AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Belle soirée n'est-ce pas ? [Gabriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Indépendant
avatar

Indépendant


Messages : 12
Date d'inscription : 08/02/2011
Age : 24
Localisation : Sous ton lit... Ou dedans.

Passeport de YNS
Race: Ange Déchue
Pouvoir: Pyrotechnie
Maître/Esclave de:

MessageSujet: Belle soirée n'est-ce pas ? [Gabriel]   Mer 9 Fév - 19:42

    Les ailes de Phidia claquèrent. La jeune femme, les cheveux battant son dos sous la caresse du vent, ferma les yeux avec délices. Elle fut prise d'une subite envie d'écarter les bras en grand pour mieux profiter de sa vitesse. Un bref regard en contrebas la rassura : elle était trop haut pour être vue. Avec un large sourire, elle céda à son envie et en profita pour effectuer une pointe de vitesse ébouriffante.

    Heureusement que ses cheveux étaient protégés par un bonnet. Sinon, sa coiffure aurait été réduite à un sac de nœuds aussi inextricable qu'un problème d'éthique au Paradis.

    Lorsque le soleil se couchait, Phidia ne pouvait résister à son irrépressible soif de liberté. Très souvent, il lui arrivait de s'envoler et de parcourir de longues distances, pour le simple plaisir de sentir le vent sur son visage et de remplir ses yeux de lumière, pour le simple plaisir de faire ce qu'elle voulait. Était-ce un reste de son instinct angélique ? Elle ne pouvait rester insensible à la beauté du ciel se parant des couleurs du crépuscule. Bleu très doux, rose sucré, violet intense. Nuances de pourpre, de rouge sanguin. Teintes orangées presque dorées.
    Le ciel était magnifique.
    Phidia n'était pourtant pas du genre à s'extasier sur le ciel. Les Cieux l'avaient bannie. Même si cet exil était très largement mérité, Phidia leur en tenait rancune. Le fait même de ressentir de la colère à l'égard des Anges lui plaisait. La colère... La rancœur... C'était tellement contraire au principes de sa race ! Oui, elle se devait de haïr les Cieux, ne serait-ce que pour les défier une fois de plus. Provoquer son peuple était l'un de ses objectifs majeurs, après tout, il était dans son tempérament d'avoir l'esprit de contradiction.

    L'Ange déchue plissa les yeux et perdit un peu d'altitude. Elle survolait la ville, à présent. Depuis le ciel, le spectacle était fascinant. Les rues se vidaient, les magasins fermaient tandis que d'autres ouvraient, une mosaïques de lumière s'allumaient... Le crépuscule, c'était un instant suspendu, un temps de passage. L'activité frénétique du jour faisait place à celle, moins évidente mais tout aussi réelle, de la nuit. Un frisson de plaisir parcouru le dos de la courtisane ailée lorsqu'elle pensa qu'elle faisait à présent partie de l'une et de l'autre, à présent, que sa nature profonde si facilement tentée par la luxure et l'orgueil n'avait plus à être bridée, cachée. Cela faisait maintenant plus d'un an qu'elle vivait sur cette île et jamais rien n'avait déçu ses attentes. Ici-bas, la vie de tous était régie par les instinct, les désirs, les pulsions de ceux qui vivaient là. Et ces désirs se résumaient souvent en quelques mots... Possession, volupté, perversion.
    L'instinct de Phidia n'était guère différent. Voilà ce qui l'avait mis à l'écart, voilà ce qui l'avait obligé à mentir durant de longs siècles. Aujourd'hui, sa nature pouvait s'exprimer librement. Que demander de plus ?

    *Une cape fourrée, voilà que demander de plus ! Une cape fourrée et une boisson chaude une fois en bas... On meurt de froid en altitude ! *

    Elle rit mentalement de sa propre réflexion, puis incurva son vol pour se diriger vers les ruelles les plus animée. Oh, elle aurait pu faire comme tout le monde me direz-vous, se poser et marcher. Mais des siècles d'habitudes étaient difficiles à perdre et Phidia était accoutumée à ce genre de déplacement aériens. Elle avait apprit à voler avant de marcher, et c'était pour elle une seconde nature. Et puis, le vol lui procurait une délicieuse sensation de liberté, d'invincibilité, de toute-puissance. Orgueil, pur orgueil, mais ça aussi, c'était dans sa nature.

    Lorsqu'elle parvint au-dessus de la rue qu'elle désirait atteindre, son vol ralentit, jusqu'à devenir stationnaire. Debout dans les airs à quatre mètres du sol, uniquement soutenue par ses immenses ailes dorées qui battaient l'air avec régularité, elle ôta son bonnet et le rangea dans son sac à main tout en secouant sa longue chevelure rousse libérée. Doucement, ses ailes battant doucement lui assurant une stabilité incroyable, elle descendit jusqu'au sol où elle se posa avec légèreté. Ses ailes se replièrent dans son dos, et traversa l'étoffe de son manteau comme si elle n'existait pas, disparaissant sous le tissu et devenant invisibles.

    Les Anges Déchus étaient en général mal vus, méprisés. Inutile de jeter de l'huile sur le feu en dévoilant ses ailes de plumes. Et étant donné la température et sa tenue, ce manteau ne serait pas de trop. Phidia portait des collants sombres qui moulaient ses jambes galbées, une chemise noire ouverte en un profond décolleté et une courte jupe rouge assortie à ses chaussures à talons. Jolie tenue, complétée par une petit sac à main noir, mais guère chaude. Elle serra les pans de son manteau autour d'elle, et se dirigea vers une boutique de vêtements en fantasmant allégrement sur ses prochaines folies.

    (Hum, c'est plutôt court...)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilanrpg.forumactif.com/
¤Mains d'Argents¤
avatar

¤Mains d'Argents¤


Messages : 211
Date d'inscription : 29/01/2011
Age : 24
Localisation : Euh... bonne question.

Passeport de YNS
Race: Humain
Pouvoir: Aucun
Maître/Esclave de: Orihara

MessageSujet: Re: Belle soirée n'est-ce pas ? [Gabriel]   Mer 9 Fév - 21:17



Cela faisait comment de temps? 3 ou 4 jours? Gabriel était sortis de son coma depuis quelques jours maintenant, sa nouvelle "Maitresse" puisqu'il faut l'appeler ainsi était une vampire des plus chiante, il ne savait pas pourquoi elle ne l'avait pas laisser mourir puisque de toute façon il ne lui obéirait pas. Gabriel était encore dans le lit d'amis dans l'appartement de Cérès, la chambre était plutôt grande et spacieuse, plus grande que son ancienne cage en tout cas... Gabriel sortis du lit et alla devant le miroir de la chambre, son regard sang se reflétait dedans, il avait une mine de déterrer, en même temps il n'avait jamais pris soin de lui dans sa cage...


Ses cheveux qui était d'un blancs éclatant était ternis et grisait a cause de la saleté qui ce sont accumulé depuis qu'il était enfermer, il avait d'ailleurs de la saleté noir sur son visage *Eh ben la belle gueule de mort vivant...* le jeune humain se redressa et se dirigea vers la porte de la chambre, il l'ouvrit et trouva l'appartement vide... Cérès était partis et l'avait laisser sans surveillance? Elle est conne ou quoi?


L'humain alla dans la sale de bain, enleva son pantalon miteux d'esclavage et alla sous la douche, il laissa l'eau chaude tomber sur lui. Cela devait faire 4 mois maintenant qu'il ne c'était pas lavé et cela faisait vraiment du bien de sentir les couches de saleté accumuler partir, en quelques minutes sa peau retrouvait son teint gris claire et ça sans utiliser de gel douche. Le jeune esclave passa sa tête sous l'eau et pris du shampoing dans le creux de sa main, il retira sa tête trempé et commença a masser ses cheveux, la matière noir qui ternissais ses cheveux s'en alla et tomba sur le sol de la douche...


Et comme pour sa peau ses cheveux redevenait d'un blancs magnifiquement éclatant. L'humain, au bout d'une dizaine de minutes coupa l'eau et sortis de la douche... Puis il remarque que pour se sécher il n'y avait qu'un petit serviette... Il haussa les épaules et s'essuie le torse ainsi que ses jambes, son visage et ses bras. La minuscule serviette était imbibé d'eau et il était impossible de pouvoir se sécher les cheveux avec... L'humain haussa les épaules retourna nu dans la chambre.


Gabriel s'avança vers la commode en face de son lit et l'ouvrit, il saisit un caleçon noir et argenté qu'il enfila de-suite... Puis il remarque que sa "maitresse" avait acheter des vêtements pendant qu'il était dans le coma... Sympathique mais... c'était pas sa taille... un peu trop petit. Mais bon, il va faire avec. Le jeune humain chercha dans les vêtements et finit par trouver une chemise blanche avec un signe japonais dans le dos, écris en couleur or. Puis pour le pantalon... il pris un jean noir déchirer au niveau des genoux. Une fois habiller, il se dirigea a nouveau face au miroir, ses cheveux redevenus blancs étaient tout imbibé d'eau et lui collait au front... Bon pas grave après tout.


Le jeune homme marcha dans l'appartement regardant de droite a gauche.*Elle est vraiment pas là l'autre suceuse de sang.* le jeune humain partis donc de l'appartement en laissant la porte ouverte, après tout si quelques chose est volé il s'en fout un peu, c'est pas lui qui a payer. Gabriel sortis ensuite du bâtiment et marcha toujours devant lui, il ne savait ni ou aller ni quoi faire mais après tout c'est toujours mieux que de rester sans rien faire a l'intérieur... Le jeune homme aux cheveux blancs marchait donc dans une rue pris au petit bonheur la chance.


*Bon sang, même a cette heure ci la rue est bondée ?*
Gabriel n'avait pas pensé que les démons aimait autant la nuit que les vampires, mais bon hein en même temps c'est leur île, lui il n'était qu'un esclave parmi tant d'autre. Dans la rue les gens le bousculait sans cesse et le regardait avec l'envie de le tuer... ou de le sauter aussi... Sans doute a cause du colier d'esclave qu'il porte a son cou... Dans un embranchement, un démon le rpis par l'épaule et le plaqua contre un mur:


"Eh bien mon petit esclave? On se ballade sans ton maitre ? C'est très imprudent tu sais?"


Le démon en question avait plaquer sa main contre le cou de Gabriel et le serrait, mais l'humain ne changea en rien son regard et fusilla le démon avec le même regards sang et colérique.


"Ne me touche... pas"



Gabriel donna un coup de genoux dans l'entre jambes du démon, puis une fois libérer plaqua sa tête contre le mur l'assommant ainsi.
Déjà que l'esclave n'aimait pas les démon, si en plus ceci les force a les attaquer. Gabriel sortis de la ruelle comme si ne rien n'était et continua son avancer... Plus il avançait plus la ruelle se vidait, bientôt il n'eut plus personne... Si, une femme aux cheveux roux... Gabriel haussa les épaules et continua sa route, en passant a coter d'elle il regarda par dessus son épaule, elle regardaient des vêtements... Gabriel regarda ses propre vêtements et se dit que des vêtement a sa taille serais les bien venus. Il bouscula la jeune femme et entra dans la boutiques, elle vendait des vêtement pour homme et pour femme.


Gabriel était a l'intérieur et chercha des chemise sombre avec des singe plus claire dessus, comme celle qu'il portait mais en plus grand. Une vendeuse esclave, vu qu'elle possédait un collier elle aussi arriva, elle regarda les yeux de Gabriel et tomba en arrière. Bon c'est vrai que un humain avec les yeux rouges c'est pas banal... mais de là a tomber a la renverse de peur...


(Hrp: Dsl c'est court mais les débuts j'ai du mal)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indépendant
avatar

Indépendant


Messages : 12
Date d'inscription : 08/02/2011
Age : 24
Localisation : Sous ton lit... Ou dedans.

Passeport de YNS
Race: Ange Déchue
Pouvoir: Pyrotechnie
Maître/Esclave de:

MessageSujet: Re: Belle soirée n'est-ce pas ? [Gabriel]   Jeu 10 Fév - 0:14


    La vitrine était bien garnie, et Phidia passa une bonne minute à l'observer comme s'il s'était agi de la chose la plus importante de sa vie. Heureusement pour elle, ce n'était pas le cas, parce qu'un malotru la bouscula et qu'elle perdit sa concentration. Elle se retourna pour le fustiger, mais il était déjà entré à l'intérieur de la boutique.

    *Si c'est le genre de clientèle qu'ils ont, ils ne valent pas la peine de s'arrêter !*


    Elle fit deux pas pour s'éloigner... Puis revint devant la vitrine en la contemplant d'un air méditatif. Oh, les clients étaient peut-être mal élevés, mais cette robe claire lui irait si bien... Elle resta un moment pensive devant l'objet de sa convoitise, pesant le pour et le contre. Le vêtement qu'elle voulait, une jolie robe portefeuille d'une teinte roux pâle tirant vers le beige, était courte et s'arrêtait à la hauteur du genou. Un lacet permettait de réduire le généreux décolleté. Oui, elle était parfaite. Tout simplement parfaite.

    Après une dernière hésitation, Phidia entra dans la boutique.

    La chaleur qui régnait dans le magasin lui tira un soupir de soulagement, et elle ouvrit son manteau. Une vendeuse, esclave d'après le collier qui lui enserrait le cou, jeta un regard intrigué à sa tenue, plus précisément à sa chemise noire. Ce genre de vêtement n'était pas souvent porté par des femmes. Mais la coupe de la chemise, ainsi que sa teinte sombre, accentuait le charisme de la rousse et faisait ressortir le nacre de sa peau. Elle était belle ainsi, et le savait.
    L'esclave retourna à son travail en courbant le dos, craignant sans doute que son air étonné ne soit mal interprété et qu'elle soit punie. L'ascendance angélique de Phidia la poussait à céder à un élan de pitié, à aider cette esclave. Mais l'Ange Déchue n'avait plus d'Ange que les ailes et la douceur. Elle était trop fière, trop volontaire, trop loin peut-être sur le chemin de la perversion, et elle ne fit pas un geste envers l'esclave du magasin.

    Elle se contenta de se renseigner à propos de la robe qu'elle avait repérée, et erra dans les rayons quelques minutes. Elle attrapa une longue robe noire largement fendue sur un côté, ainsi qu'un modèle ocre qui y ressemblait beaucoup. La courtisane ajouta à sa sélection la fameuse robe portefeuille, et se dirigeait vers une cabine d'essayage lorsque, surgissant d'un rayon perpendiculaire, l'esclave tomba en arrière juste devant elle. Phidia faillit se casser la figure sur elle, et se rattrapa de justesse... En faisant tomber tous les vêtements qu'elle portait.
    Super.
    La pauvre humaine, voyant qu'elle gênait la cliente, eut l'air mortifiée et se redressa d'un bond :

    - Je suis désolée, je suis absolument désolée, je vais vous aider !

    Phidia retint un petit soupir de soulagement. Lorsqu'elle s'était sentie tomber, un réflexe l'avait poussé à étendre les ailes pour rétablir son équilibre. Elle n'avait contrôlé ce geste purement instinctif que de justesse. Heureusement, l'esclave, non, les esclaves -le malotru de tout à l'heure était là aussi- n'avaient rien remarqués.
    Elle reprit les vêtements que la vendeuse angoissée lui tendait, et coupa court à ses excuses en lui présentant son sourire doux et séducteur, celui qui faisait fondre tous les clients du Temple de l'Envie. Apaiser quelqu'un d'un sourire, c'est une ruse typiquement angélique. Et les Anges osaient dire qu'ils n'étaient pas hypocrites !

    - Ce n'est rien, vraiment. Vous ne vous êtes pas fait mal ?

    Elle ignora superbement le mal-élevé qui avait fait peur à l'autre esclave, et déploya ses charmes. Sourire, regard bienveillant... La vendeuse fut subjuguée. Qu'on la vouvoie devait déjà être rare, qu'on s'inquiète d'elle encore plus. La courtisane l'hypnotisait presque... Tout est dans le presque. Disons que Phidia incitait à la confiance, un don naturel qui allait de pair avec la mission des Anges qui était de protéger et d'aimer. Au service d'un Ange Déchu, ce charme devenait une arme.
    Phidia l'avait pourtant, ce charisme inné de sa race, le charme des Anges. Elle respirait à la fois la douceur et la sensualité, et pouvait au gré de ses envies accentuer l'un ou l'autre de ces atouts.

    Elle congédia la vendeuse, qui jeta un regard craintif à celui qui l'avait fait peur avant de s'éloigner. Phidia posa alors les yeux sur le mal-élevé croisé un peu plus tôt devant ce même magasin.

    Un humain. Un esclave qui plus est. Taille moyenne, peut-être un peu plus grand que la norme, peau claire, pas laid, au contraire plutôt agréable à regarder. Ses cheveux blancs lui donnait l'air fragile, presque maladif, surtout à cause de sa minceur qu'on aurait aisément pu qualifier de maigreur. En plus, il avait l'air de sortir d'un caveau : hâve, pâle, des cernes sous les yeux... Cette impression était contredite par la lueur qui brillait dans ses prunelles rouges : c'était une forte tête. Phidia pensa distraitement qu'il avait intérêt à avoir un maître patient.
    Elle faillit l'ignorer, puis son penchant pour la provocation l'emporta. Encore.

    - Cette fille est ton égale, ça ne t'es pas venu à l'idée de t'excuser ?

    Généralement, le seul mot d'excuse choquait les gens ici. Eh oui, dans cette ville où le Mal lui-même était dépassé, on s'étouffait de stupéfaction en entendant parler de politesse. Phidia, maîtresse dans l'art de chercher des noises à ceux dont la tête ne lui revenait pas, avait plus d'une fois testé cette méthode.
    Avec succès, est-il besoin de le préciser ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilanrpg.forumactif.com/
¤Mains d'Argents¤
avatar

¤Mains d'Argents¤


Messages : 211
Date d'inscription : 29/01/2011
Age : 24
Localisation : Euh... bonne question.

Passeport de YNS
Race: Humain
Pouvoir: Aucun
Maître/Esclave de: Orihara

MessageSujet: Re: Belle soirée n'est-ce pas ? [Gabriel]   Jeu 10 Fév - 14:49

Mais quel ennui, l'esclave responsable des vente qui venait de tomber a terre était pétrifier par un simple regard... Non mais franchement quel trouillarde celle-la. Cependant Gabriel vit qu'une jeune femme l'aidait un peu... mais c'est déja cela ici, si l'humain l'avait aidé pour tel ou tel raison, bien qu'il ne l'aurais fait que si cela pouvait lui être, elle aurait sans doute été encore plus effrayer. Son ancien propriétaire lui disait souvent d'ailleurs, tu as un regard unique pour un humain, tu va me rapporter gros qu'il disait... Enfin bon, Gabriel porta son regard sur le haut qu'il avait saisit, une chemise blanche toute simple mais elle semblait vraiment fine... L'esclave reposa la chemise en question, il voulait une chemise sombre pas claire.


Ses yeux d'un rouge sang, brillait a la lumière du magasin ce qu'ils les rendit aussi brillant que des rubis au soleil. Oui je disait donc, son regard se porta a la jeune femme qui avait aidé la vendeuse, elle possédait des long cheveux couleur flammes ondulant jusqu'au bas de son dos, elle possédait les yeux situé a l'inverse de ceux de Gabriel, les sien était d'un bleu couleur ciel. Le mélange de la couleur roux flamboyant et bleu apaisant pouvait faire pensé aux combat éternelle de l'eau et du feu. L'esclave ne savait pas si c'était son regard ou ses cheveux mais elle semblait...hypnotiser. Oui, comme sa réaction devant une pleine Lune: Gabriel ne pouvait dévier son regard de l'éclat blancs de la Lune, même une déflagration ne pouvais le faire bouger quand il était comme cela, et bien il avait quasiment la même réaction en ce moment... en bien moins important mais quand même. Lorsque la voix de la jeune femme ce fit entendre, le regard sang de l'humain se refit d'une froideur tel que la glace elle même paraissait chaude.


- Cette fille est ton égale, ça ne t'es pas venu à l'idée de t'excuser ?


Gabriel haussa un sourcils, s'excuser ? Et puis quoi encore ? L'humain n'avait jamais dit une seul excuse de sa vie, et il devrait le faire pour une femme qui a eu peur d'un regard naturel ? L'esclave s'avança vers la jeune femme la fixant de ses pupilles rouge et s'arrêta devant elle, elle avait un visage angélique mais... quelque chose dérangeait. Mais quoi ? Gabriel ferma ses yeux et contourna la femme pour aller vers un autre rayon du magasin. Quand il passa a coté d'elle, il sentis une douce odeur, c'était le parfum de la jeune femme? Il était... enivrent ce qui le fit arreter sa marche, il était a coté de la jeune femme, qui soit dis en passant était un peu plus petite que lui... Son regards sang resta planter droit devant lui et restais a coté de la rouquine...


"M'excuser ? Parce qu'elle a eu peur d'un simple regard ? Vous vous excuseriez vous si on avait peur de vous alors que vous ne faites rien?"


L'humain garda son corps immobile a coté d'elle, elle semblait emplie de bonne intention ce qui est vraiment une des chose la plus rare et la plus détester sur cette île. Gabriel dévia son regard sur le corps de la jeune femme a la chevelure flamboyante, son regard rubis monta puis descendis, elle avait un corps assez beau et il était facile de voir ses courbes même sous ses vêtements. Le jeune homme dit simplement avec le même ton froid :


" A trop vouloir être sympathique avec autrui vous ne vivrez pas longtemps ici...une leçon que j'ai bien comprise... Et pusi étant donné votre attitude envers les esclave je suppose que vous n'êtes pas un maitre... et comme vous n'avez pas de collier, vous n'êtes pas une esclave."



Le jeune homme redirigea son regards vers la vendeuse esclaves quand cette dernière revint les voir, son corps tremblait au fur et a mesure qu'elle s'approchait de l'humain, elle essayant tant bien que mal a ne pas le regarder dans les yeux alors que Gabriel la fixait sans aucune retenus, il cherchait son regard pour la terrifier a nouveau, quand elle fut a nouveau devant eux, elle regardait ses pieds honteuse :


"Je...je tenais a m'exuser... ma réaction était... disproportionnée... S'il vous plait... ne dites rien... a ma maitresse..."


"Pourquoi devrais-je accepter des excuses ? Cela ne me serais d'aucune utilité. "


"Ex...excusez moi..."



La vendeuse esclave resta là, devant eux tête baisser, franchement si Gabriel en avait vraiment quelques chose a faire qu'elle est peur de lui il l'aurait signaler depuis longtemps, mais au il du temps il avait pris l'habitude de ce genre de réaction, alors il se contempte de garder son regards droit sur elle... non évidement il allait faire autre chose mais bon on verra bien plus tard, pour l'instant il se contenta de reculer d'un pas pour regarder a nouveau la jeune femme aux cheveux flamme avec un sourire en coin et un regard sang plonger dans les sien si bleu :


" J'ai bien envie d'aller dire sa réaction a sa maitresse moi... Mais étant donné que vous etes la bonté incarner, aller vous me laisser faire cela?"


L'esclave humain commença a ce diriger vers la caisse d'un pas lent, il n'avait pas l'habitude d'être cruel avec les esclaves mais là il s'ennuyait vraiment et vu que Cérès était on ne sais ou donc il ne pouvait pas la faire chier comme il le voudrais... Cet esclave était la seul qu'il pouvait faire chier ici donc il n'allait pas ce gêner mais ce qu'il l'intéressait c'était la réaction qu'allait avoir l'autre jeune femme celle aux cheveux roux... Allait elle le laisser faire ?
Finalement Gabriel s'arrêta nette au milieux du magasin avant de se tourné vers les deux jeunes femmes avec un sourire en coin et ses yeux rouge vers leurs visage:


"Je plaisantais... Je n'ai rien contre les esclaves... J'accepte tes excuse..."



Gabriel retourna vers elles, tandis que l'esclave de sexe féminin le regardait dans les yeux avec une lueur de bonheur, elle repartis faire son travail un peu plus loin laissant Gabriel avec l'autre jeune femme, l'humain passa a coté d'elle, et s'arrêta encore un fois a ses coté, il n'avait pas l'habitude d'aidé autre personnes que lui mais bon après tout c'était une esclave donc cela pouvait aller... L'humain approcha ses lèvres de l'oreille de la jeune femme, bien qu'elle était sous ses cheveux flamme il dit:


"Satisfaite? Un mensonge peut provoquer du bonheur momentanément mais après il deviendra un calvaire... Vous verrez pourquoi..."


Gabriel repris son chemin vers les vêtements pour homme, il était venu pour prendre des vêtement a sa taille et se retrouvait a parler morale avec une femme, d'ailleurs il se demandait de quel race elle était... Pas vampires vu sa peau... Ni démonne vu son caractère... Loup-garou? Peut-être... après tout il n'en avait jamais vu... Il resta le regard river sur elle mais avec sa main il cherchais des vêtements... Que pouvait-elle bien pensez en ce moment même?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indépendant
avatar

Indépendant


Messages : 12
Date d'inscription : 08/02/2011
Age : 24
Localisation : Sous ton lit... Ou dedans.

Passeport de YNS
Race: Ange Déchue
Pouvoir: Pyrotechnie
Maître/Esclave de:

MessageSujet: Re: Belle soirée n'est-ce pas ? [Gabriel]   Jeu 10 Fév - 22:35

    - M'excuser ? Parce qu'elle a eu peur d'un simple regard ? Vous vous excuseriez vous si on avait peur de vous alors que vous ne faites rien?

    Phidia retint un léger sourire. Il était lent de la comprennette cet humain, et apparemment il était fraîchement arrivé. Sa réaction n'était pas celle d'un esclave de longue date, qui aurait rit ou se serait fâché tout net. De plus, il n'avait apparemment pas comprit ce qui se cachait derrière l'apparente douceur, l'apparente bonté de la jeune femme. Impression qui fut vite confirmée par ses paroles :

    - A trop vouloir être sympathique avec autrui vous ne vivrez pas longtemps ici...une leçon que j'ai bien comprise...

    *Mon cœur, si j'étais vraiment un Ange, crois-tu que je serais ici ? Si j'ignorais vraiment tout des vices de cette île, serai-je là en train de faire du shopping dans cette boutique ? Uh uh uh, tu n'es pas vif mon joli. L'Ange a chut depuis longtemps. Tu n'es qu'un humain, tu n'es pas capable de voir ce qui se cache derrière mes yeux. Tu n'es qu'un humain, tu ne vois que mon visage et mon sourire... Agirais-tu de la même manière si tu savais que je suis un serpent ?*

    - Et puis étant donné votre attitude envers les esclave je suppose que vous n'êtes pas un maitre... et comme vous n'avez pas de collier, vous n'êtes pas une esclave.

    Le sourire de Phidia s'élargit, amusé.

    - Bravo, tu as l'esprit vif ! Tu as trouvé ça tout seul ou on t'as soufflé l'idée ?

    Provocation pure et simple, encore ! Chercher les ennuis, quel passe-temps délicieux. A cet instant précis, la nature capricieuse de l'Ange Déchue s'était tournée vers cet humain aux yeux rouges dans l'unique but de lui chercher des noises. Ah, si seulement il pouvait s'énerver, lui donner un prétexte pour s'amuser ! Si seulement il pouvait l'intéresser !
    D'ici deux à trois minutes, Phidia trouverait très certainement au autre sujet d'occupation. Vêtements, babiole, ou quelque chose du genre. Mais là, cet esclave avait piqué son intérêt si difficile à capter. Si bourru et obstiné, et pourtant tellement naïf qui se laissait abuser par la nature angélique d'une courtisane. Ne voyait-il pas qu'elle était dans son milieu, que cette île de luxure et d'horreur lui était à présent familière ? Ne voyait-il pas le Mal qui avait germé en elle, qu'elle avait cultivé en elle ?

    Elle n'eut pas l'occasion de le lui demander. L'esclave vendeuse revenait, s'approchant avec une lenteur désespérante, son regard évident celui de l'humain. Cette fois, Phidia ne lui offrit pas l'appui d'un sourire ni même d'un coup d'oeil. L'envie lui en était passé. Elle était ainsi, inconstante et impulsive, révélant tantôt la douceur et la compassion de sa race, tantôt le sarcasme et la méchanceté de son être. Inconstante, imprévisible, tel un animal à demi-sauvage. Impossible de savoir si elle ronronnerait sous les caresses ou si elle sortirait les griffes.
    La femme esclave s'arrêta au plus près qu'elle l'osait, c'est à dire assez loin tout de même. Phidia haussa un sourcil railleur. L'eslcave fixait ses pieds, terriblement gênée et probablement tout aussi angoissée. Seule sa crainte de voir ses clients rapporter sa maladresse à sa maîtresse devait la motiver.

    - Je...je tenais a m'excuser... ma réaction était... disproportionnée... S'il vous plait... ne dites rien... à ma maitresse...

    - Pourquoi devrais-je accepter des excuses ? Cela ne me serais d'aucune utilité.

    - Ex...excusez moi...

    Oh ? Elle avait vu juste, c'était bien la peur de se voir dénoncée qui la poussait à s'excuser. Phidia réajusta sa pile de robes sur son bras, et s'apprêtait à se diriger vers les cabines d'essayages lorsque l'humain recula d'un pas et plongea son regard dans le siens.

    *Jolis yeux rouges, songea-t-elle distraitement. Très différent du regard d'un vampire, et pourtant tout aussi intenses. C'est certainement ce détail qui a poussé son maître à l'acheter. Parce qu'il ne semble pas avoir beaucoup de qualités...*

    - J'ai bien envie d'aller dire sa réaction a sa maitresse moi... Mais étant donné que vous êtes la bonté incarner, aller vous me laisser faire cela ?

    - On essaye pour voir ?

    Si, réflexion faite, il avait bien une autre qualité : il allait au bout des choses... Et il avait une foi aveugle en sa naïveté. Phidia sourit intérieurement. Gardons cette image d'Ange, sauvegardons ses illusions. Les petits nouveaux les perdaient si vite, ils n'étaient plus du tout amusant lorsqu'ils ne se laissaient plus berner par l'apparente douceur de l'Ange Déchue.
    Immobile à côté de la servante pétrifiée de terreur, elle le regarda s'approcher de la caisse. Elle n'avait pas la moindre envie d'intervenir. Il n'aurait pas le culot d'aller dénoncer la vendeuse. Il avait bien le profil d'un rebelle (ou d'un futur rebelle, parce qu'il était toujours asservi d'après son collier) et, c'était connu, les rebelles aidaient les esclaves.

    Jackpot, encore une fois. Il n'alla pas jusqu'à la caisse. Phidia aurait du parier de l'argent.

    - Je plaisantais... Je n'ai rien contre les esclaves... J'accepte tes excuses...

    La vendeuse ne se le fit pas dire de fois. Phidia la regarda partir, amusée, et secoua la tête avec indulgence. Elle n'avait rien contre les esclaves, mais elle trouvait qu'ils étaient tous... Comment dire... Faibles. Un Ange Déchu était bien plus mal vu, bien plus méprisé qu'un humain, par exemple. Pourtant, Phida avait su échapper à l'esclave, elle avait su se trouver un métier, une place. Pas un rang mais presque. Les esclaves, eux, s'étaient bêtement faits avoir. Non, Phidia n'avait rien contre eux. Si elle avait été une Ange normale, elle en aurait eu pitié. Mais elle n'éprouvait qu'une sorte de déception.
    Les esclaves ne valaient pas la peine qu'on s'intéresse à eux. De toute façon, en quelques jours, quelques semaines, ils étaient totalement lobotomisés.

    L'humain se rapprocha d'elle. L'Ange Déchue n'avait pas bougé. Elle se tressaillit même pas lorsque le souffle de l'esclave caressa son oreille, faisant onduler ses cheveux roux lorsqu'il murmura :

    - Satisfaite? Un mensonge peut provoquer du bonheur momentanément mais après il deviendra un calvaire... Vous verrez pourquoi...

    Un sourire mi-figue mi-raisin se dessina sur les lèvres de la jeune femme. Il devait être bien stupide pour penser qu'elle ignorait tout de ce que mentir impliquait. Le mensonge... Le premier péché qu'elle ait commit, le premier pas vers ce qui deviendrait sa Chute. Mensonge... Mentir en espionnant les guerriers qui s'entraînaient... Mentir en bridant ses instinct sauvages et capricieux pour se conformer à la norme... Mentir en fuguant et en abandonnant sa pureté pour goûter à la luxure...
    Elle rit doucement :

    - Crois-tu vraiment en savoir plus que moi à ce sujet, humain ? J'ai des siècles d'expériences en ce domaine... Et je doute que tu vive si longtemps.

    Sur ces mots, elle s'éloigna en direction des cabines, où elle essaya successivement les trois robes choisies. Après s'être longuement admirée, et avoir tergiversé plusieurs minutes, elle quitta les cabines d'essayage et appela la vendeuse esclave. Cette dernière accouru presque, son empressement tirant un autre sourire amusé à l'Ange Déchue. Phidia lui rendit la robe ocre afin qu'elle la remette à sa place, puis se dirigea vers la caisse afin de payer les deux vêtements qu'elle voulait emporter.
    La vendeuse qui s'y trouvait, la maîtresse de la jeune servante apparemment, emballa rapidement ses achats. Elle était aussi empressée que sa servante, mais là où l'esclave n'agissait que par peur, la propriétaire de cette boutique était motivée par l'appât du gain. Un autre vice de Yuutou No Shima... La corruption la tentation.

    - Excusez-moi, emportez-vous vos achats ou préférez-vous qu'on vous les livre ?

    Phidia lui adressa son sourire charmeur n°3, et glissa la bandoulière de son sac sur son épaule.

    - Livrez-les au Temple de l'Envie, au nom de Phidia Kaena.

    Le regard de la vendeuse changea. Dans le monde des humains, annonçait qu'on vivait dans une maison de passe était carrément mal vu, dangereux, honteux. Ici, c'était presque... Respectable. Les valeurs inversées de Yuutou avait de quoi sidérer un étranger. Voilà ce qui rendait ce lieu si attrayant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilanrpg.forumactif.com/
¤Mains d'Argents¤
avatar

¤Mains d'Argents¤


Messages : 211
Date d'inscription : 29/01/2011
Age : 24
Localisation : Euh... bonne question.

Passeport de YNS
Race: Humain
Pouvoir: Aucun
Maître/Esclave de: Orihara

MessageSujet: Re: Belle soirée n'est-ce pas ? [Gabriel]   Jeu 10 Fév - 23:42

- Crois-tu vraiment en savoir plus que moi à ce sujet, humain ? J'ai des siècles d'expériences en ce domaine... Et je doute que tu vive si longtemps.


Oh ? Comme c'était drôle, le caractère de la jeune femme avait changer du tout au tout, avant elle était compatissante, souriante avec la jeune femme esclave et la seconde d'après elle l'encourageait presque a aller la dénoncer. Elle était passé de femme ennuyante a femme amusante, eh bien oui, même si Gabriel laissait souvent entre voir de la "gentillesse" pour les esclaves, la seul chose qui comptait pour lui c'était lui-même, si cela avait été lucratif de dénoncer l'esclave il l'aurait fais sans hésiter... Puis une idée lui vint en tête, il n'avait d'argent sur lui, il avait complètement oublier d'en voler a Cérès donc même si au départ il voulais volé les affaires, il pourrait aller demander réparation a la maitresse de la vendeuse... Qui sait après tout, la souffrance d'une esclave a bien un prix...

La jeune femme qui avait des cheveux couleur flammes partis de-suite après sa phrase vers les cabines d'essayage, le regard du jeune homme quand a lui alla retourner vers les vêtements masculins un peu plus loin, et son corps en fit de même... Il y avait bien des vêtements ici... tous très beau... mais aucun ne plaisait vraiment a l'humain, les vêtements que lui avait acheter Cérès était bien plus beau et même si la taille n'était pas vraiment des plus correcte, elle avait bien cerné ses gout.

Gabriel, en pensant a sa maitresse, posa sa main sur son collier et le serra de toute ses forces, cette saleté ne voudrait jamais s'enlever sauf si Cérès le voulait... bon sang, pourquoi elle l'avait acheter, bien qu'il adorait énerver la vampire c'était plus drole de le faire a tout ceux qu'il croisait...

Quand les pensées du jeune humain furent stopper, ses yeux rouges sang allèrent se poser vers la caissière, seul une femme ne possédait pas de collier et donc devait être la maitresse en question de la vendeuse de toute a l'heure... Gabriel garda son visage impassible, il n'aimait guère montrer ses sentiment, que ce soit la joie ou la cruauté.

Ses pas était plutôt lents et ses chaussures claquait contre le sol, il allait se aire un petit plaisir sadique, sans que la rouquine ne le sachent, après tout ce qu'il aimait c'était agir discrètement. Gabriel, cette homme aux cheveux blancs neige était maintenant devant une caisse vide et la femme derrière commença la conversation:

"Que vous faut-il ? Si vous n'avez rien a acheter partez"

"Je viens me plaindre d'une de vos vendeuse... Et je pense que je ne serais pas le seul..."

Le jeune homme riait intérieurment, la femme qui possédait des cheveux noir ébène plissa les yeux vers lui.

"Qui donc si je puis me permettre monsieur l'esclave?"

"Je suis peut-être esclave mais je mis connais en politesse, et votre vendeuse là eh bien elle devrais prendre des cours. Je ne connais pas son nom mais elle semblait timide et son collier était a l'envers... En me voyant elle tomba sur le sol de terreur. Et cela est assez énervant."

"Il dois s'agir de Luna... Je m'occuperais de son cas plus tard, quand a vous sorter, je ne supporte pas les esclaves autre que les miens."


Gabriel laissa enfin un sourire sadique s'afficher sur son visage, il n'avait pas eu ses vètements mais il avait donner de faux-espoire a une jeune femme, et l'avait punis en un rien de temps. Le jeune homme aux cheveux neige vis, quand il voulus partir la jeune femme aux cheveux flamboyant et lui adressa un sourire sadique avec ses yeux sang river dans ses yeux bleu.

Bien entendu, il ne lui dis rien, si elle n'avait pas entendu eh bien dommage pour elle mais il n'allait certainement pas perdre son temps a lui expliquer. Gabriel se dirigea donc vers la sortis quand il entendit la femme aux yeux bleu donner des détaille interessant sur sa personne... Des détailles qui prouvait que l'humain c'était bien trompé sur son compte...

- Livrez-les au Temple de l'Envie, au nom de Phidia Kaena.


Avec cette simple phrase l'esclave savait le nom de la propriétaire des cheveux de feu mais aussi sa profession... *Ainsi elle est une courtisane... intéressant... très intéressant...* le jeune homme pale sortis finalement de la boutique et s'adossa contre la vitre, il attendait la sortis de Phidia Kaena et ne pus s'empresser de tapoter du pieds.

Son premier jugement sur elle était faux et il s'en était bien rendus compte, maintenant il allait approfondir ses recherche... Quand la femme en question sortis de la boutique, Gabriel s'empressa de la suivre doucement, ses réflexe d'assassin de l'avait pas laisser seul mais ce n'était pas sa cible... pas encore du moins.Le jeune homme accosta la rouquine qui se retourna au car de tour.


"Il semblerait que je vous est mal juger, avec votre visage angélique vous sembler bien calme et saine mais.... un tel être n'existe pas ici, votre voix exprime les péchés et maintenant je le sent bien... Phidia... vous êtes un ange déchus..."



Le jeune humain aux cheveux neige plongea ses yeux sang dans ceux océan de la courtisane, elle semblait plus amusante que la plus part des gens sur cette île et cela tombe bien, Gabriel commençais a s'ennuyer... Bien que le jeune esclave était vraiment doué aux combats à mains nu, il ne voulait pas la frapper... pas tout de suite du moins. Gabriel passa sa main dans ses cheveux blancs pour remettre une mèche qui tombait sur son visage et il s'approcha encore un peu plus de la jeune femme aux cheveux flamme, il pris son menton entre deux doigt et dit avec froideur :

"J'ai l'impression de vous connaitre... ne vous ai-je jamais menacé ? "

Gabriel avait vraiment l'impression de la connaitre, en même temps en restant quatre mois dans un cage, on voit passer beaucoup de visage... Mais le jeune esclave chassait a coup d'insulte et de poing ceux qui voulaient l'acheter il était donc possible qu'il l'est déja menacé par le passé... Ou alors Gabriel confond avec une autre... Mais que cela soit vrai ou pas, cette femme l'intéressait au plus aux point.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indépendant
avatar

Indépendant


Messages : 12
Date d'inscription : 08/02/2011
Age : 24
Localisation : Sous ton lit... Ou dedans.

Passeport de YNS
Race: Ange Déchue
Pouvoir: Pyrotechnie
Maître/Esclave de:

MessageSujet: Re: Belle soirée n'est-ce pas ? [Gabriel]   Ven 11 Fév - 21:41

    Lorsque Phidia quitta la boutique, elle avait déjà écarté l'esclave aux yeux rouges de ses pensées. Elle était plutôt en train de songer au profil idéal de son esclave, si un jour elle avait l'idée saugrenue de s'en acheter. Car l'Ange Déchue répugnait à avoir quelqu'un à son service exclusif, non parce qu'elle asservissait un être innocent (qu'est-ce qu'elle en avait à cirer ?) mais parce que cela impliquait une certaine responsabilité de sa part. Nourriture, logement, éducation, protection, etc. D'où son opposition formelle à toute acquisition humaine.
    Mais bon, ça ne l'empêchait pas de rêver, et elle fantasmait allégrement sur le fait d'avoir un jeune hybride au minois de chaton effrayé (car à la longue liste de ses défauts s'ajoutait aussi celui d'aimer dominer les plus faibles), lorsqu'elle s'aperçut qu'elle était suivie.

    Si celui qui la pistait avait été un immortel, elle n'aurait rien remarqué. Mais celui qui l'épiait était un humain, et ses capacités, pour développées qu'elles soient, ne pouvaient duper ses sens aiguisés par des siècles d'entraînement. Phidia étant elle-même une assez bonne combattante, elle ne pouvait pas être aveugle à ce point.

    Elle attendit néanmoins que l'humain se manifeste, et se retourna d'un geste souple lorsqu'il l'interpella. A nouveau, le visage de la jeune femme irradiait douceur et compréhension. A nouveau, elle avait endossé son visage d'Ange, si tendre et si bien intentionné. Mais cette fois, cette façade n'eut pas de prise sur l'humain. La mention du Temple de l'Envie était parvenue jusqu'à lui, comprit Phidia avec un léger sourire.
    Il n'était plus dupe.

    - Il semblerait que je vous ait mal juger, avec votre visage angélique vous sembler bien calme et saine mais.... un tel être n'existe pas ici, votre voix exprime les péchés et maintenant je le sent bien... Phidia... vous êtes un Ange Déchu..

    La jeune femme rousse rejeta ses longs cheveux en arrière et lui adressa un sourire lumineux. S'il n'avait pas deviné ce qu'elle était, il n'aurait jamais douté de son ascendance angélique. Autant l'âme de Phidia était corrompue, autant son visage était pur et bienveillant.

    La perfidie des Anges...

    L'humain repoussa l'une de ses mèches rebelles qui tombait sur son visage, geste machinal qui attira une fois encore l'attention de Phidia sur ses curieux cheveux blancs. Cet esclave était pour le moins intriguant. Elle sentait son intérêt se réveiller. Au delà de son apparence déjà peu commune, il semblait différent. Naïf au premier abord, mais très vite sur ses gardes lorsqu'il comprenait son erreur. Pas à la façon d'une proie, mais plutôt d'un prédateur. Dans sa vie d'homme libre, il était plus du genre à être le chasseur que le chassé.
    Il s'approcha d'un pas de plus et prit doucement le menton de l'Ange entre ses doigts. Phidia le laissa faire, alors que son rang l'autorisait très largement à envoyer paître un esclave qui l'importunait.

    - J'ai l'impression de vous connaitre... ne vous ai-je jamais menacé ?

    Le sourire de Phidia, si lumineux, se fit plus sombre, presque sinistre. La menacer ? Il ne doutait de rien.
    Phidia était une Ange Déchue, une courtisane, et elle semblait douce et fragile, certes. Mais pourquoi croyez-vous donc qu'elle avait été bannie des Cieux ? Parce que son âme était trop sombre et qu'elle avait abandonné sans regret sa virginité pour goûter au fruit interdit ? Les Anges n'auraient pas bannie leur petite princesse pour si peu. Non, si elle avait été chassée, c'était essentiellement à cause de son penchant dangereux pour la provocation, la cruauté, et surtout... L'agression.
    Voyons, un Ange n'est pas déchu de son rang parce qu'il manifeste un peu de curiosité pour les vices humains. Mais lorsque l'Ange en question transgresse les lois, se bats, et surtout s'en délecte, c'est inexcusable.

    Phidia était très loin d'être sans défense.

    - Ça m'étonnerai beaucoup....

