans lui donner l'once d'un peu d'admiration à son égard. Elle traversa la salle et titubant assez lentement, traquée par le garde qui tenait son bras. Elle cachait avec l'autre bras le peu d'intimité qui lui restait : sa poitrine, fatiguée de respirer pour vivre avec cet homme. Il ne dit mot à son Maître en quittant les lieux, et entraina l'hybride épuisée à travers les couloirs glauques de cet endroit, trottinant maladroitement sur des dalles crasseuses d'humidité. Elle manqua de glisser à plusieurs reprise dans sa tenue d'Eve, mais le garde la tenait fermement pour qu'elle ne s'écrase et s'écorche méchamment le visage. Ils furent ensuite transportés par un chauffeur privé jusqu'à l'immense domaine qui trônait sur une montagne de roc noir. C'était une résidence qui étalait son prix sans modestie, c'était bien à Shin ça...

Elle arriva trop vite dans l'enceinte de cet établissement luxueux, et fut guidée avec autant de courtoisie pas ce garde dans les entrailles profondes de ce bâtiment. Il la poussa, après avoir ouvert une porte avec un geste qui trahissait son impatience, dans une chambre assez sombre. Seules les parois d'un rouge écarlate réfléchissaient un peu de beauté dans cette salle, même si les torches éclairant cette pièce ne diffusaient pas assez de lueur pour que les yeux se noient dans ce mur de sang. Trop distraite, le garde énervé lui balança un tas de vêtements dans les bras, il s'agissait d'un ensemble de servante : une robe noire qui se devait d'être recouverte par un tablier blanc, des bas de neige en dentelle, et une coiffe de soubrette qui siégerait un bon moment aux côtés de ses oreilles de velours noir.


Spoiler:
 

« Sortez. » fustigea-t-elle sans sympathie.

« Et que tu sautes par la fenêtre ! Tu as de belles idées ma petite coquine ! Déshabilles-toi pour que ton Maître ne patiente pas trop. Aller aller ! » dit-il en caressant sans se retenir sa croupe à la peau tendue.

La main de Léonie eu un geste catégorique et très franc, elle lui gifla le revers de cet organe pervers en agrippant un peu de sa peau, afin qu'il saigne légèrement. Il râla en crachant des insultes, mais ne la toucha plus. Elle se mit de dos et enfila correctement cette tenue désormais quotidienne, et noua autour de son cou un ruban qui trainait dans le tas, ne savant pas vraiment ce qu'il venait faire là. Elle fit valser sur corps sur la pointe des pieds, et enfonçant sa coiffe derrière les oreilles elle sortit de cette salle onéreuse. Elle commença à suivre le garde qui lui reprit d'un geste très rancunier son petit poignet, enflant sous la pression ravageuse de cette main. Il la conduit dans une pièce commune, comme un salon.


« Ton Maître ne va pas tarder à arriv-... Maître. » dit-il en s'inclinant face à son supérieur de rang. Il sourit, se rattachant à son Maître pour obtenir vengeance. « Votre esclave est bien mal dressée, elle attaque plus sournoisement qu'une vipère ! Sale chienne... » s'exclama-t-il en fusillant Léonie de yeux décapités par la faiblesse de statut, ne pouvant se venger seul.

(Lien du RP suivant => Château de Shin)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dressage musclé [PV Léonie]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dressage musclé [PV Léonie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuutou No Shima :: Salles de dressage-
Partenaires
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit