AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Esclave selon vos désirs
avatar

Esclave selon vos désirs


Messages : 404
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 25

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Gourmandise sans limite...
Maître/Esclave de: Alexander M. N. Asmodée

MessageSujet: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Sam 10 Juil - 23:29

Lorsque Gabrielle arriva dans un parc par cette nuit de pleine lune, elle revenait d’une longue journée passée dans une grande cellule sur un bateau tanguant violemment au rythme des vagues déchaînées de l’Océan. Secouée dans tous les sens par la houle, et les tympans déchirés par les pleurs et les cris des futurs esclaves, elle n’avait eut qu’une seule envie : que le bateau accoste enfin le port de l’Île. En effet, elle préférait encore être sur cette Île à la réputation monstrueuse, que de supporter toutes ces jérémiades. La jeune femme n’arrivait pas à tolérer ces plaintes et ces pleurs. Après des heures de navigation passées à se boucher les oreilles, le bateau avait enfin atteint les abords de l’Île, ce qui redoublait la peur des détenues, et donc l’exaspération de Gabrielle…



Flash Back




Le bateau avait enfin jeté l’ancre dans le port. Un long moment s’était ensuite écoulé avant que des gardiens d’esclaves viennent ouvrir les portes des cellules. Ils passèrent des menottes à chacune des personnes, aux poignets ainsi qu’aux chevilles. Quand ce fut le tour de Gabrielle, elle fut la seule à lever le regard vers l’homme en face d’elle : ce qui lui valu une grande gifle qui la projeta a terre. Quand elle s’était relevé, elle avait la lèvre en sang, et souriait malgré cela. Les esclaves avaient été emmenés sur la terre ferme sans ménagement. Les gardiens ne se gênaient pas pour vérifier la marchandise et Gabrielle fit partit de celle que l’on préféra vérifier plutôt deux fois qu’une. Les femmes furent séparées en plusieurs groupes, sûrement par critères physiques pensa Gabrielle, car elle se trouvait dans un groupement de filles aux cheveux noirs, comme les siens. C’est en profitant de la distraction du gardien de son groupe –qui s’occupait en détails d’une autre femme- que Gabrielle s’était discrètement éclipsée. Entravée par ses menottes, elle avait mis plus de deux heures pour quitter le port et se retrouver sur un chemin de terre s’enfonçant dans une forêt. Trébuchant de nombreuses fois à cause de l’obscurité, elle s’était assise un instant sous un arbre pour essayer de se défaire des menottes. Cependant, avec les mains liés, et même avec l’aide d’un gros caillou, il lui était difficile de se libérer et avait donc consentit à garder ses objets en fer qui lui entamaient la peau. Pour le moment.

Gabrielle ne saurait dire combien de temps elle avait passé à marcher, et même parfois ramper dans cette foret sombre qui n’était éclairé de nulle part, le feuillage étant trop touffu pour que la lumière de la lune ne parvienne à passer au travers. Et même si, peu à peu, la vue de la jeune femme s’était quelques peu habituée à l’obscurité, elle ne parvenait que rarement à distinguer les trous et les racines qui lui faisaient obstacles : comme si la foret même voulait l’empêcher d’avancer.
Oui, avancer. Pas fuir. Pas décamper. Avancer.
Car Gabrielle ne cherchait pas du tout à fuir au contraire. Cela ne la dérangeait pas du tout de se retrouver sur cette Île que presque tout le monde redoutait. Seulement, elle ne voulait pas se retrouver sur les marché aux esclaves. Avoir un tel statut de soumission ne la préoccupait pas, mais elle refusait toutefois d’être traitée comme un objet sans valeur. Ce qu’elle désirait, c’était devenir importante pour quelqu’un, pas être utilisée puis jetée aux oubliettes. Il fallait qu’elle existe.




Une lueur argentée tira Gabrielle de ses pensées. Elle était arrivée en lisière de foret, et devant elle s'étendais une plaine qui ressemblait fortement à un parc. Avec quelques arbres paraissant minuscules comparés à ceux de la foret derrière elle, quelques endroits où l’herbe semblait comme folle, et un lac sur la droite, l’endroit paraissait presque accueillant.
Jetant un coup d’œil autour d’elle, Gabrielle se dirigea vers la droite, en direction du lac. La surface de celui-ci était aussi plane et polie que celle d’un miroir, et la lune l’inondait de sa majestueuse lumière argentée. L’air frais caressa son visage pale. La lune était haute dans le ciel, illuminait ce dernier d’un éclat magique. D’un bleu encre, le firmament était paré d’une multitude d’étoiles se détachant sur les couleurs de la nuit et on pouvait voir quelques nuages plus clairs s’estomper au fur et a mesures que les minutes passaient.

Gabrielle arriva sur la rive du lac et regarda son reflet dans l’eau immobile. Cette dernière lui renvoya l’image d’une jeune femme aux regard aussi noir que les enfers, sa pupille ne se distinguant pas de l’iris ; à la peau d’une pâleur de porcelaine et aux longs cheveux retombant dans le bas de son dos et aussi noirs que ces yeux. Ses cheveux d’ailleurs, étaient emmêlés de sa petite randonnée dans la foret et elle remarqua que les menottes lui avaient fait des bleus tout autour des poignets et des cheville. Haussant les épaules, Gabrielle fit demi-tour et se dirigea vers un arbre contre lequel elle s’assit tant bien que mal à cause des menottes. La jeune femme souris et ramena ses genoux contre sa poitrine pour les entourer des ses bras fins aux muscles déliés. Ses jambes nues et écorchés par les ronces étaient effleurées par une légère brise fraîche. La lumière de l’Astre de la nuit sur reflétait sur sa peau et ses veines fines se dessinaient sur ses poignets délicats, ses mains fines, et même sur son buste. D’un violet bleuté, elles se détachaient de son épiderme et donnait à la jeune fille un aspect fragile. Cet apparence était renforcée par ses lèvres fines autrefois rouges sang, aujourd’hui couleur corail ; et ses longs cheveux fins, qui s’envolaient avec grâce au moindre coup de vent.



- Ce n’était pas si difficile, en fin de compte...

Sa voix de cristal avait résonné avec des intonations fruitées, comme un carillon sonne délicatement dans la brise. La jeune fille ferma les yeux en souriant. Elle le pensait pour la première fois depuis son arrivé, et l’affirmait de nouveau : elle se sentait heureuse. Il faut dire que son passé, ses actes, ses épreuves, n’étaient pas très roses. Pendant des années, elle avait aspiré à un bonheur simple. Et aujourd’hui, elle l’avait enfin trouvé. Un instant, Gabrielle se dis qu’elle était folle.

Pendant des années, les femmes de l’histoire du Monde s’étaient battues corps et âmes pour leur liberté. Déchirées jusqu’à l’os, elles avaient tout fait pour obtenir le respect. Et elle, Gabrielle June Romane Vanitas, dix-huit ans à peine, se délectait de l’idée –de la réjouissante perspective- de se faire dominer par de parfaits inconnus. Oui, pensa-t’elle de nouveau : elle devait être folle. Quand elle se re-dis cela dans sa tête, Gabrielle ne put retenir un éclat de rire qui résonna dans la douce nuit. Quand elle eut lâché ce petit éclat de rire, la jeune fille se laissa aller sur l’herbe, ses yeux brillants du reflets des étoiles. Elle resta ainsi allongée dans l’herbe, bras tendus –et toujours entravés par les menottes- au dessus de sa tête. Le vent engouffrais sous sa fine robe blanche déchirée par endroit et caressait la peau de Gabrielle, lui tirant un léger soupir de bien être.

Cependant, son repos fut de courte durée. Un craquement de branche retentit à quelques mètres d’elle et elle sursauta. Pensant que les gardiens l’avaient retrouvé, elle voulut se lever rapidement. C’était sans compter sur la présence des menottes qu’elle avait totalement oublier. La douleur à ses chevilles lui tira un petit cri rauque et elle tomba sur le sol en jurant. Vivement, elle se retourna vers l’endroit où elle avait entendue le bruit, le cœur battant, ses cheveux tombant sur son visage anxieux, alors qu’une silhouette s’approchait lentement d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/profile.php?id=100000694729379#!/romane.
Vampire Gentleman
avatar

Vampire Gentleman


Messages : 533
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 26
Localisation : Derrière toi

Passeport de YNS
Race: Vampire
Pouvoir: Attirance
Maître/Esclave de: Ai-je l'air d'un esclave? D'un maître?

MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Dim 11 Juil - 0:36

Réveillé par un oiseau qui avait dormi à sa fenêtre et avait crié pendant une heure aux premières heures tandis que le soleil commençait à ce lever, notre Vampire Gentleman était de forte méchante humeur, lançant un regard noir quand quelqu’un venait l’importuner.
Il s’était donc réveillé à cinq heures du matin, énervé et en boxer.
De plus, il avait fait une demi-douzaine de cauchemar, alimenté par de vieux souvenirs.

***Assis dans la plaine, il voyait face à lui une guerre ravageant deux clans vampires, riant avec Louis de leurs bêtises.
Les balles en bois fusaient, mettant à terre des dizaines de créatures.
Et puis il en vit un ce tourner lentement vers lui, lentement, et pointer son arme dans sa direction.
Effrayé, il avait reculé, ce demandant ce qui pouvait bien arriver à ce soldat, pourquoi est-ce qu’il pointait ainsi son arme sur un simple spectateur.
N’ayant pas prévu ce qui allait ce passer et pensant qu’il plaisantais, ne bougea pas quand le coup partit, raisonnant dans l’air.
Son amant était lui tout à fait prêt, muscle tendu, et c’est en poussant Petter qu’il prit sa place, recevant la balle en plein front…
Petter avait hurlé, le regard fixé sur Louis, mourant devant lui…***

Et il revoyait cette situation sous des dizaines d’angles différents, mais ce voyant toujours inactif, impuissant.
Brusquement, pour chasser ses mauvais souvenirs, il se leva, enleva son boxer et entra dans la douche, laissant couler l’eau chaude sur son corps, le lavant de la sueur qui s’était accumulé sur son corps.
Une dizaine de minute plus tard il était sortit, le bas de son corps caché par une serviette en coton blanche.
Passant devant son canapé, il avait observé un homme nu allongé, deux marques de crocs sur le cou.
Il ne s’en rappelait pas mais, visiblement, il s’était bien amusé cette nuit.
Il observa un instant cet homme dormir avant de retourner dans sa chambre, enfilant un costume noir et une chemise blanche, toujours impeccablement repassé. Il coiffa également ses cheveux, réussissant avec peine à les faire redevenir souple et, surtout, coiffé comme il le désirait.

Il avait passé sa matinée à lire un livre, allongée sur son canapé que l’homme avait déserté après avoir bu un café.

Calmé, il se leva et sortit de son appartement, se baladant dans les rues de la ville, flânant ainsi toute la journée.

Puis la nuit tombant, alors qui marchait dans le parc, il vit une silhouette féminine allongée sur le sol.
Avançant vers elle, il soupira quand une branche signala sa présence à son passage, faisant visiblement fuir la jeune femme qui se leva et se mit à courir, trébuchant cependant sur les chaînes qu’elle avait au pied et basculant en avant, s’écroulant de tout son long.
Elle se tourna dans sa direction, le regardant fixement.
L’homme la trouva assez belle ainsi, effrayé, les cheveux noirs auréolants son visage fin et ses yeux en amande.
Cigarette à moitié fumé en bouche, il s’approcha d’elle.
Là, sans rien dire, il l’aida à ce lever et, ne trouvant pas ces chaînes très approprié sur quelqu’un comme elle, il les brisas de sa main, commençant par celle à ses poignets et terminant en ce mettant à genou devant elle, brisant celle à ses pieds.
Il remercierait peut-être cet homme grâce à qui il avait acquis cette force pendant environs une heure encore.
Un demi sourire amusé sur le visage, il enleva la cigarette de sa bouche en la tenant entre ses doigts, lui fit un baise mains et lui demanda :


- Ce n’est pas mieux ainsi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esclave selon vos désirs
avatar

Esclave selon vos désirs


Messages : 404
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 25

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Gourmandise sans limite...
Maître/Esclave de: Alexander M. N. Asmodée

MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Dim 11 Juil - 1:18

La silhouette inconnue se rapprochait d’elle avec une démarche assurée et féline. Pour la première fois de sa vie, Gabrielle ressentait la peur. Vous savez, ce genre de peur qui fait tellement d’effet qu’elle en devient physique. Le cœur battant à tout rompre dans sa poitrine terrifiée par l’effroi, et le souffle court d’être tombée brutalement, elle ne réagit même pas quand le jeune homme l’aida à se relever, telle une poupée de chiffon. L’homme la regarda fixement, et elle eut un mouvement de recul alors qu’il s’approchait d’elle.
Celui-ci brisa les menottes à ses poignets, puis celle de ses chevilles en se mettant à genoux, aussi aisément que si elles eurent été en papier. Restant à genoux, il enleva la cigarette de sa bouche en la tenant entre ses doigts, lui fit un baise mains et lui demanda :


- Ce n’est pas mieux ainsi ?

Gabrielle resta silencieuse, son cœur se calmant peu à peu. L’espace d’un instant, elle avait crut qu’elle allait se retrouver de nouveau dans une cellule et cette idée lui avait été insupportable. Une fois passais, mais pas deux ! La jeune fille s’apprêtait à remercier celui qu’elle pouvait qualifier de sauveur lorsqu’elle remarqua le sourire amusé sur le visage de l’homme. Alors, sans qu’elle ne sache pourquoi, ce sourire l’horripila. Les nerfs peut être, trop d’émotions en peu de temps, elle craqua. Sa voix d’ordinaire douce résonna avec dureté dans le parc.

- Vous trouvez ça drôle peut être ? Et ne me touchez pas !

Gabrielle retira sa main de celle de l’inconnu. Grossière erreur. Elle n’avais pas remarqué qu’elle tremblait et le fait de ne plus s’appuyer sur la main lui enleva toute force. Ses jambes écorchées se dérobèrent sous son corps pourtant pas bien lourd et elle se retrouva de nouveau à terre. Même dans cette position, et alors qu’il était à genoux, elle était plus petite que le bel inconnu. Levant son regard sombre vers ce dernier, elle croisa ses yeux aciers et se rendit compte de sa méchanceté gratuite envers celui qui l’avais aidé. Le corps tremblant, elle baissa le visage, ses cheveux retombant devant celui ci en le cachant au regard de l’inconnu. Laissant son ego de coté, elle murmura d’une voix rauque :

- Excusez-moi… Je suis désolée, je n’aurais pas dut réagir ainsi…

La jeune fille avait toujours été sujettes aux sautes d’humeurs, ce qu’elle jugeait comme étant son plus grand défaut. Enfants, les médecins l’avaient crut Schizophrène ou Bipolaire. Cependant, c’est juste que son esprit luttait en permanence entre le choix d’une nature humaine ou animale.
La tête toujours baissée, elle jeta un regard sur ses poignets désormais libérés. Les menottes de fer avaient laissées des vilains bleus sur sa peau fine et quelques vaisseaux sanguins avaient éclatés sous la surface de l’épiderme. Et elle avaient des marques similaires sur les chevilles.

Se rendant soudain compte de son impolitesse, elle leva brusquement le visage vers l’inconnu, la bouche entrouverte sur son souffle brûlant, prête à la remercier, et plongea instinctivement son regard dans le siens. Seulement, elle fut incapable de dire le moindre mot. Le visage de l’homme resplendissait de beauté sous la lumière de la Lune. Captivé par un charme étrange au fond du regard de l’inconnu, elle resta immobile et silencieuse quelques minutes avant de réussir à reprendre ses esprit et elle détourna les yeux en murmurant :


- M… Merci de votre aide…

Un silence s’installa après les paroles de Gabrielle qui ne savais pas comment elle devait agir. Si elle regardait l’homme, elle serait incapable d’en détourner son attention. Mais ne pas regarder quelqu’un à qui on parle est malpoli. Soupirant doucement, elle ferma les yeux en tournant son visage vers le jeune homme, un bon compromis entre les deux solutions et esquissa un sourire en disant avec douceur :

- Je m’appelle Gabrielle. Gabrielle Vanitas.

Le visage pale de la jeune femme brillait sous la lune et elle n'osait pas ouvrir les yeux, de peur d'être de nouveau sous le charme irrésistible de l'homme en face d'elle.
Dans sa tête, les questions se bousculaient : Qui étais-t-il ? D'où venais-t'il ? Pourquoi l'avais-t'il aidée alors qu'elle n'étais qu'une future esclave ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/profile.php?id=100000694729379#!/romane.
Vampire Gentleman
avatar

Vampire Gentleman


Messages : 533
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 26
Localisation : Derrière toi

Passeport de YNS
Race: Vampire
Pouvoir: Attirance
Maître/Esclave de: Ai-je l'air d'un esclave? D'un maître?

MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Dim 11 Juil - 2:07

Notre vampire fut surprit –en bien, évidement- par la réaction de la jeune femme qui avait parlé bien fort pour une fugitive.
Parce qu’elle était fugitive, n’est-ce pas ? Avec ces chaînes et sa manière de s’enfuir à la vue d’un inconnu, c’était en tout cas l’impression qu’il donnait.
Il sentit alors la jeune femme chanceler avant de retomber. Elle semblait vraiment fragile sous la lueur de la lune, la peau pâle telle que la sienne et le pouls battant de colère.
Colère amusante, dalleurs. On ne la voyait pas du tout dans ce rôle, plutôt dans celui qu’elle adopta un peu plus tard.
Elle releva la tête en croisant son regard et le baissa presque automatiquement, ces cheveux l’empêchant de voir son visage. Il allait tendre la main pour les écartés mais sa main ne bougea pas, restant figé sur sa propre cuisse, tandis qu’il écoutait ces excuses.
Doucement, il la détrompa :


- Bien sur que non, vous n’avez aucune excuse à me donner voyons, votre réaction était tout à fait naturelle.


Il suivit ensuite le regard de la jeune femme sur ces poignets où trônaient maintenant deux bleus à l’endroit exacte où les menottes étaient placées.
Puis elle leva la tête vers lui, son regard croisant celui du vampire qui le captura, appréciant ses yeux d’un noir profond où dansaient quelques reflets cobalt.
A son plus grand regret, la jeune fille détourna son regard après avoir bégayé un merci.
Amusant.
Il avait bien évidement l’habitude de ce genre de réaction. C’était même, en toute honnêteté et sans prétention, son quotidien.
Il était donc blasé de ce genre de réaction, surtout si elle venait d’une personne qu’il aidait et non qu’il séduisait.
Par contre il y a une chose que l’on ne lui avait jamais fait et qui le surprit un peu plus qu’il ne s’y serait attendu.
La jeune femme releva son visage vers lui et, alors que celui-ci allait chercher à nouveau son regard, elle ferma les yeux, lui empêchant tout accès à son esprit.
Voilà qui était étrange comme attitude.
Il avait longtemps observé les humains et était absolument certains que c’était inhabituel que de parler à quelqu’un sans le regarder.
Ou peut-être voulait-elle ce protéger de son regard ? Peut-être lui avait-il fait peur ? Pourtant non, ce n’était pas ça puisqu’elle se présenta et sans aucune peur dans la voix, plutôt même avec douceur.
Une légère confusion dans la voix mais toujours extrêmement amicale et rassurant, il se présenta à son tour :


- Petter Jhonson, enchanté.

Puis il ajouta très doucement, serviable :

- Si je peux faire quoi que ce soit pour vous aider, ce sera avec plaisir. Et, si je puis vous donner un conseil : Vous verriez beaucoup moi les yeux ouverts. Et puis ils sont magnifiques, c’est cruel de ne pas me laisser en profiter.

Un sourire charmeur sur le visage, il attendit sa réponse ou sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esclave selon vos désirs
avatar

Esclave selon vos désirs


Messages : 404
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 25

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Gourmandise sans limite...
Maître/Esclave de: Alexander M. N. Asmodée

MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Dim 11 Juil - 10:07

Gabrielle ne bougeais pas, le visage toujours face à celui du jeune homme, et les yeux perpétuellement clos. Elle se dis qu’elle devait avoir l’air bien ridicule de la sorte, regardant quelqu’un sans le voir, tremblante telle une enfant, les cheveux en bataille, sa robe blanche courte déchirée de part en part, et le corps meurtri.
Elle ne put retenir un frisson quand la douce voix de l’inconnu résonna à ses oreilles avec délice :


- Bien sur que non, vous n’avez aucune excuse à me donner voyons, votre réaction était tout à fait naturelle.

La jeune évadée fit ne pipa mot en restant encore immobile. A la lumière de lune, on aurait dis une statue de cire, comme de celles qu’on trouvait dans certains musées : d’une beauté parfaite, la peau lisse et pale. Les seules choses qui prouvaient qu’elle était bel et bien humaine, étaient sa respiration courte qui faisait se soulever rapidement sa poitrine ferme, ainsi que les bleus aux extrémités de ses membres endoloris.

Toujours inerte, elle sentait le regard de l’inconnu peser sur elle, ce qui lui donnait envie d’ouvrir les yeux et de se noyer de nouveau dans ceux du jeune homme. Réprimant tant bien que mal cette envie inexpliquée, elle se mordit doucement la lèvre, comme anxieuse, lorsque la voix de l’homme, amicale et rassurante, s’éleva de nouveau dans le silence de la nuit sucrée :


- Petter Jhonson, enchanté.

Un rapide silence occupa le temps l’espace d’une seconde avant qu’il ne le rompe pour ajouter de sa voix d’une douceur envoûtante :

- Si je peux faire quoi que ce soit pour vous aider, ce sera avec plaisir. Et, si je puis vous donner un conseil : Vous verriez beaucoup moi les yeux ouverts. Et puis ils sont magnifiques, c’est cruel de ne pas me laisser en profiter.

Gabrielle, dans un premier temps, continua de rester immobile. Petter Jhonson ? Cela sonnait comme un nom de noble, quelque peu américain ou occidental tout du moins. Ce qui expliquait sûrement ses cheveux et ses yeux clairs. Et il lui proposait son aide ? Pourquoi ?
Elle avait bien vu : il savait qu’elle était une future esclave, un évadée. Alors comment se faisait-il qu’il lui propose une aide qu’il, elle en était presque sure, était incapable de lui apporter ?
Quant à son conseil… Il fit naître une esquisse de sourire impudent sur les lèvres corail de Gabrielle. Cependant, la fin de la phrase de Petter sonnait plutôt comme une demande qu’un conseil, et la jeune fille ne put résister à cette douce voix charmeuse.

Elle ouvrit donc les yeux et se retrouva de nouveau comme happée par le regard de Petter. De nouveau, elle se noya au fond de se regard limpide, à l’opposé du sien, aussi sombre que les limbes. Et de nouveau, elle dut mettre toute sa volonté pour être capable de s’en détacher. Cependant, elle ne ferma pas les paupières et son regard glissa sur le corps de Petter. Celui-ci avait l’air tout simplement parfait, et l’on devinait une silhouette irréprochable sous le costume qu’il avait revêtu. Son visage se leva de nouveau vers celui de Petter et elle eut un pincement au cœur : il était vraiment magnifique. La lueur de la Lune se reflétait dans ses cheveux blancs impeccablement coiffés, et les étoiles paraissaient encore plus belles dans ses iris que posées inutilement sur la voûte céleste sombre de cette exquise nuit. A coté de lui, elle devait avoir l’air pathétique. Une véritable souillon avec ses jambes écorchés, ses poignets et ses chevilles meurtris, sa robe devenue guenille et ses cheveux emmêlés. Pourtant, malgré cet accoutrement des plus regrettable, une beauté inconnue demeurait dans son visage cruellement angélique. Une sorte de grâce animale, d’éclat mystique qui rappelait de nouveau les statues de cire anciennes.

Gabrielle se rendit alors compte qu’elle n’avait toujours rien dis depuis les derniers mots de Petter. Mais que dire ? Si elle ouvrait la bouche, elle était sure de bégayer, et elle voulait garder le peu de dignité qui lui restait. Cependant, il fallait bien qu’elle se décide à parler. Et puis, Petter lui avait proposé son aide non ? Alors autant en profiter.
Se raclant la gorge doucement, et plongeant son regard dans celui de Petter, la jeune fille demanda avec courtoisie :

- J’aimerais bien aller me rafraîchir quelques peu… Mais je crains ne pas pouvoir marcher toute seule. Pourriez-vous m’aider à aller jusqu'au bord de l’eau s’il vous plait… Petter ?

La jeune fugitive agrémenta sa requête d’un petit sourire charmeur, reflet de celui que Petter lui avais adressé, et qui éclaira son visage autant qu’un éclat de rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/profile.php?id=100000694729379#!/romane.
Vampire Gentleman
avatar

Vampire Gentleman


Messages : 533
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 26
Localisation : Derrière toi

Passeport de YNS
Race: Vampire
Pouvoir: Attirance
Maître/Esclave de: Ai-je l'air d'un esclave? D'un maître?

MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Dim 11 Juil - 13:28

Tout d’abord l’humaine ne bougea pas, continuant de le regarder sans le voir, le visage tel une statue de cire auréolée par un drap noir où ce reflétait de temps à autre la lueur de la lune.
Celle-ci était d’ailleurs d’une beauté bien pâle comparée à celle qu’il pouvait observer, maintenant.
Gabrielle ne parlait toujours pas et n’esquissait pas un mouvement, lui laissant une liberté totale quand à ce qu’il pouvait observer.
Profitant donc de son état actuel, ses yeux descendirent à nouveau sur son corps, appréciant les partis déchirés de sa robe qui lui permettait de voir quelques parcelles supplémentaires de son corps si tentant.
Ce qui l’intéressait plus que tout, cependant, était cette veine située sur sa cuisse à la limite de son entre jambe qui, il le savait, était une réelle mine d’or pour quelqu’un de son espèce.
Un amateur aurait fixé son cou comme le graal mais, lui, savait où le sang était le plus pur et le plus chaud.
Son regard dut quitter cependant bien trop vite à son goût, la jeune femme acceptant enfin d’ouvrir les yeux.

Il la sentit comme hypnotisé par son regard, ne pouvant plus le lâcher.
Elle le baissa cependant à nouveau, explorant son corps du regard. Oh, il ne pouvait pas la blâmer. Après tout il avait fait exactement la même chose.
Il la laissa donc faire patiemment, ne disant rien le temps de son inspection.
Elle fini par relever le visage une fois sa curiosité apaisée, inspectant maintenant son visage.
Pendant qu’elle se rinçait l’œil il observa avec attention et lui trouva un charme mystique, créature crée pour plaire, avec une sorte de grâce animale absolument époustouflante.
Il avait pourtant apprit il y a bien longtemps à ne plus afficher ce qu’il pensait, restant donc impassible, seul son demi sourire reflètent une émotion.

Attendant une réaction autre de Gabrielle, il rapprocha la cigarette de sa bouche, tirant une bouffé.
La jeune femme choisit ce moment exact pour parler et plonger son regard hypnotique dans le sien. Il sentit alors une demande arriver, sur même qu’elle allait lui demander quelque chose.
Il pensait cependant qu’elle lui demanderait autre chose comme de l’aider à s’enfuir ou bien quelque chose dans le même d’esprit.
Et non. Elle voulait simplement qu’il l’emmène au bord de l’eau.

- Bien entendu.

Se débarrassant de sa cigarette, il passa ses mains sous le corps de la jeune femme et la souleva de terre, faisant attention à ces ecchymoses pour ne pas la blesser plus encore.
Profitant de sa chaleur et souhaitant éviter de trop la balancer, il la colla contre son torse tandis qu’il se relevait et chercha du regard un point d’eau.
Il le vit à quelques mètres et ce déplaça dans cette direction, d’une démarche féline et assurée.
Contre son torse il sentait la chaleur de cette humaine et, plus intéressant encore, son pouls battant la chamade.

Il la déposa doucement sur le bord de l’eau, restant assis sur ses talons, genoux repliés.

- Et voilà mademoiselle.

Il l’observa à nouveau, se demandant si elle allait refaire son sourire si éclatant qu’elle lui avait offert un peu plus tôt.
Il lui souriait également, son sourire contaminant ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esclave selon vos désirs
avatar

Esclave selon vos désirs


Messages : 404
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 25

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Gourmandise sans limite...
Maître/Esclave de: Alexander M. N. Asmodée

MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Dim 11 Juil - 22:02


Après avoir accepté sa demande, Petter se débarrassa de sa cigarette avant de prendre Gabrielle dans ses bras avec délicatesse. Cette dernière se sentit soulevée du sol avec légèreté, se sentant aussi vaporeuse qu’une plume. Petter la serra doucement contre lui pour ne pas qu’elle soit trop balancée au rythme de sa marche et se dirigea vers l’eau proche. Arrivée près de l'onde liquide, le jeune homme déposa la fugitive et resta accroupis en lui disant :

- Et voilà mademoiselle.

La dite demoiselle se tourna vers son sauveur dont un sourire étirait les lèvres, ce même sourire qui se reflétait dans ses yeux aciers. Et Gabrielle, face à ce visage d’une beauté angélique –qui, elle en était sure, cachait une personnalité complexe- ne put retenir un autre sourire éclatant avant de lui tourner le dos pour faire face à l’étendue d’eau.

Gabrielle n’hésita que l’espace d’une demi-seconde et avec des gestes devenus lents et maladroits par sa course, elle enleva ce qui restait de sa robe et ne garda que sa fine culotte également blanche. Enfin, elle était blanche avant sa fuite dans les bois. A présent, elle était d’une couleur grisâtre et à moitié déchirée sur le coté droit. La jeune femme fini de déchirer la coupure puis fis un nœud avec chaque extrémités du tissus, histoire de ne pas se retrouver totalement nue.
Elle savait que, derrière elle, Petter n’avais pas cessé de l’observer, elle pouvait sentir son regard brûlant sur son dos, sa nuque, et tout le reste de son corps.

Ne prenant pas le risque de regarder derrière elle pour ne pas être de nouveau happée par le regard de Petter, Gabrielle avança doucement dans l’eau. Le liquide froid sur ses pieds et ses jambes écorchées lui tira un soupir de bien-être qu’elle ne put dissimuler et elle continua de s’aventurer dans l’eau jusqu'au nombril. La pointe de ses cheveux –qui atteignait le bas de son dos- flottait à la surface de l’eau telle une méduse envoûtante. Levant la tête vers le ciel, les yeux rivés sur les étoiles et les mains à plat sur la surface lisse de l’eau, elle resta immobile un instant ; histoire de laisser son cœur se calmer. La lune semblait illuminer sa peau pâle, et on pouvait clairement voir les traces de sa fuite sur son corps. Déjà, il y avait les bleus des menottes dont la couleur penchait vers le violet/noir. Ainsi que des griffures de ronces sur ses bras, et quelques coupures dont le sang avait coulé sur son ventre avant de sécher et de laisser comme des minuscules coulées de lave, des coulées de vie.

Elle avait toujours adoré l’eau depuis toute petite, celle-ci avait comme un effet apaisant sur la jeune fille, lui rappelant étrangement les fois où, seule dans sa chambre, elle regardais couler le sang de ses poignets. Un peu après, une fois que son cœur se fut calmé, Gabrielle avança de nouveau dans l’eau et y plongea doucement, la coupant ainsi du monde extérieur. Comme dans une bulle d’intimité, elle nagea quelques secondes sous l’eau avant de ressortir lentement, créant des rides à la surface polie du lac. La jeune fille se retourna vers la rive et s’y dirigea lentement. Ses cheveux mouillés collant son corps tel un drap noir, cachant ses seins, ainsi qu’une partie de son visage. Arrivée sur la rive, elle baissa les yeux sur le reste de sa robe à terre et l’attrapa du bout de ses doigts eux aussi lacérés.

Gabrielle soupira devant l’état critique du vêtement. D’ordinaire, elle ne prêtait guère attention à ce genre de chose mais elle n’avais que ça. La jeune fille s’assit sur le sol, sans se préoccuper de sa nudité quasi-totale, et tourna son regard vers Petter. Pour la troisième fois, un sourire éclatant se dessina sur son visage parsemé de minuscules gouttes d’eau reflétant la lumière de la lune. Et de nouveau, sa voix mélodieuse et douce s’éleva dans la nuit :


- Encore une fois merci…

La jeune fugitive s’allongea sur le sol en passant un bras sur ses seins en un geste de pudeur totalement inutile, tandis que l’autre restait sur l’herbe. Cependant, même si elle était allongée, son visage était tourné vers celui de Petter : et cette fois-ci, elle n’essaya même pas d’en détourner le regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/profile.php?id=100000694729379#!/romane.
Vampire Gentleman
avatar

Vampire Gentleman


Messages : 533
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 26
Localisation : Derrière toi

Passeport de YNS
Race: Vampire
Pouvoir: Attirance
Maître/Esclave de: Ai-je l'air d'un esclave? D'un maître?

MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Dim 11 Juil - 22:40

Comme il l’avait espéré, la jeune femme lui retourna un nouveau sourire aussi beau et éclatant avant de lui tourner le dos pour faire face au petit lac devant lequel il l’avait déposé.
Pas du tout intimidé par sa présence dans son dos, Gabrielle enleva sa robe par des gestes très lents et maladroit, ce qui la rendait très charmante et lui donnait envie de la protéger, envers et contre tout.
Alors qu’elle était libérée d’une couche supplémentaire de vêtement, Petter en profita pour observer son dos qui, bien qu’écorché à certains endroits, devait être extrêmement doux, tel une peau de bébé sur un corps de femme.
De femme oui, pas de doute. Il ne la voyait pas directement mais le reflet paisible des vagues lui offrait une vue quasiment parfaite sur sa poitrine, opulente sans l’être trop, comme il l’avait deviné.
Il se demanda si elle apprécierait, dans les affres du plaisir, de sentir les dents de notre vampire les titiller…
Son regard fut cependant rapidement détourné alors qu’il suivait les mains de la jeune femme qui terminait de déchirer sa culotte, faisant un nœud avec les deux extrémités, nœud qu’il prendrait plaisir à défaire, lentement et avec précaution, comme il agirait avec un objet rare, précieux.

Coupant à nouveaux ses pensées, elle entra doucement dans l’eau, faisant vibrer la surface paisible du lac.
Elle poussa un soupir de bien être qui lui tira un grognement d’envie, qu’elle n’avait pas entendue, il en était sur.
Ses sens se réveillaient tendit qu’elle se prélassait dans l’eau, ne la quittant pas du regard il s’imagina passer les mains sur ce corps magnifique, couvrir chaque blessures de doux baiser…
Alors qu’il allait céder et la rejoindre, la jeune femme s’immerger dans l’eau, lui laissant le temps qu’il lui fallait pour ce calmer et dompter ces désirs.
D’autant plus que, il le savait, il ne l’aimait pas. Il la voulait seulement. Il la voulait comme, sûrement, chaque homme la voulait.
Elle croirait qu’il l’aime, et elle se tromperait, parce que, lui, cela faisait bien longtemps qu’il n’aimait plus. Mais ça, elle ne le saurait pas, et il serait cruel.

Lentement, la femme qui attisait ses désirs remonta à la surface et se retourna vers la rive -et lui par la même occasion-, ses cheveux collés à sa peau cachant ses seins et son visage, collant à sa peau, la rendant plus sensuel encore.

Alors qu’elle revenait vers la rive, Petter inspira, se donnant le courage nécessaire pour ne pas tendre les bras vers elle. Et, honnêtement, le fait qu’elle se baisse ne l’aidait pas su tout.
Elle soupira en voyant l’état de sa robe et il se demanda comment étaient ses soupirs de plaisir.
Il voulait le découvrir. Il voulait être le premier de l’île à les découvrir. Car, étant une esclave, elle passerait entre des dizaines de main de maîtres cruelles et barbare qui savaient tirer bien des soupirs…

S’asseyant sur le sol, elle le regarda à nouveau, captant certainement une parcelle de son désir dans son regard. Ou bien elle ne voudrait pas le voir…
Un sourire s’étira à nouveau sur ses lèvres, rendant son visage et son corps éclatant, brillant de beautés.
Se rendait-elle compte de l’impression qu’elle donnait ? Du désire qu’elle réveillait en lui ? Se rendait-elle compte que jouer avec les émotions d’un être comme lui était un jeu bien dangereux ? Savait-elle même ce qu’il était ?
Alors que toutes ces questions tournaient dans sa tête, elle le remercia à nouveau, utilisant cette voix douce et mélodieuse.

Elle s’allongea ensuite sur le sol, son regard ne quittant toujours pas celui du vampire.
Cette fois, s’en était trop, il ne pouvait pas s’empêcher et, posant ses mains sur le sol pour ce pencher, il posa ses lèvres sucrés sur celle de la jeune femme, y déposant tout d’abord un baisé doux avant de l’embrasser à nouveau, ses dents titillant les lèvres de la jeune femme, légères pressions qui venaient pimenter son baiser.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esclave selon vos désirs
avatar

Esclave selon vos désirs


Messages : 404
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 25

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Gourmandise sans limite...
Maître/Esclave de: Alexander M. N. Asmodée

MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Dim 11 Juil - 23:25

Pendant tout le temps de son bain, Gabrielle avait essayé de ne pas penser au regard de l’homme derrière elle. Essayé, sans succès évidemment. Après tout, elle n’était qu’une humaine. Une femme de surcroît, et elle ne pouvait ignorer le désir du regard qui pesait sur elle.
Elle avait donc profité du bain de nuit pour calmer ses pensées, ainsi que ses envies. Car c’était bien connu : elle ne pouvait pas subir les regard désireux d’un homme, sans avoir envie de ce même homme en retour. Sans compter que ce n’était pas n’importe quel homme.


Petter Jhonson. Elle se demanda même un instant, s’il était vraiment un homme. Avec sa démarche féline, son regard envoûtant, et la force dont il avait fait preuve en brisant ses chaînes… De plus, elle avait ouï dire que des tas de sortes de créatures étranges peuplait l’Île. Elle avait donc des doutes quant à la véritable nature du jeune homme.
Alors qu’elle était allongée en le fixant, elle eut soudain l’impression de jouer avec quelque chose, quelqu’un de dangereux. Il y avais un sentiment de désir sensuel dans le regard de Petter et en même temps, quelque chose de totalement inconnu et d’animal. Ce qui excitait terriblement la jeune fugitive.


Avant qu’elle n’ai put anticiper quoi que ce soit, Petter se pencha au dessus d’elle et déposa un doux baiser sur les lèvres de Gabrielle. Ce premier contact intime avec Petter la fit frissonner intérieurement, tandis que ses joues se paraient d’une légère couleur rosée –le rougissement étant dut à une augmentation de la chaleur transportée par le sang- et que son cœur ratait un battement.
Puis Petter l’embrassa derechef, tirant un soupir à la jeune fille, alors que ses dents picotaient ses lèvres de pressions délicieuses.


L’espace d’une seconde, elle se demanda pourquoi est-ce que Petter l’embrassait. Alors elle se souvint du regard de désir qu’il portait sur elle quelques instant auparavant et un léger sourire étira ses lèvres.
Alors, se laissant aller à l’ivresse érotique qui embrasait son corps, elle porta l’une de ses mains sur la nuque de Petter, tandis que sa langue glissait sur les lèvres du jeune homme en une suave caresse. Se délectant de la saveur de ses douces lèvres, ses yeux se fermèrent lentement pour savourer pleinement l’instant présent.


Gabrielle détacha lentement ses lèvres de celles de Petter en entrouvrant ses yeux noirs pour les plonger dans ceux du jeune homme, un frisson traversant son corps alors qu’elle était de nouveau hypnotisée par son regard.
Sa seconde main glissa sur le torse de Petter, qu’elle parcourue du bout des doigts par dessus la chemise, faisant juste assez pression pour que le jeune homme sente un léger effleurement sur sa peau. Un autre sourire impudent se dessina sur les fins lèvres de la jeune fille, tandis qu’une lueur d’envie s’allumait dans ses yeux qui prenaient de plus en plus de reflet bleus.


La lune, qui jusqu’alors avait été cachée momentanément par un nuage, sortit de sa cachette. Majestueuse, elle auréole le corps de Petter d’un manteau de lumière argenté, mettant encore plus en valeur sa somptuosité ; tirant un nouveau frisson à Gabrielle. Elle sentait le corps de Petter au dessus du sien et avec un sourire audacieux, elle accrocha ses main à sa chemise, et rapprocha sa bouche de son oreille pour y murmurer sensuellement :


- Venez contre moi.


Ses mots avaient plus sonnés comme une supplique qu’un ordre, alors que son souffle brûlant avait caressé l’oreille de Petter, et soulevé quelqu’un de ses cheveux clairs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/profile.php?id=100000694729379#!/romane.
Vampire Gentleman
avatar

Vampire Gentleman


Messages : 533
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 26
Localisation : Derrière toi

Passeport de YNS
Race: Vampire
Pouvoir: Attirance
Maître/Esclave de: Ai-je l'air d'un esclave? D'un maître?

MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Lun 12 Juil - 0:50

Tandis qu’il l’embrassait, les joues de la jeune femme avaient priess une douce tinte rouge, diffusant une odeur appétissante qui se méla à celle de la vanille, attisant son désir. Alors qu’il s’écartait d’elle pour la laisser respirer –en tant qu’humaine, elle en avait besoins- il déplaça son nez sur la joue de la jeune femme, le humant, poussant un soupir de contentement avant de retourner sur ses lèvres, savourant la caresse de Gabrielle sur ses lèvres.

L’une des douces mains de la jeune femme avait glissé sur sa nuque, déposant un frisson électrique dans son corps qui en fit le tour, s’attardant dans son bas-ventre avant de repartir électriser son esprit.
Elle se sépara ensuite de ses lèvres, ouvrant les yeux délicatement pour plonger son regard dans le sien. Dans ce regard, il pouvait voir le désir qu’elle ressentait et son attirance.
Chacune de ses choses étaient prévisible et logique mais Petter ne pouvait s’empêcher de les trouver terriblement délicieuse, son désir pour cette humaine augmentant de secondes en secondes et ne ce privant pas pour laisser cette émotion transpercer son bouclier.

Et puis sa seconde main se glissa sur la chemise de notre cher vampire, parcourant son torse tout en l’effleurant, chaque action qu’elle exécutait semblant imaginé pour titiller ses sens. Son touché, tout d’abord, les poils qu’il avait sur son avant bras se hérissant. Sa vue ensuite, tandis qu’un nouveau sourire apparaissait sur les lèvres de cette délicieuse humaine et qu’une lueur d’envie se mit à danser dans ses iris d’un noir sombre qui tournait légèrement au bleu, chose terriblement excitante pour quelqu’un comme lui, amoureux des détails.

Et puis la lune se leva, gratifiant la jeune femme d’un éclat surréaliste. Surréaliste tout comme son action.

Audacieuse, elle avait accroché ses mains à sa chemise, frôlant délicieusement son corps avec ses ongles et l’avait rapproché d’elle pour lui murmurer trois mots qui firent céder ses dernières barrières. Et alors qu’un souffle brûlant avait caressé son oreille, Petter avait déplié ses jambes, soutenant son corps à quelques millimètres de celui de Gabrielle, et avait déposé un doux baisé sur ses lèvres, presque une caresse.
Ses lèvres descendaient à présent tout en continuant de caresser son visage, terminant leurs court parcours dans le cou de la jeune femme, déposant, juste sur sa clavicule, une pluie de baiser, tantôt doux tantôt agrémenté de ses dents qui titillait sa peau délicieusement avec plus ou moins de force.
Doucement, il lui murmura dans un souffle et d’une voix terriblement attirante, remontant à son oreille :


- Si tu savais qu’elles désirs tu réveillent en moi…


Si elle le savait, elle arrêterait de le tenter ainsi, serait prudente et reculerait.
Si elle le savait, elle l’arrêterait.
Mais voilà, heureusement pour lui, elle ne savait pas.
Il redescendit donc ses lèvres dans son cou et, entre quelques baisés, il fit pénétrer ses crocs dans la chair parfumé à la vanille de Gabrielle, pénétrant dans ses veines et s’abreuvant de ce doux nectar qui lui offrait vie immortelle et force extraordinaire, sentant déjà son pouvoir circuler dans ses veines et les électriser.
Mais il ne voulait pas lui ôter la vie, non.

Lentement il se retira après s’êtres abreuvés une demi-minute. Il passa ensuite sa langue douce et sensuelle pour retenir les quelques gouttes de sang qui perlait sur sa peau si attirant.
Le vampire déposa ensuite un baisé sur les deux petits trous qui ornaient à présent son cou. Après être resté quelques secondes immobile à observer son visage, il l’embrassa tendrement, un peu de sang restant encore sur ses dents.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esclave selon vos désirs
avatar

Esclave selon vos désirs


Messages : 404
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 25

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Gourmandise sans limite...
Maître/Esclave de: Alexander M. N. Asmodée

MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Lun 12 Juil - 1:20

Gabrielle frissonna quand Petter, en humant l’odeur de sa joue, poussa un soupir de contentement avant de revenir contre ses lèvres. La jeune femme craignait, qu’après lui avoir demandé de venir contre elle, Petter se détache de leur étreinte. Au contraire, il exauça son désir et, dépliant ses jambes, avait collé son corps contre le sien encore humide de la baignade.
Les lèvres de Petter parcoururent son visage avant de descendre dans son cou, puis sur sa clavicule pour y déposer une pluie de baiser qu’il épiçait de petits coups de dents. Ces derniers excitaient horriblement la jeune fugitive.


Alors qu’elle retenait ses soupirs désir, Petter vint murmurer à son oreille d’une voix sensuelle, ce qui arracha un soupir bref -ressemblant à un gémissement- de la gorge de Gabrielle :



- Si tu savais quels désirs tu réveilles en moi…


Ses paroles excitèrent au plus haut point la curiosité de Gabrielle. Oui, elle voulait savoir ce qu’elle réveillait chez cet homme. Elle voulait savoir ce qu’il désirait, et plus que tout, elle voulait le lui offrir.
C’est à ce moment là que, coupant court à ses pensées, les crocs de Petter s’enfoncèrent dans son cou, lui tirant un petit cri plus de surprise que de douleur. Cette dernière ayant toujours eut un effet aphrodisiaque sur ses sens. La sensation de suçon que Petter exerça sur sa morsure pour se délecter de son sang fit échapper un gémissement rauque à Gabrielle qui enfonça ses doigts avec force sur le torse du jeune homme, à travers la chemise, ses ongles déchirant le tissus de celle-ci.


Quand il eut fini de s’abreuver, Petter lécha le peu de sang qui avait perlé sur sa peau de porcelaine, déposa un baiser aussi léger qu’un papillon de nuit sur les marques de ses propres crocs, et revint au dessus du visage de Gabrielle. Il l’observa quelques secondes, ce qui fit s’accélérer de nouveau le cœur de la jeune fille, avant de l’embrasser tendrement.
La jeune fille accueillit ce baiser pour le lui rendre avec passion, se délectant du goût de son propre sang sur la langue de Petter, tandis que ses doigts déboutonnais sa chemise . Quand cette tache fut finie, elle effleura du bout des doigts le torse du jeune homme et détacha doucement ses lèvres des siennes.


- Dis-moi… Dis-moi ce que tu désires…

Ces mots avaient été murmurés voluptueusement contre les lèvres de Petter, tandis que la jeune femme faisait glisser le bout de ses doigts sur son bas ventre. Ses lèvres douces glissant dans le cou de Petter puis remontant jusqu'à son oreille qu’elle mordilla, elle murmura de nouveau contre cette dernière alors que la pression de ses doigts sur son bas-ventre se faisait plus forte.


- Je te donnerais tout ce que tu désires…


Gabrielle à présent s'en doutait plus que jamais : elle jouait avec le feu. La folie s'emparait de ses sens... Mais quelle douce et excitante folie ! Elle sentait de nouveau ses veines se gonfler d'envie et son cœur s'affoler de désir. L'adrénaline du danger s'ajoutant à ses sensations, elle était désormais incapable de faire demi-tour. Mais qu'importe. Elle désirais Petter. Et elle obtenait toujours ce qu'elle désirais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/profile.php?id=100000694729379#!/romane.
Vampire Gentleman
avatar

Vampire Gentleman


Messages : 533
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 26
Localisation : Derrière toi

Passeport de YNS
Race: Vampire
Pouvoir: Attirance
Maître/Esclave de: Ai-je l'air d'un esclave? D'un maître?

MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Lun 12 Juil - 1:59

Alors que notre vampire embrassait la jeune femme, il repensa à ce qui venait de ce passer mais, surtout, ce qu’elle en avait pensée.
Parce qu’il n’y avait rien de plus important pour lui que de satisfaire également ses partenaires.
Et il n’en était pas certain mais il lui avait semblé entendre un petit cri de surprise et de douleur quand ses crocs avaient pénétré sa peau si tendre. Et puis, alors qu’il abreuvait sa soif, elle avait laissé échapper un gémissement qui lui avait fait bouillir les veines presque autant que le sang.
Elle avait apprécié son action, elle en était sur. Il le savait par l’affolement de son cœur, ses petits gémissements et, plus important, parce qu’elle ne l’avait pas écarté. Elle n’aurait pas pu, évidement, mais il l’aurait sentit.
Pire encore, elle avait cherché à le retenir, enfonçant ses ongles dans son torse, trouant sa chemise par la même occasion.
Involontairement, une partie de son esprit se demanda si elle était à nouveau récupérable, parce qu’il appréciait vraiment cette chemise…
Cette partie de son esprit fut cependant rabattue au silence alors qu’il prenait conscience des mains de Gabrielle qui, alors qu’elle l’embrassait, déboutonnait sa chemise.
Oh oui, elle avait aimé. Elle avait aimé et elle en demandait plus.

Une fois sa chemise totalement déboutonnée, elle avait promené à nouveau ses doigts sur son torse, accompagné d’une douce brise qui venait titiller son torse.
Et puis elle avait écarté ses lèvres des siennes, lui murmurant dans un souffle de lui dire ce qu’il désirait.
Alors que l’écho de ses paroles n’avait pas fini de résonner dans l’esprit de Petter, les dents de la jeune femme mordillait son oreille, lui tirant un nouveau frisson.

Elle fit ensuite quelque chose de très dangereux, brisant en milles petits morceaux son self contrôle. Ses doigts exerçaient une pression sur son bas-ventre, lui tirant un grognement sourd mêlant envie et plaisir, émotions purement physiques, comme le montrait la petite bosse qui déformait son pantalon et qui n’était pas là un peu plus tôt dans la soirée.
Lentement, très lentement, il lui dit, la voix brûlante de désir :


- Toi.

Il sentait le cœur de la jeune femme ce serrer et son pouls battre un peu plus fort dans ses veines. Humant son odeur, il glissa ses lèvres contre les siennes avant de faire le même chemin que précédemment, déposant quelques baisé au coin de ses lèvres, puis sur son menton, avant de descendre lentement dans son cou, ses lèvres passant à nouveau sur les traces de morsure. Elle serait marquée à vie, à présent…
Ce n’était cependant pas là qu’il avait décidé de s’arrêter et il continua donc, descendant pour déposer quelques baisés à la naissance de sa poitrine, doux et vorace par intermittence.
Ses lèvres et sa langue titillaient les bords de son sein sans jamais aller en son centre, ce contentent de le contourner ou bien d’en dessiner délicatement les bords.
Et puis, sentant qu’il l’avait assez fait patienter, il atteignit le centre, mordillant légèrement du bout des dents et le titillant avec sa langue.

Pendant que ses lèvres étaient occupées ailleurs, ses mains se promenaient tels des plumes sur le corps de la jeune femme, lui offrant de douce caresse érotique.
Alors qu’il agissait pour procurer du plaisir à la douce Gabrielle, il sentait ses sens ce développer, chaque touché lui électrisant le corps et chaque brise le faisant frissonner autant que les touchés de la jeune femme…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esclave selon vos désirs
avatar

Esclave selon vos désirs


Messages : 404
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 25

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Gourmandise sans limite...
Maître/Esclave de: Alexander M. N. Asmodée

MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Lun 12 Juil - 8:54

Gabrielle était ravi du frisson qu’elle avait tiré à Petter en lui mordillant l'oreille. Elle savais parfaitement qu’elle ne le laissait pas indifférent, mais chacune de ses réactions à ses caresses, baisers ou mordillement remplissaient la jeune femme d’une fierté orgueilleuse. Mais ce qui enchanta le plus Gabrielle, fut le grognement sourd qui s’échappa de la gorge de Petter alors qu’elle lui caressait le bas-ventre. Il semblait bien qu’elle avait trouvé un point sensible et comptais bien s’en servir.

Le-dit grognement, remplis de plaisir et d’envie, avait fait naître un sourire des plus charmeur sur les lèvres de la jeune fille, sourire renforcé par la bosse qu’elle sentait à l’entrejambes de Petter, montrant clairement son excitation. Excitation provoquée par elle. Gabrielle Vanitas. Lentement, la voix brûlante et pleine de désir du jeune homme s’éleva dans la nuit pour répondre à sa question :

- Toi.

Ce murmure avait eut pour conséquences de faire violemment frissonner la jeune humaine qui remonta l’une de ses jambes entre celles de Petter avec lenteur. Pendant ce temps, les lèvres du jeune home avaient glissées contre les siennes, avant de descendre de nouveau sur son cou, passant sur les marques de sa morsure divinement démoniaque, pour déposer quelques baiser à la naissance de sa poitrine.

Cette dernière, ferme de nature, se tendis d’excitation quand elle sentit la langue et les lèvres de Petter lui caresser un sein. Il prenait bien soin de ne pas en approcher le centre pour faire languir Gabrielle, dont les yeux s’étaient clos sous le plaisir de la caresse. Alors, Petter se décida enfin à lui offrir ce qu’elle attendais et la jeune femme étouffa un gémissement en sentant ses dents sur son téton durci par l’envie. Tout en faisant cela, les mains de Petter glissaient sur la peau désormais sèche et brûlante de Gabrielle.

Cette dernière, laissant une main caresser le bas-ventre de Petter, porta l’autre dans ses cheveux clairs. Elle en attrapa une poignée entre ses doigts fins, les sens en feu, elle rejeta la tête en arrière. Gorge déployée, offerte à la nuit, et surtout à Petter, elle murmura en réponse au dernier mot qu’il avait prononcé :

- Alors je.. Je t’appartiens. Mon corps… Mon sang… T'appartiennent.

En prononçant ses derniers mots, les doutes qui régnaient dans l’esprit de Gabrielle devinrent des certitudes. Enfants elle avait souvent lues des histoires sur des créatures de la nuit s’abreuvant du sang de leurs victimes, acquérant ainsi des pouvoirs. La jeune femme était persuadée que Petter faisait partis de ces créatures. Cependant, dans la situation actuelle, elle ne pouvait pas le considérer comme un monstre sanguinaire…

Pas avec tout le bien qu’il lui faisait, pas avec toute cette attention dont il faisait preuve à son égard. Pourtant, rien que l’idée que cet homme soit dangereux, excitait vicieusement Gabrielle.
En effet, et ce depuis toujours, la jeune femme avait un penchant pervers pour tout ce qui comprenait des risques. Ce qui était périlleux excitait son esprit de dépravation qu’elle savait cacher à merveille derrière un masque de jeune femme fragile. N’est-ce pas ? Qui aurait-put se douter que derrière ce visage d’ange, se cachais une nymphomane avide de débauche ?

Gabrielle gémit de nouveau doucement aux petites et exquises morsures de Petter et murmura d’une voix suave, son genoux remontant faire une douce et excitante pression sur son entrejambe :


- Si tu me veux prends moi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/profile.php?id=100000694729379#!/romane.
Vampire Gentleman
avatar

Vampire Gentleman


Messages : 533
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 26
Localisation : Derrière toi

Passeport de YNS
Race: Vampire
Pouvoir: Attirance
Maître/Esclave de: Ai-je l'air d'un esclave? D'un maître?

MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Lun 12 Juil - 15:27

Petter sentit entre ses lèvres le téton de la jeune humaine ce durcir, ce qui lui tira un sourire.
Elle aimait.
Et puis elle lui murmura une chose qu’elle aurait du éviter.
Une chose que l’on ne murmurait pas à un serviteur du mal.
Elle lui dit qu’elle lui appartenait. Son corps et, ce qui l’intéressait bien plus, son sang.
Petter sentit une pression sur son entrejambe, exquise et douce qui lui tira un nouveau grognement bien qu’un peu plus maîtrisé.

Doucement, il écarta ses lèvres du sein de Gabrielle, remontant pour l’embrasser avec passion.
S’écartant d’elle de quelques centimètres, notre vampire enleva sa veste, la déposant un peu plus loin.
Il fit ensuite subir le même sort à sa chemise, la faisant doucement descendre le long de ses épaules, dévoilant par la même occasion son tatouage.
Une fois débarrassée du haut de ses vêtements, Petter l’embrassa à nouveau avant de redescendre, passant par son nombril puis descendant au niveau de ses cuisses.

Lentement il caressa la peau au dessus de la culotte rapiécer de la jeune femme, ses doigts se déplaçant sur le nœud qu’il avait imaginé enlever, quelques instants plus tôt.
Doucement, très doucement, il tira d’un coté puis de l’autre avec le bout des dents, défaisant lentement le nœud.
Celui-ci se défit, libérant la cuisse de la jeune femme.
Celui-ci la mordilla doucement, cherchant cette veine absolument délicieuse qui, il le savait, se trouvait là.
Puis, aidé par le pouls battant, il la suivit jusqu’à son point le plus important, juste à l’intersection de sa cuisse et de son antre jambe.
Inspirant, il soupira. Bon sang, elle sentait bon.
Ce mélange de vanille et de sang était dans son top dix des meilleures odeurs.
Et si en plus il pouvait goûter… Mhh…

Sortant à nouveau ses crocs, il titilla sa peau en cet endroit si sensible, ses crocs se plantant juste dans la veine, suçant et aspirant, se délectant de la chaleur qui émanait de ce breuvage d’immortel.
En cet endroit, le flux était continu et beaucoup plus important, plus délectable.
Il se nourrit donc, plus pour le plaisir que pour un quelconque besoins.
Et puis, sentant que, là, il lui en prenait trop, que ça devenait dangereux, il retira ses crocs, léchant à nouveau la plaie.

Levant la tête, il passa la langue sur ses crocs, son regard porté sur le visage de la jeune femme.
Aidé par sa vue, son désir se multiplia et il retourna d’où il venait, faisant lentement glisser le morceau de tissus qui empêchait son passage et s’en débarrassant un peu plus loin, prêt de sa chemise.
Enfouissant son visage entre ses cuisse, il taquina tout d’abord le bord de ses lèvres du bout de la langue avant de ce lancer à l’assaut de son clitoris, sa langue tournant, léchant et ses lèvres suçant, la goûtant tout doucement mais avec une force non négligeable.
Alors qu'il lui donnait du plaisir, ses mains la retenait contre le sol, l'empêchant de bouger...

Cependant, ne souhaitant pas la laisser jouir aussi tôt, il s’écarta, remontant pour s’approcher de son visage, l’embrassant dans le cou puis sur les lèvres, sa bouche ayant encore l’odeur de la jeune femme se collant à la sienne tandis qu’il l’embrassait.
Doucement, il lui murmura dans la nuit de sa voix grave et sombre:


- Tu es délicieuse.

Délicieuse dans tous les sens du terme… Autant au touché qu’à l’odeur et… à la vue.
Elle réveillait tous ses sens à chaque action, chaque décisions.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esclave selon vos désirs
avatar

Esclave selon vos désirs


Messages : 404
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 25

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Gourmandise sans limite...
Maître/Esclave de: Alexander M. N. Asmodée

MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Lun 12 Juil - 18:32

Petter grogna de nouveau à la douce pression que Gabrielle avait exercé sur son entrejambe, ce qui tira un nouveau sourire à cette dernière. Puis il écarta ses lèvres de son sein pour venir l’embrasser avec une passion qui fit frissonner le corps de Gabrielle. Elle allais protester de mécontentement en le sentant s’éloigner d’elle, mais se stoppa vite en le voyant retirer sa veste et sa chemise. Son torse nu apparut somptueusement sous la lumière de la lune, tirant un soupir d’envie à la jeune femme. Petter l’embrassa de nouveau avec passion et fit glisser ses lèvres jusqu'à ses cuisses en passant par son nombril, faisant de nouveau frissonner la jeune femme.

Lentement, elle sentit les dents du jeune homme défaire le nœud qui servait à tenir caché ce qui lui restait d’intimité. Puis le visage de Petter se dirigea à l’intersection de sa cuisse et son entrejambe. L’inspiration et le soupir de ce dernier, son souffle caressant la peau fine de Gabrielle, la fit soupire tandis qu’elle fermais les yeux d’envie. Alors, de nouveau et pour le plus grand plaisir de la jeune fille, Petter planta de nouveau ses crocs dans sa chaire et suça lentement son sang paradoxalement sucré et ferreux. Au bout d’un petit moment, une légère douleur lui fit tourner la tête un bref instant, comme lorsqu’on est ivre et pris de vertige. C’est à ce moment que Petter cessa de s’abreuver de son sang et lécha derechef la nouvelle petite plaie.

En se léchant les crocs, il posa son regard sur le visage de Gabrielle, sur lequel retombait quelques mèches folles. L’Ange des Ténèbres enfouis alors son visage contre l’intimité de la belle fugitive, lui tirant un gémissement modulé et rauque. Les mains plaquées au sol par Petter –l’empêchant ainsi le moindre mouvement- elle ne put que subir les attaques excitantes des lèvres et de la langue du jeune homme sur son clitoris. Subir non sans plaisir. Des petits soupirs s’échappaient par ses lèvres entrouvertes aux assauts du plaisir que lui procurait Petter.
D’un coté, elle aurait voulu qu’il ne s’arrête jamais. Mais de l’autre, elle en voulait plus. Encore plus.

Abandonna l’intimité de la jeune femme, il l’embrassa dans le cou, puis sur les lèvres. Celle de Petter avaient encore le goût de son sang et de son intimité, ce qui excitait davantage la jeune femme. Puis il lui murmura d’une voix grave et sombre comme la nuit qui les observait d’un œil pervers :


- Tu es délicieuse.

Ces mots firent frémir la jeune Gabrielle. Elle se sentait désirée, et elle désirait également Petter. Quoi de plus simple ?
Audacieuse, la jeune femme glissa ses lèvres dans le cou de Petter, puis sur l’une de ses épaules qu’elle couvra de baisers brûlants. Se délectant du parfum de sa peau douce, elle releva ses hanches pour les plaquer contre celles de Petter, son intimité contre la sienne et séparées par le tissus.

Remontant sa bouche à son oreille pour la mordiller tendrement, l’une des mains de Gabrielle s’aventura sur le torse de Petter. Caressant sa peau douce, elle fit glisser ses doigts jusqu'à son bas-ventre. Arrivée à cette hauteur, elle posa sa main, paume contre sa peau, tandis que ses doigts le caressaient un peu plus bas, passant sous son pantalon. Tout en faisant cela, elle murmura d'une voix rendue rauque par le désir :


- J'ai envie de toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/profile.php?id=100000694729379#!/romane.
Vampire Gentleman
avatar

Vampire Gentleman


Messages : 533
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 26
Localisation : Derrière toi

Passeport de YNS
Race: Vampire
Pouvoir: Attirance
Maître/Esclave de: Ai-je l'air d'un esclave? D'un maître?

MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Lun 12 Juil - 19:49

Le vampire sentit sous ses lèvres et son corps la jeune femme frémir, lui tirant un sourire éblouissant.
Ainsi elle aimait qu’on lui dise ce qu’elle était ou comment on la trouvait. Qu’on lui dise que l’on prenait du plaisir, c’est bien ça ?
Eh bien, si c’est ce qu’il fallait pour la faire frémir, il le ferait.
Pour l’instant, il ne voulait que son plaisir.
A nouveau, la jeune femme fit quelque chose de plutôt audacieux auquel il ne s’était pas vraiment attendu de la part de cette personne à l’allure si fragile.

Gabrielle avait glissé ses lèvres dans son cou, le faisant vibrer et frissonner.
Elle glissa ensuite son épaule de baisers brûlants qui lui donnèrent envie de l’embrasser à son tour.
Il n’eu cependant pas le temps de bouger tandis qu’elle se collait contre lui, leurs intimités pressés l’une contre l’autres, séparés par le pantalon du vampire.

Et puis, bien plus audacieuse que tout à l’heure, elle posa sa paume sur son bas ventre et fit glisser sa main sous son pantalon, lui tirant un grognement.
Dans le même mouvement elle lui murmura qu’elle avait envie de lui ce qui, ajouté à ses frissons, suffisait à Petter pour être sur de ses désirs.
Reculant légèrement, Petter enleva son pantalon, s’en débarrassant un peu plus loin, ne gardant plus que son boxer noir qui disparut bien heureusement très vite, libérant le membre dur et puissant qui se trouvait là.
Rallongeant la jeune femme sur le sol, Petter l’embrassa dans le cou et, en une poussé de reins, fut en elle.

Il resta quelques secondes immobile avant d’entamer une série de va et viens rapides et forts tout en promenant ses doigts doux sur son corps, souhaitant tout découvrir de cette femme si désirable.

Il sentait sous sa peau des serpents électrifiés le traverser de part en part à chacune de ses poussés, délicieuse sensation qu’il aimait tant.
Grognant de plaisir, notre Vampire enfoui son visage dans le cou de la jeune femme, posant ses lèvres sur sa peau parfumé, la titillant à nouveau du bout des dents.

Ses doigts, quant à eux, palpaient chaque parcelle de son corps, aidé par sa bouche qui, dés qu’ils rencontraient un écorchure, se posait dessus pour la couvrir d’un baisé, continuant ainsi sur chaque plaie, couvrant ainsi sa peau de tendre baiser.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esclave selon vos désirs
avatar

Esclave selon vos désirs


Messages : 404
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 25

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Gourmandise sans limite...
Maître/Esclave de: Alexander M. N. Asmodée

MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Lun 12 Juil - 20:26

Les frissons qu’elle provoquait chez Petter enchantaient de plus en plus la jeune femme dont le sourire charmeur illuminait le visage de poupée. Mais ce qu’elle préférais chez Petter, c’était les grognements qu’elle tirait de son excitation. Réalisant ses désirs, elle le vit se débarrasser de son pantalon, puis de son boxer, frissonnant d’anticipation.
Tout en l’embrassant dans le cou, il la pénétra d’une poussée de reins, tirant un gémissement de plaisir à Gabrielle.

Se mordant les lèvres alors qu’il entamait un exquis va-et-vient, la jeune femme caressait son torse du bout des doigts.
C’était si bon de sentir Petter en elle, chacun de ses mouvements semblait multipliés en intensité par le désir de la jeune femme dont les yeux noirs pleins de bonheur charnel fixaient intensément le visage du jeune homme.

Cependant, en l’entendant grogner de plaisir tandis qu’il venait enfouir son visage dans son cou et lui mordiller la peau, Gabrielle ne put retenir un gémissement plus fort que les autres en fermant les paupières. L’une de ses mains se glissa dans les cheveux de Petter, tandis que l’autre descendais le long de son dos jusque sur ses fesses.

Puis, sans prévenir, la jeune fille décrocha le plus beau de ses sourires à Petter et le fit rouler soudainement sur le coté de manière à se retrouver sur lui. Elle ne le fit pas tout de suite rentrer en elle et toujours en souriant, déposa un tendre baiser sur ses lèvres avant de les glisser sur son cou.
Petter lui avait donné –et lui donnait encore d’ailleurs- tant de plaisir qu’elle aussi, voulais lui en donner, à sa façon. Ses mains sur ses hanches, Gabrielle déposa une multitudes de baisers envoûtant sur le torse du jeune homme, tout en descendant sur son bas-ventre. Arrivée à cet endroit sensible du jeune homme, elle y mis de nombreux et lents baisers sensuels, qu’elle coupais avec des caresses de la langue.

Gabrielle descendit encore un peu pour se retrouver face au membre tendu de Petter. En levant les yeux vers ce dernier, souriante, elle frôla son membre du bout du doigt, avant de passer la langue sur son gland. Ferma à moitié les yeux, elle le lécha lentement sur toute la longueur avec délice, ses cheveux noirs en bataille retombant devant son visage. Au bout de quelques va et viens avec sa langue, elle prit le membre de Petter entre ses lèvre. Sensation délicieuse que de la sentir dans sa bouche, la jeune femme gémit du fond de la gorge en le suçant lentement.

Après avoir accéléré un peu le mouvement de sa bouche, la jeune fille retira le membre dont elle suçota le gland une dernière fois comme s’il eut été une friandise sucrée, et revint à la hauteur de Petter.
Gabrielle l’embrassa avec passion en posant ses main sur son torse puis glissa ses lèvres a son oreille pour murmurer sensuellement et avec une envie plus qu’évidente, car elle faisait trembler sa douce voix :


- Mors… Hum… Mors moi... Haan… Encore…

Elle avait prononcé ses mots tout en s’empalant sur la verge tendue de Petter, gémissant quasiment entre chaque syllabes. Gabrielle resta un instant immobile avant d’entamer un mouvement envoûtant avec son bassin, faisant aller et venir Petter en elle. Elle voulais lui donner du plaisir. Plus que tout au monde en cet instant, elle voulait l’entendre gémir. En accentuant la pression de ses mouvements de hanches sur son membre pour qu’il soit bien au fond d’elle, Gabrielle avait glissé ses lèvres dans le cou du jeune homme, puis sur ses épaules où elle déposa de nouveau d’ardents baisers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/profile.php?id=100000694729379#!/romane.
Vampire Gentleman
avatar

Vampire Gentleman


Messages : 533
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 26
Localisation : Derrière toi

Passeport de YNS
Race: Vampire
Pouvoir: Attirance
Maître/Esclave de: Ai-je l'air d'un esclave? D'un maître?

MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Lun 12 Juil - 22:25

Le vampire sentait les mains de Gabrielle ce promener sur son torse, le faisant frissonner avec bonheur sous le coup de ses douces caresses. Et alors qu’il grognait de plaisir pour enfouir son visage dans son cou, la jeune femme gémit, faisant vibrer sa gorge et fit glisser une main dans ses cheveux tandis que l’autre passait sur ses fesses ferme, lui donnant envie de pousser plus fort encore, ce qu’il fit sans hésitant.

Et, brusquement, alors que Petter allait s’attaquer à nouveau à ses seins si ferme la jeune femme lui avait fait un de ses fameux sourire éblouissant, roulant brusquement sur le sol pour ce retrouver sur le vampire.
Surprit au début de la tournure que prenait les évènements, il ne s’en plaignit cependant pas tandis que cette femme magnifique le couvrait de baiser jusqu’à descendre sur son bas-ventre pour venir caresser son membre du bout des doigts quelques instants, utilisant peu après sa langue pour le combler, le titillant du bout de la langue puis suçant lentement, accélérant de plus en plus.
Petter n’avait jamais connu cette sensation.
Il avait vécu plusieurs siècles mais, jamais, au grand jamais, il n’avait reçus ce genre de plaisir de la part d’un de ses partenaires.
Et, honnêtement, il ne regrettait pas de s’être laissé faire.
Il sentait la langue de la jeune femme s’activer et sa bouche faire des vas et viens absolument exquis.
De plus, il avait une vue magnifique, étant face à la jeune femme, il voyait les émotions qui passaient sur son visage à travers un rideau de cheveux, voyant également le plaisir qui animait chacun de ses gestes.
Et puis, brisant la vague de plaisir qui montait en lui et allait apparaître à la surface, Gabrielle s’écarta et remonta vers son visage.
Elle l’embrassa tout d’abord avec passion, son odeur mêlé à celle du vampire lui tirant un petit grognement de plaisir venant du fond de la gorge, plus animal qu’autre chose.
Puis elle lui murmura, le supplia presque, de le mordre à nouveau, tandis qu’elle s’empallait sur son membre.
A ce stade, le plaisir formant comme un voile noir devant ses yeux, il ne put que dire oui.
Il aurait fait tout ce qu’elle voulait, en fait.

Sa silhouette somptueuse se détachait du ciel étoilé, lui créant un halo pur et brillant.
De ses mouvements de bassin, elle accentuait son plaisir et son désir de lui plaire, faire tout ce qu’elle voulait.

Alors, pendant qu’elle l’embrassait dans le cou, il en profita pour réunir ses cheveux dans sa main et les déplacer de l’autre coté de son cou.
Approchant son nez de son cou, il l’huma tendrement et planta très doucement ses crocs dans le cou de la jeune femme, à l’endroit exact où il l’avait fait un peu plus tôt.
Il attendit cette fois ci quelques secondes avant de boire à nouveau son sang, gémissant à son goût qu’il connaissait maintenant par cœur.
Il était sur de pouvoir le reconnaître où qu’elle soit à présent. Certains même.

Excité par son mouvement de va et viens dans la corps de la jeune femme qui se serrait contre lui et par ce qu’il était entrain de faire, le vampire retira ses crocs de la chaire tendre et fit une ultime pousser en elle, libérant les fluides qui faisaient d elui un homme dans son corps, grognant de plaisir. La respiration haletante, il embrassa la jeune femme, canine toujours étirés et le sang coulant encore sur elles…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esclave selon vos désirs
avatar

Esclave selon vos désirs


Messages : 404
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 25

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Gourmandise sans limite...
Maître/Esclave de: Alexander M. N. Asmodée

MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Lun 12 Juil - 23:32

La jeune fugitive avais adoré cette caresse intime du membre de Petter avec sa bouche et sa langue. Mais ce qu’elle avait encore plus aimé, c’était les gémissement qui s’échappaient de la bouche de Petter. Le plaisir qu’elle lui offrait décuplait le sien et alors qu’elle était en train de le sucer avec passion, elle avait sentit son propre liquide indicateur de sa grande excitation, couler lentement le long de ses cuisses brûlantes.

Puis elle était revenue à la hauteur de son visage et l’avait embrassé avec passion, ce qui avait tiré un grognement animal de Petter, faisant frémir avec violence la jeune femme.
Gabrielle n’attendais que deux choses désormais : elle voulait que Petter la morde et surtout, elle voulait qu’il jouisse en elle. Elle était entrain de l’embrasser dans le cou quand elle sentit la main de Petter dégager son cou de sa masse de cheveux noirs. Comme il l’avais fait précédemment, il huma avec délice l’odeur de Gabrielle et planta ses crocs au même endroit que précédemment. L’endroit avait été laissé sensible par la première morsure et la sensation des crocs pénétrant sa peau lui firent encore plus d’effet qu’avant, tirant un gémissement à Gabrielle alors qu’elle continuait de faire aller et venir Petter en elle.

La jeune femme ne put s’en empêcher et elle se mit à gémir doucement le prénom de cet homme qui lui faisait tant de plaisir en passant une main dans ses cheveux :


- Pe… Petter… Hum… Petter… Oh…

Petter attendit quelques secondes puis elle sentit son sang passer de son corps à la bouche du jeune homme, ce qui fit gémir ce dernier. Et ce gémissement accouplé à la sensation de sa bouche, ainsi que celle de son membre dur en elle, fit échapper un gémissement audacieux et plus fort à la jeune femme qui se cambra sous le plaisir, planquant ainsi sa poitrine tout contre le torse de Petter. Gabrielle sentait le plaisir monter dans son corps tremblant sous les assauts de ce même plaisir. Ses mains tremblantes s’accrochèrent aux épaules de Petter tandis que ses ongles s’enfonçaient brutalement dans se peau douce et qu’elle gémissait longuement.

Ses à ce moment là que Petter ôta ses crocs de sa chaire, lui tirant une légère plainte de douleur vite transformé en petit cri de jouissance quand elle sentit le fluide du jeune homme jaillire en elle telle une cascade de plaisir à l’état pur tandis que Petter grognait de plaisir. La respiration haletante comme celle du jeune homme, elle gémit quand il l’embrassa et elle passa sa langue ses les canines sanglantes de Petter.

Gabrielle avait les yeux mi-clos tandis qu’elle reprenait son souffle après le plaisir qui avait fait trembler violemment son corps frêle. Pour le moment, elle resta immobile, ses grands yeux noirs plantés dans ceux de Petter.
Son cœur battait la chamade tant elle avait été excitée, et elle attendais que son pouls reprenne un rythme à peu près normal.

Lentement, un sourire timide s’esquissa sur ses lèvres. Timide ? Pourquoi donc ? Elle même ne le savais pas.
Elle se sentait toujours forte après avoir joui mais cette nuit là, elle se sentait plutôt faible. Son corps restait brûlant et la brise légère sur sa peau lui faisait hérisser les poils. Gardant Petter en elle, elle s’allongeant sur lui en enfouissant son visage contre son cou et murmura doucement :


- Sers moi fort…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/profile.php?id=100000694729379#!/romane.
Vampire Gentleman
avatar

Vampire Gentleman


Messages : 533
Date d'inscription : 09/07/2010
Age : 26
Localisation : Derrière toi

Passeport de YNS
Race: Vampire
Pouvoir: Attirance
Maître/Esclave de: Ai-je l'air d'un esclave? D'un maître?

MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   Mar 13 Juil - 14:47

Le vampire avait entendu la jeune femme dans les affres du plaisir et l’avait également entendu dans la douleur qui, cependant, n’était pas très importante ou bien secondaire.

La respiration de Petter était encore un brin haletante tandis que la jeune femme se blottissait contre lui. Caressant ses cheveux, il lui murmura à l’oreille:


- Ecoute ton cœur, il bat comme les ailes d’un colibri.

Petter lui caressait doucement les cheveux pour la calmer tandis qu’une mains la serrait doucement contre lui.
Elle devait être épuisée. Après tout, c’était une humaine et elle avait fait beaucoup.
Elle aurait pu s’endormir contre lui que ça ne l’aurait pas dérangé. Il l’aurait seulement porté chez lui.
Etant une fugitive, il supposait qu’elle n’avait nulle part où aller et ne connaissait personne en ville.

La passion du moment passé, notre vampire se sentit un brin coupable d’avoir profité ainsi de cette jeune fille perdue.

Contre son torse, il sentait sa chaleur et l’affolement de son cœur, signe de leurs ébats.
Doucement il lui posa quelques baisés sur le haut du front, réconfortant et calmant.

Lui était plutôt calme et serein, l’herbe sur laquelle il était allongé caressant sa peau et son visage caressé par une brise un brin trop chaude.
Il entendait le doux clapotement de l’eau à quelques mètres d’eux, rassurant et paisible.
Ses yeux, eux, voyaient, les étoiles dans le ciel, observatrices de ce moment éphémère durant lequel deux corps s’étaient laissés aller à la passion d’un instant rare.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'Enchainée et le Vampire. [PV Petter Jhonson ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuutou No Shima :: Parcs et forêts-
Partenaires
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Vampire Knight RPG