    Elle écarta lentement la main de l'humain, et lissa une mèche rousse derrière son oreille. Son regard bleu ciel ne quitta pas l'esclave. Elle était parfois allée traîner du côté du marché aux esclaves, mais elle s'en serait souvenue si elle l'avait vu avant. Un humain aux yeux rouges, ça se remarquait, quand même.
    L'Ange sentit un courant d'air glacé balayer la rue et remonta le col de son manteau. La soirée était plus froide qu'elle ne pensait. Pas une si bonne idée que ça, finalement, la jupe courte et la chemise ouverte. Changeant de sujet, elle jeta un regard ironique à l'humain :

    - Puisque tu connais à présent mon nom, tu pourrais me donner le tien, non ? Je pourrais t'appeler "l'esclave", mais ça sonne trop péjoratif à mon goût.

    Et elle aurait parié de l'or contre des biscuits que ça ne lui plairait pas non plus d'être désigné de la sorte. Les humains avaient l'orgueil chatouilleux...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilanrpg.forumactif.com/
¤Mains d'Argents¤
avatar

¤Mains d'Argents¤


Messages : 211
Date d'inscription : 29/01/2011
Age : 24
Localisation : Euh... bonne question.

Passeport de YNS
Race: Humain
Pouvoir: Aucun
Maître/Esclave de: Orihara

MessageSujet: Re: Belle soirée n'est-ce pas ? [Gabriel]   Ven 11 Fév - 23:44

Le jeune humain eu un élan de surprise sur son visage lorsque la jeune femme perdit son sourire pour laisser une aura sombre le remplacer... intéressant... vraiment très intéressant, la facilité avec laquelle elle change d'émotions... presque aussi impressionnant que la capacité a ne plus rien ressentir de Gabriel.

En effets, bien que le jeune humain est été un esclave très demander sur la marché la raison n'était pas ses yeux ou son caractère de rebelle, mais la simplicité avec laquelle il insultait, provoquait frappais les potentiel acheteur, il ne ressentais pas la peur de la douleur ou celle de la mort, il s'ennuyait et voulais ce distraire. Gabriel ferma ses yeux sang un moment avant que Phidia ne prenne la parole :

- Ça m'étonnerai beaucoup....

*Hummm... pas très bavarde la demoiselle, il faudrait peut-être que je sois plus... démoniaque?* Gabriel rouvrit ses yeux a sa pensée, non, il détestait les démons, il voulait les voir mort, pendus par leur intestin, leur tête empaler sur des piques et les renvoyer bruler en enfer. Il ne pouvait donc ce permettre de tels pensées... Après tout si l'humain frappais quelqu'un qui n'est pas maitre, il n'aurait aucune "punition" mais si... il se foutait complètement de recevoir un châtiments, il avait enduré bien des chose dans son séjour au marché et dans la salle de dressage.

Un courant d'air bien froid passa dans la ruelle, emportant les cheveux blancs éclatant de l'humain et ouvrant sa chemise, laissant voir quelques cicatrices. Les mains de Gabriel revennirent fermer sa chemise, si une chose ne plaisant pas a l'humain a part les démons c'était bien le froid. Le femme a la chevelure flamme repris possession du silence pour imposer ses mots :

- Puisque tu connais à présent mon nom, tu pourrais me donner le tien, non ? Je pourrais t'appeler "l'esclave", mais ça sonne trop péjoratif à mon goût.

Si il y avait bien une chose que Gabriel détestait c'était devoir donné son nom, quand il était dans le monde des humains personne ne le connaissait, on l'apellait l'ombre ou alors on disait "il" et maintenant sur cette maudite île, beaucoup trop de personne connaissait son nom a son gout. Alors même si cela avait le don de lui faire serrer les dents eh bien il accepterait le surnom d'esclave... Tsss déjà qu'il détestait porté cette saleté de collier voilà qu'il aller ce faire appeler l'esclave...
Gabriel reposa son regard sang dans celui bleu de la jeune demoiselle nommé Phidia :

"Je préfère encore que vous me nommiez esclave que de vous dire mon nom... Et vous ne saurez rien de plus sur ce sujets. Par contre vous... vous êtes aussi fausse que moi... Vous montrer des émotions qui ne sont pas les vrais et croyer moi, vous le faites a merveille... Pour une non-humaine."

Bah quoi? Vous pensiez vraiment que notre petit Gabriel allait faire un compliment a quelqu'un? Ne rêvez pas éveiller voyons. Notre petit humain est loin mais vraiment loin d'être quelqu'un de docile, si il ne vous tiens pas en estime vous pouvez mourir devant lui qu'il ne feras rien... Une ame de dméon dans un corps d'humain... Voila ce que devais être Gabriel.

Le jeune homme s'adossa contre un mur a coté tout en dévisageant la jeune femme, étant donné qu'elle pouvait fausser ses émotions, le jeune humain ne pouvait pas juger ses différente réaction...

"Vous semblez avoir froid... Vous auriez du porter quelque chose de plus couvrant... cela aurait été dommage pour les yeux mais bon.... "

L'humain regarda encore devant lui, ses cheveux tombait tous sur son visage a cause du vent, il les remis tous en place en y faufilant ses mains, une fois les mèches rebelle de l'esclave rebelle dompter, Gabriel joua avec son collier une Lune était gravé dessus, signe d'appartenance a la vampire Cérès... Cependant elle n'avait pas gravé le nom de l'huamin dessus et heureusement comme cela il pouvait rendre fou de rage ce qui lui demandait... D'ailleurs Gabriel rajouta une couche...

"Alors Phidia ? Vous ne semblez pas apprécié le fait que je ne divulgue pas mon identité... Bien que vous faussiez vos sentiments... Il se pourrais même que vous vous moquiez de moi... Vous êtes vraiment intéressante..."


Gabriel laissa un faux sourire en coin apparaitre, elle n'était pas la seul a savoir fausser ses émotion, voyons voir si elle est aussi doué pour les devinez que pour les faussez. Après tout... elle était entrain de joué avec Gabriel... et vise-versa... Le jeune humain n'avait pas trouver d'être aussi interressant sur l'île sur laquelle il se trouvait, donc même pour lui il était impossible de dire si son sourire était un faux...ou un vrai...

"Et bien ? Vous ne parlez plus ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indépendant
avatar

Indépendant


Messages : 12
Date d'inscription : 08/02/2011
Age : 24
Localisation : Sous ton lit... Ou dedans.

Passeport de YNS
Race: Ange Déchue
Pouvoir: Pyrotechnie
Maître/Esclave de:

MessageSujet: Re: Belle soirée n'est-ce pas ? [Gabriel]   Sam 12 Fév - 16:04


    - Je préfère encore que vous me nommiez esclave que de vous dire mon nom... Et vous ne saurez rien de plus sur ce sujet. Par contre vous... vous êtes aussi fausse que moi... Vous montrer des émotions qui ne sont pas les vrais et croyez moi, vous le faites a merveille... Pour une non-humaine.

    Phidia haussa un sourcil. Elle aurait plutôt dit l'inverse : c'était cet homme qui masquait bien ses émotions... Pour un humain. Les immortels avaient des siècles pour façonner leur masque, des siècles pour ciseler leurs mensonges, des siècles pour déguiser leurs états d'âmes. Un humain n'avait pas ce laps de temps. Un humain était un être éphémère, qui pouvait certes vivre à cent à l'heure mais qui ne pourrait jamais égaler le parcourt d'un immortel...

    - Je pourrait te retourner le compliment...

    Ainsi, il ne voulait pas se nommer. Phidia observa à nouveau l'esclave, cherchant un indice sur son identité. Alors que l'esclave s'adossait contre le mur, l'Ange Déchue arrêta son regard sur son collier, cherchant à décrypter les symboles qui l'ornaient. Mais apparemment, le maître de l'esclave n'avait pas jugé utile d'écrire son nom sur son collier. Dommage.
    En revanche, la jeune femme nota dans un coin de sa tête que le symbole de son maître était une lune. Typique des vampires. N'éprouvant aucun intérêt pour cette race de buveurs de sangs, Phidia ne se souvenait jamais de leurs blasons... Mais ce symbole-ci lui était vaguement familier. Elle avait certainement du le croiser un jour.

    - Vous semblez avoir froid... Vous auriez du porter quelque chose de plus couvrant... cela aurait été dommage pour les yeux mais bon...

    Le regard de la jeune femme quitta le collier pour revenir sur le visage de l'esclave. A part un mince sourire ironique, rien ne trahit une quelconque réaction de sa part.
    Porter quelque chose de plus couvrant ? Son manteau lui arrivait à mi-cuisses, c'était à son idée largement suffisant. Bon, d'accord, elle le laissait largement ouvert. Et ce n'étaient certainement pas ses fins collants qui allaient lui tenir chaud. Mais l'esclave avait parfaitement comprit pourquoi elle ne se couvrait pas plus...

    ... Cela aurait été dommage pour les yeux.

    A quoi bon avoir un joli corps si on ne peut pas s'en servir ? Dévoiler ses courbes et mettre en avant ses formes était tout en art. La séduction était un art. Pourquoi s'en priver ? Phidia était belle et le savait. A présent qu'elle était libre, nulle règle stupide comme celles des Cieux ne lui interdisait de faire valoir ses charmes tel qu'elle le voulait. Le premier qui se risquerait d'ailleurs à imposer sa volonté à la belle ailleurs que dans son lit risquait d'ailleurs fort de perdre une précieuse partie de son anatomie au passage. Eh oui, ces machins-là étaient plutôt fragiles...

    - Alors Phidia ? Vous ne semblez pas apprécié le fait que je ne divulgue pas mon identité... Bien que vous faussiez vos sentiments... Il se pourrais même que vous vous moquiez de moi... Vous êtes vraiment intéressante...

    L'Ange Déchue resta silencieuse, ne répondant pas à la provocation. L'esclave n'avait pas tout à fait tort, le fait de ne pas connaître le nom d'un interlocuteur lui déplaisait. Pas assez, toutefois, pour qu'elle insiste. Si il voulait se taire, eh bien qu'il le fasse. Cacher son nom, contrairement à ce que pensait l'humain, était une chose que Phidia pouvait comprendre mieux que quiconque.

    Dissimuler un nom... Dissimuler son nom, c'était garder secret une partie de soi-même. Par orgueil ou par honte, par peur ou par provocation. Phidia avait caché son vrai prénom de la sorte, par défi, pour renier tout ce qui faisait d'elle une enfant des Cieux, pour nier l'amour et l'admiration que lui portaient ceux qu'elle avait un jour appelés ses amis. Oui, Phidia avait elle aussi dissimulé son nom, par défi et par colère, pour tourner le dos à un passé révolu.

    Elle ignorait en revanche pourquoi l'humain agissait ainsi. Était-ce pour éloigner les curieux ? Protéger une faiblesse ? Utiliser son anonymat comme une arme ? Les hypothèses étaient toutes vraisemblables... Ça semblait bien être son genre... Cet esclave avait l'habitude d'évoluer dans un milieu peuplé d'ombres et de danger. Il pouvait fausser son sourire, masquer son regard, tricher avec ses mots, mais son corps ne pouvait pas mentir. Phidia l'avait déjà comprit, senti : il faisait partie des chasseurs et non des chassés. S'il avait été un immortel, l'Ange Déchue aurait été prudente, méfiante même. Or, là, ça ne faisait que le rendre plus intéressant...

    - Et bien ? Vous ne parlez plus ?

    Oh ? Il tenait donc décidément à la provoquer. Il devait effectivement s'ennuyer si il essayait autant de jouer avec elle... Soit, puisque c'était ainsi... La jeune femme, son air angélique disparu au profit d'un demi-sourire amusé, répliqua tranquillement :

    - Toi, en revanche, tu parle trop.

    Elle l'observa avec attention. Elle pouvait le planter là et aller finir ses emplettes, mais elle passerait à côté d'une conversation pour le moins divertissante. L'Ange Déchue était un peu comme un chat. Douce, élégante, adorable, et pourtant si cruelle. Elle adorait s'amuser avec ses proies. Mais c'était aussi ce que l'humain était capable de faire... Oui, la conversation serait... Passionnante.
    Elle pouvait aussi continuer à discuter, mais là, elle mettrait de côté son shopping... Et ça, c'était hors de question. Mais bon, pour le moment, elle choisissait cette option.
    Elle glissa les mains dans les poches de son manteau et interrogea :

    - Tu as faussé compagnie à ton maître, n'est-ce pas ? A en juger par ton collier, c'est un vampire... Ne risque-t-il pas de te vider te ton sang pour te punir ?

    Cet humain était un fort caractère et, ça se lisait dans sa manière d'agripper son collier, il ne supportait pas sa servitude. Parler de son maître serait un bon moyen de voir s'il réagissait... Et de voir, dans cet étrange discussion, qui était le chat et qui était la souris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilanrpg.forumactif.com/
¤Mains d'Argents¤
avatar

¤Mains d'Argents¤


Messages : 211
Date d'inscription : 29/01/2011
Age : 24
Localisation : Euh... bonne question.

Passeport de YNS
Race: Humain
Pouvoir: Aucun
Maître/Esclave de: Orihara

MessageSujet: Re: Belle soirée n'est-ce pas ? [Gabriel]   Sam 12 Fév - 18:11

- Toi, en revanche, tu parle trop.


Hmmm... Bonne répartie, posture droite et sure d'elle... Une chose était sur et certaine, cette femme sait ce qu'elle veut et l'obtiens toujours. Cela se sentait dans sa voix et dans ses geste sur d'elle, que ce soit pour ses cheveux ou pour refermer son manteau. Gabriel eu un faux sourire en coin, prouvant une fois de plus que ses émotions était parfaitement contrôler... même si la colère s'échappait de temps en temps, généralement pour ce qui concerne les émotions dite " Faible" aucun problème !

Pourtant la jeune femme avait le visage qui ne bougeait pas, elle fixait quelque chose... Le collier de Gabriel ? Ah... elle devait chercher son nom dessus... peine perdus son nom n'était inscrit nul part sur cette île, seul son maitre et la personne qui l'a vendus le connait...

Gabriel... un nom pour un être pure... le contraire du jeune humain.

Le jeune humain se décolla du mur, ses yeux rouges sang se baladèrent de droite a gauche cherchant quoi que ce soit qui pourrait l'amuser... en vain... la seul chose qu'il jugeait "amusante" c'était la jeune femme... Mais que pouvais il bien faire... son regards se posa sur elle la regardant de haut en bas...

Détaillant ses habits, franchement elle devait avoir froid dedans mais... c'était vraiment agréable a regarder... L'humain sentait un regard de défie de la part de la jeune femme. Franchement... de plus en plus intéressant.... En tout cas Gabriel s'étira un peu, fit craquer ses doigt et sa nuque et s'approcha de la jeune femme, comme pour contre attaquer Phidia lui dit :

- Tu as faussé compagnie à ton maître, n'est-ce pas ? A en juger par ton collier, c'est un vampire... Ne risque-t-il pas de te vider te ton sang pour te punir ?


Le jeune humain haussa un sourcils a cette déclaration, comme savait elle que c'était une vampire ? La connaissait elle au vu de la marque sur son collier? Non, c'était peu probable surtout que seul sa maitresse utilise se seaux sur les collier. La pleine Lune, pour lui rappeler ses loup, et la pleine lune qui attirait tant l'humain. Gabriel se rapprocha d'avantage, allant attraper le menton de la jeune femme. Il allait joué... Il allait s'amusé... Il remonta le menton de vers son visage, et plongea ses yeux rubis dans ceux saphir de l'ange... On pouvais voir de la colère... de la haine ... et des ténèbres dans ses yeux... Rien d'humain.

La cruauté... elle est délicieuse et douce... froide et aimante... Il ne faut pas croire que seul les démons comprennent cela...

Gabriel approcha toujours plus son visage de celui de Phidia, son souffle froid alla s'écraser contre le visage angélique de la jeune femme... Angélique, qu'elle mascarade de premier choix, un visage doux pour attirer... une ruse inventer par le serpent lui même... D'ailleurs il était amusant de trouver les ressemblance qu'elle possédait avec ce reptiles, mais cela Gabriel ne le fit pas tout de suite. Non pour le moments il faisait ce qu'il faisait le mieux: Provoquer.

Son visage d'un blancs pale mais bien moins que ses cheveux neige, s'avança encore, ses lèvres effleurait celle de l'ange déchus, laissant un doux frisson la parcourir, d'habitude il provoquait les vampires avec son sang, les démons avec ses poing, mais c'était la première ois qu'il voyait une ange-déchus... Après le frisson Gabriel se rétracta d'un coup sec et dit comme si rien ne venait de ce passer:

" Non je n'ai pas peur, puisque de toute façon , si elle veut me bouffer elle le fait alors... Mais je sais comment la tenter et généralement elle essaye de ne pas craquer.... Et ça l'énerve beaucoup..."

Gabriel refit un regard sans émotions, voila comment la plus part de ses acheteur était dégouté, il les provoquait puis arrêtais tout d'un coup, les plus susceptible donnait des coups et les plus con, qui était les plus nombreux ne comprenait même pas. D'ailleurs au passage, Gabriel avait beau être un esclave acheter, avec le collier et tous cela, il était libre de ses mouvements. Donc même si Cérès était là quand il se réveillais, elle n'aurait sans doute rien dis...

Le jeune humain regarda a nouveau le ciel étoilé... pas de Lune cette nuit... pas de signe de la présence de cette astre déssiner sur con collier... dommages... Gabriel soupira et remis son regard sang sur l'ange, elle cachait encore ses émotions, impossible de savoir les effets de sa petite tentative sur elle.

C'était la première fois qu'il "affrontait" une personnes maitrisant ses émotions. Sa maitresse on lisait parfaitement son visage mais elle impossible.. C'était peut-être cela qu'il l'intéressait le plus chez elle... en ne comptant pas son corps évidement, vu que tout homme serait attiré rien que par son physique... Encore une fois non ce n'est pas un compliment mais la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Indépendant
avatar

Indépendant


Messages : 12
Date d'inscription : 08/02/2011
Age : 24
Localisation : Sous ton lit... Ou dedans.

Passeport de YNS
Race: Ange Déchue
Pouvoir: Pyrotechnie
Maître/Esclave de:

MessageSujet: Re: Belle soirée n'est-ce pas ? [Gabriel]   Ven 11 Mar - 22:04

    L'esclave ne répondit pas tout de suite. Au contraire, il la dévisageait, la détaillait, comme s'il essayait de lire en elle. Phidia sourit intérieurement. Impossible. Elle changeait si bien de masque, d'esprit, de comportement, qu'il était impossible de suivre son rythme. Essayer de la démasquer ou de comprendre comment elle fonctionner, c'était perdu d'avance. Oh, pauvre humain, ne te rends-tu pas compte de ce que tu as face à toi ?

    L'esclave s'approcha d'un pas. Puis d'un autre. Phidia conserva la même expression, mais en son for intérieur, elle tergiversait. Il prenait trop de liberté.
    Il n'était qu'un humain, un esclave en plus. Phidia n'avait rien à voir avec sa caste et ce depuis très longtemps.
    Mais, d'un autre côté, c'était tellement rare, tellement amusant de voir un esclave capable de la provoquer, elle, Phidia l'Ange Déchue. Pourquoi ne pas voir jusqu'où il serait capable d'aller ?

    Elle le laissa s'approcher, jusqu'à sentir son souffle sur ses lèvres. Un léger frisson la parcouru. Il était vraiment trop inhabituel qu'un humain se comporte ainsi sur Yuutou no Shima. Trop inhabituel et trop dangereux pour lui. Phidia pouvait le tuer si elle craquait une allumette, il suffisait de laisser son pouvoir faire le reste. Et encore, elle n'était pas très puissante. Cet humain ne vivrait pas longtemps s'il perdurait dans la voie de la provocation. Que se passerait-il s'il tombait sur quelqu'un d'un peu moins patient ou moins joueur qu'elle ?

    Il n'était tout simplement pas assez fort.

    Pas assez fort pour défier son maître.

    Pas assez fort pour défier quiconque.

    Pas assez fort, c'était synonyme de faible.

    Il devait le savoir. Pourtant il continuait. Par goût du risque, par goût du jeu ? Ou par ignorance, par stupidité ? Toi qui pense toujours faire partie des chasseurs, n'as-tu pas comprit que tu n'es qu'une proie ?

    Soudain il recula, s'éloignant comme si une seconde plus tôt rien ne s'était passé. Pas pour reprendre sa place, pas pour cesser de provoquer, pas pour cesser le jeu... mais au contraire pour mieux continuer.

    - Non je n'ai pas peur, puisque de toute façon, si elle veut me bouffer elle le fait alors... Mais je sais comment la tenter et généralement elle essaye de ne pas craquer.... Et ça l'énerve beaucoup...

    *Je plaindrais presque sa maitresse. Ainsi, il agi de cette manière parce qu'il pense n'avoir rien à perdre ? Tu es trop naïf mon mignon. Tu peut perdre la vie. Tu peux te faire arracher un bras ou perdre l'usage de tes jambes, tu peux te faire coincer et emprisonner, voir torturer par pur sadisme si tu tombe sur un taré de démon. Franchement, ton culot est certes impressionnant, mais c'est insuffisant pour garantir ta survie...*

    Phidia garda sa pensée pour elle. Une rafale de vent balaya la ruelle, faisant claquer son manteau, onduler les pans de la chemise et de la jupe rouge de l'Ange.
    Elle retint un juron (ça n'aurait pas cadré avec l'expression angélique qu'elle arborait en ce moment), et se tourna vers l'humain :

    - Cela te poserait-il un problème si nous continuons cette conversation ailleurs ?

    Même si ça lui posait un problème, elle s'en moquait, elle allait quand même se réfugier dans une boutique bien chauffée ou à la rigueur dans un café. Elle ne posait cette question que pour savoir s'il abandonnait où s'il la suivrait.

    Le regard de Phidia parcourut les environs à la recherche d'un bar, d'un magasin, ou d'un café. Tiens, il y en avait justement un de l'autre côté de la rue. Parfait. Elle jeta un bref regard à la devanture et le jugea convenable.

    Après un dernier regard à l'esclave et un sourire d'ange tout à fait désorientant, elle rejeta sa longue chevelure en arrière et se dirigea d'un pas vif vers son objectif.

    (Plutôt court, mais j'ai peu de temps et je suis crevée...)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ewilanrpg.forumactif.com/
¤Mains d'Argents¤
avatar

¤Mains d'Argents¤


Messages : 211
Date d'inscription : 29/01/2011
Age : 24
Localisation : Euh... bonne question.

Passeport de YNS
Race: Humain
Pouvoir: Aucun
Maître/Esclave de: Orihara

MessageSujet: Re: Belle soirée n'est-ce pas ? [Gabriel]   Sam 12 Mar - 0:06


Avait-elle perdus l'envie de joué? Était-elle si surprise qu'un simple esclave, de plus de la race la plus faible de l'île: Humain, n'est pas peur de dire ce qu'il pense, de provoquer les personnes, telle que cette femme, qui pourraient l'abattre sans aucun effort ? Pourtant Gabriel était facile a comprendre pour les personnes qui auraient aux moins 10 Q.I, bien que peu de gens sur cette île dépasse ce chiffre, Phidia devrait lire en lui comme dans un livre ouvert. L'humain ne ce souciait absolument pas de son avenir, qu'il meurt maintenant, demain, la semaine prochaine ou dans 50 ans, il s'en foutait royalement. Il avait vécu, il avait tué ce qu'il désirait voir mourir, même si il aimerait bien tué encore un peu, ici ce sera très dur... Le jeune humain eu ses cheveux emporter par un vent assez froid, produisant un frisson sur son corps, partant de sa nuque avant de se prolongé le long du dos... C'était agréable et rafraîchissant...

- Cela te poserait-il un problème si nous continuons cette conversation ailleurs ?


Gabriel esquissa un sourire en coin. Pourquoi ? Pour deux raison très simple, la première la jeune femme devait être frileuse car sa réaction pour le changement d'endroit se fit a la suite du coup de vent glacé, un détaille sans importance ? Non car cela pouvait être une faiblesse que Gabriel pourrait utilisé contre elle: le froid. La secondes est tout simplement qu'elle lui a demandé son avis pour changer d'endroit: cela peut déboucher sur deux hypothèse, la première elle trouve l'humain intéressant et veux savoir plus de chose sur lui, la deuxième est qu'elle n'a pas fait exprès cela pouvait être assez gênant pour l'humain mais cela prouverait aussi l'idiotie de l'ancienne ange...

Bah On verra bien après tout. Gabriel sortis de ses pensées et posa son regard rouge foncé sur le visage de la femme qui venait de changer. Un sourire que l'on pourrait qualifier d'angélique pris place et annonça les mensonges. C'était le même sourire qu'elle avait aborder lorsqu'elle avait parlé à l'esclave, trompe moi une fois honte sur moi, trompe moi deux fois, honte sur toi...

Ce genre de ruse ne marchait plus avec l'esclave, mais il pus voir qu'elle semblait partir vers un café situé a l'opposé de leur position, de l'autre coté de la rue. Gabriel eu un sourire en coin et pris une impulsion pour se détacher du mur contre lequel il était adossé. Il s'approcha de l'ange avant d'approcher ses lèvres des oreilles de la jeune femme, la chevelure flamme de cette dernière était assez troublante mais les yeux rouge de Gabriel ne furent désorienter que quelques secondes.Sa main alla se poser sur l'épaule droite de l'ange avant de chuchoté a son oreille gauche :

" Tu devrais le savoir mieux que moi... Contre le froid il faut de la chaleur... mais de quel type ?"


Le jeune homme espérait avoir bien compris l'ange, elle semblait mettre en évidence la bonté naturel des anges, seulement ayant fais tombé le masque plus d'une fois, ceci prouvait bien que c'était une mascarade, elle voulait ce faire passer pour ce qu'elle n'était pas... Donc si on prenait l'opposé du comportement qu'elle montre... on obtient un comportement digne d'un démon ou d'une succube...

Donc si il ne c'était pas trompé, sa phrase devrait la faire régir... On verra bien, mais toujours assuré ses arrières... Gabriel soupira avant de rapprocher ses lèvres des oreilles, faisant passer le son aux travers des cheveux de Phidia:

" Une ange déchue son considérer comme des paria ici... Tu as du travailler dur pour ne pas être esclave... Mais le sera tu toujours ? Les faiblesse... les peur...les envies... cela peut mener a la perte de ce qu'on a de plus chère..."


Le jeune humain était un meurtrier célèbre dans son monde, pour ses crimes sanglant certes mais aussi pour ses torture psychologique infliger au survivant, attaquant parfois même les gens qu'ils aimaient le plus. Bien sure les "talent" de Gabriel ne sont gère utilise sur cette Ile mais bon...

Le jeune humain se décolla de l'ange et la suivit vers le café... La suite allait être intéressante, Gabriel se lécha la lèvres supérieur d'avance... Cela allait être une bonne soirée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Belle soirée n'est-ce pas ? [Gabriel]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Belle soirée n'est-ce pas ? [Gabriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuutou No Shima :: Rues animées-
Partenaires
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit