AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A la faveur de la nuit ... [Eikyuu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Reckless & Wild
avatar

Reckless & Wild


Messages : 135
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 28
Localisation : Je ne sais pas ...

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Aucun
Maître/Esclave de: Personne pour le moment.

MessageSujet: A la faveur de la nuit ... [Eikyuu]   Dim 3 Oct - 17:57

Paisible nuit, aucun son, aucune plainte, aucun cri … Les souvenirs des dernières années de captivité de la jeune esclave hantaient encore son esprit torturé. Se calme ambiant était étrange pour Denna, elle qui avait été habituée à dormir en supportant les cris, les plaintes et toutes sortes d’autres ignominies, la chaleur douillette du lit d’Arios dans sa grande maison avait quelque chose de déroutant. Et dans la confortablement chaleur de la nuit, la jeune esclave ne trouvait pas le sommeil, se tournant, et retournant dans son sommeil. Il était déjà tard, et pourtant, ses yeux fixaient le plafond. Ses pieds s’égarèrent hors du lit, se posant sur le parquet frais, et telle un papillon de nuit, elle fut attirée par la lumière d’un réverbère en face de sa fenêtre.

Elle se leva, se dirigea vers la fenêtre. Cela faisait si longtemps qu’elle était enfermée dans une cage qu’elle ne rêvait plus que de liberté, et bien que l’ange soit un hôte parfait, elle avait l’impression d’être dans une prison dorée. Sa main s’égara sur le carreau, et dans un élan de courage et de détermination, elle tourna les talons et se dirigea vers la penderie au fond de la chambre. Elle ouvrit la porte discrètement, et attrapa l’un des manteaux de son maître. Un long manteau noir qui devait arriver aux genoux de l’ange. Ses maigres bras parvinrent à s’enfoncer dans les manches, et le bas du manteau retomba au niveau de ses chevilles.

Elle regarda ses pieds nus, puis se dit finalement que ce n’était pas important, que pour une « petite » promenade de santé, des chaussures n’étaient pas nécessaires.

Denna ouvrit la porte, descendit avec souplesse telle un chat, les marches grinçant à peine sous son poids. Elle passa devant la porte du salon où dormait paisiblement l’ange. Elle aurait bien aimée le réveiller, mais le déranger à cette heure tardive semblait incongru. La jeune esclave passa son chemin, regrettant de n’avoir personne pour la protéger au cas ou … Mais l’appel de l’air frais et vivifiant de la nuit était trop fort pour qu’elle retourne se coucher. Ses pas la conduisirent au seuil de la porte. Elle l’ouvrit doucement, et se glissa en dehors de la maison, la refermant soin.

Enfin ! Enfin libre d’elle-même ! Du moindre de ses faits et gestes ! Elle pouvait courir, marcher, crier … Rien ne pouvait l’en empêcher. Marchant au hasard des rues, elle marcha, restant tout de même à proximité de la maison, sans pour autant faire attention au chemin qu’elle prenait.

Elle marcha, encore et encore … S’égarant sans le savoir un peu plus à chaque pas. Finalement, ses pas débouchèrent sur une grande rue pleine de monde malgré l’heure tardive. La foule ambiante était bruyante, et la jeune femme se figea un instant, décidant soudainement qu’il était grand temps de faire demi tour. Elle tourna les talons et constata avec horreur que deux personnes se dirigeaient vers elle. Prise de panique, elle préféra ne pas se diriger dans la ruelle étroite et obscure où se trouvaient les deux personnes, et tourna les talons, se dirigeant vers la foule.

Il y avait de tout dans cette rue bondée. Des démons, hommes et femmes, des esclaves aussi, qui lui ressemblaient tait pour trait, ou encore d’autres créatures qu’elle ne pouvait identifier. Elle se sentait perdue, chaque contacts contre sa peau ou sa veste la faisaient frémir. Finalement, elle s’engouffra dans une petite ruelle sombre, ne réfléchissant plus. Elle marcha ainsi, se retrouvant dans une ruelle sans éclairage, mais par chance, déserte. La peur la faisait trébucher, elle manqua par deux fois de tomber, et finalement, n’en pouvant plus, elle s’écroula, reprenant difficilement sa respiration. Elle se redressa, se mettant à quatre pattes, mais se figea soudain quand un bruit de pas se fit entendre derrière elle, manquant de la faire tressaillir … Qui cela pouvait-il bien être ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☼♪Flamboyante & Sanglante♫☼
avatar

☼♪Flamboyante & Sanglante♫☼


Messages : 391
Date d'inscription : 31/05/2010
Age : 27
Localisation : ♠ Rôde partout & ailleurs

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Celui de manier le scalpel et les épées ♥
Maître/Esclave de: De moi même/De mon autre moi...

MessageSujet: Re: A la faveur de la nuit ... [Eikyuu]   Mar 5 Oct - 12:29

Nuit douce nuit, vent de fraicheur qui fait frissonner les gens, une lune qui s’amusait à jouer à cache avec des nuages sombres, c’était ça la nuit la lune, les étoiles, le vent ou du moins la fraicheur de la nuit, et puis les rues soit vides soit il y avait des gens, et oui sur l’île que se soit la journée ou la nuit c’était toujours très animé, toujours quelque chose d’intéressant. Comme d’habitude quand la plupart des gens dormaient, une jeune felle partait en vadrouille, ses longs cheveux rouge oranger flottaient derrière elle suivant le rythme de ses pas, ses yeux de la même couleur que ses cheveux ce qui pouvait être étrange fixaient tout, surveillant les recoins. Elle était au aguets, il vaut mieux être prudent, mais bon cette nuit là n’était pas comme toute les autres, certes Eikyuu était en vadrouille mais là elle n’était pas dans son état normal, en effet là elle avait laissée place à une autre elle, totalement différente, elle réclamait de faire couler du sang, d’entendre ses victimes crier… Et oui elle était comme ça l’autre demoiselle, c’est pour ça qu’elle se baladait en ce moment avec une épée dans la main, et elle avait même quelques scalpels cachait sous sa robe, une robe courte d’ailleurs qui lui arrivait au dessus des genoux, un robe qui donnait une magnifique vue sur sa poitrine qui ne portait pas de soutient gorge. Elle appelait ça le piège à con, comment avoir des victimes facilement, c’est sûr qu’elle savait très bien que les personnes qui se baladaient en ville à cette heure si n’était pas fréquentable et même dangereux mais bon, l’envie de jouer était plus forte que tout, depuis le temps qu’elle attendait ça. La demoiselle marchait dans les rues un sourire plus qu’étrange étiraient ses lèvres, elle marchait d’un pas lent et sûr d’elle, elle ne longeait pas les murs non elle se baladait au milieu de la route, elle chantonnait une musiquait qu’elle aimait bien dans les rues vides, elle commençait à s’ennuyait ferme, pourquoi il n’y avait personne… C’est juste qu’elle n’était pas au bonne endroit, elle continuait d’avancer dans le calme de la nuit, quand un peu plus loin des rires raisonnèrent en écho, la rouquine s’arrêta pencha légèrement la tête sur le côté un sourire cruel aux lèvres, un couple s’avançait dans sa direction, ils semblaient être pas très net ils avaient du boire un peu trop. Eikyuu les attendait au milieu de leur route, cachant son épée derrière elle avec ses mains, le couple s’arrêta devant elle, les deux dévisageaient la jeune femme qui souriait, personne ne bougeait, l’homme fronça les sourcils et fit un pas en avant ouvrant la bouche pour prendre la parole.

_ Eh dégage de là tu ne vois pas que tu bloque le chemin casse toi !!

Eikyuu ne bougea pas regardant l’homme, le défiant même du regard, elle se disait dans sa tête approche encore un peu, parce qu’elle savait bien qu’il allait venir jouer les gros bras pour montrer qui était le patron ici, et faire son beau devant sa copine, comme prévu l’homme s’approcha encore d’elle il prit le mentons de la rouquine et tira sa tête avec brutalité.

_ Dis donc poulette t’es sourde ! Si tu ne veux pas bouger peut être que si… Le reste de sa phrase mourut dans sa gorge…

Eikyuu venait de planter son épée en plein cœur de l’homme, la lame ressortait dans son dos, alors que sa copine cria de terreur, un cri aigu à vous briser les tympans, l’homme cracha du sang qui tomba sur l’épaule de la rouquine, elle soupira l’homme poussa un dernier râle avant de mourir, sa tueuse repoussa le corps en retirant son épée. Le corps tomba en douceur sur le sol, le sang se rependant sur le bitume, l’homme avait les yeux grand ouverts, mais il était mort, sa copine tremblait comme une feuille, elle criait, puis elle sembla se reprendre, elle sortie un petit couteau regardant avec haine la jeune femme rousse en face d’elle, elle se jeta sur elle dans un cri d’animal sauvage. Eikyuu se recula un peu leva son épée et l’enfonça en pleins dans la bouche grande ouverte de son adversaire, la pointe de l’épée ressortie par l’arrière de la tête, les bras de la femme retombèrent contre son corps, le couteau tomba au sol, la rouquine jeta un coup d’œil dans une rue adjacente car il semblait y avoir de l’agitation. La demoiselle fit sortir de la rue deux hommes qui restèrent choqués devant la scène, par contre ils sortirent des armes, la jeune femme ressortie son épée avec violence sur le côté, tranchant une bonne partie du visage et de la tête de sa victime du sang gicla encore et le cadavre tomba sur le sol. La rouquine roula sur le sol évitant les balles qui fusaient elle courut se mettre à l’abri, poursuivit par les deux hommes, elle grimpa sur une pile de caisse se cachant dans la pénombre, elle observa les deux hommes entrer dans la rue, ils faisaient attention en marchant un des hommes s’arrêta laissant son ami continuer. Eikyuu sauta de son perchoir se retrouvant derrière l’homme le plus proche, celui-ci se retourna pointant son arme mais il vit ses deux mains tranchées net par un magnifique coup d’épée, il poussa un hurlement qui alerta tout de suite l’autre homme, celui-ci arriva rapidement, la rouquine en avait profitée pour couper la tête de l’autre, la tête roula jusqu’au pied de son compagnon… Celui devint blême en voyant ça, il porta la main à sa bouche alors qu’il eut un haut le cœur, il vomi juste après sur le bitume, Eikyuu s’approcha de lui lentement, l’homme tremblait puis d’un coup se redressa en criant et il tira vers elle, il ne faisait même plus attention à comment il tirait. Une balle érafla la joue de la rousse, une autre lui effleura la côte droite, une autre atterrit dans un mur, une autre balle toucha de plein fouet la jeune femme à l’épaule, elle ne broncha pas, elle leva son épée et l’abattit sur la tête de l’homme, et hop encore un cadavre qui tombe. La demoiselle regarda son épaule en soupirant, elle s’installa sur une caisse pour s’occuper de ressortir la balle, qu’elle arriva à sortir non sans mal, elle arracha le haut du dernier homme qu’elle avait tuée pour se faire un pansement provisoire pour sa blessure, après ça elle continua dans la rue pour reprendre sa balade. Heureusement pour Eikyuu que ces démons n’avaient pas utilisés leurs capacité sinon elle aurait eut plus de mal, faut dire qu’ils avaient été choqués de voir ça sur le coup donc vu qu’ils avaient des armes ils les avaient utilisées avant, sauf que bon ça leur a couté la vie mais bon quelques démons en moins ne fait pas de mal. La demoiselle continua sa balade, elle arriva dans une ruelle sombre, il n’y avait pas beaucoup de lumière, elle avançait prudemment puis elle remarqua une ombre bouger un peu plus loin, elle s’approcha encore un peu et vit une femme à quatre pattes, et oui les yeux de la rousse étaient habitués à vivre dans le noir. Eikyuu s’approcha de la jeune fille, ce n’était pas une démone à moins qu’elle soit complètement bourrée mais bon, la rousse arriva derrière la seule présente dans la rue, elle passa devant elle et s’accroupie pour être un peu plus à sa hauteur, dans le noir il était difficile de distinguer que la rousse avait du sang sur elle.

_ Hum tu t’es perdue ? Tu as besoin d’aide peut être ? Il ne fait pas bon de se balader ainsi dans la rue tu dois le savoir quand même, à moins que tu sois trop bête pour ça…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reckless & Wild
avatar

Reckless & Wild


Messages : 135
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 28
Localisation : Je ne sais pas ...

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Aucun
Maître/Esclave de: Personne pour le moment.

MessageSujet: Re: A la faveur de la nuit ... [Eikyuu]   Mar 5 Oct - 13:34

Sa faisait maintenant quelques minutes qu’elle ne bougeait plus au milieu de cette ruelle étroite et sombre … Le temps semblait s’être arrêté, et seul le bruit de la grand rue se faisait entendre. Puis il entendit une autre sorte d’animation, un coup de feu, puis deux, puis trois … Puis plus rien. Le son lui avait glacé le sang, elle était littéralement tétanisée. Denna tenta de se relever, mais en vain, ses main maigre bras tremblant ne pouvait pas supporter son poids. Elle se sentait si impuissante, ne pouvant même pas se relever et retourner chez elle, condamnée à attendre que quelqu’un la trouve.

Une quelques minutes s’écoulèrent, mais toujours rien. Soudain, des bruits de pas se firent entendre, un son régulier qui s’approchait d’elle à grands pas, sans une once d’hésitation. Elle baissa la tête, se demandant se qui allait bien pouvoir lui arriver. Elle releva difficilement la tête, son regard capta immédiatement une couleur qui perçait au milieu de cette sombre nuit. Du rouge, une magnifique chevelure rouge orangé qui flottait au vent derrière la silhouette. Se fut la seule chose qu’elle eut le temps de discerner. Tout se passa très vite. Après avoir vu cette chevelure sans parvenir à identifier la personne, elle ne vit plus que son buste, et ses jambes, jaugeant ce corps qui se rapprochait inexorablement d’elle.

La peur céda place à la panique, son souffle s’accéléra, son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine. Puis finalement, elle entrevit les traits du visage de la jeune femme qui venait de se mettre à sa hauteur, un visage bien dessiner encadré de rouge … Elle remarqua également deux points flamboyant qui la fixaient avec insistance … Ses yeux ? Des yeux rouges ? Etait-ce une démone ? Ce n’était pas une couleur habituelle ! Finalement, l’inconnue prit la parole. Aucune violence n’émanait de sa voie, ni aucune menace, une bête curiosité, des questions assez simple … Elle semblait juste s’intéresser à la jeune esclave qui tremblait de la tête aux pieds.

« Je … Je suis désolé … Je vais rentrer c-chez moi … »

Sa voie était hésitante, elle se demanda même un instant si la jeune femme l’avait compris … Comme pour se justifier, elle tenta une nouvelle fois de se relever. On dit bien souvent que la peur donne des ailes … A cet instant précis elle aurait aimé en avoir, et s’éloigner vers les nuages loin de cette agitation pour retourner dans son lit. Dans un effort presque surhumain, elle parvint à se mettre sur les genoux, sa main attrapa le haut de sa longue veste qu’elle portait.

« Je vous en prie … Je veux juste rentrer chez moi … Ne me faite pas de mal ... »


Quelle désagréable sensation que l’impuissance et la soumission, mais depuis qu’elle était arrivée sur l’île, c’est tout se qu’on lui avait inculqué comme valeur. La soumission. Denna ne connaissait pas les intentions de la jeune femme rousse, mais imaginait déjà le pire. Une main toujours collé contre la veste proche de son cœur qui battait la chamade, et l’autre contre le sol froid et humide de cette ruelle. La servante contempla quelques instants ce visage à quelques centimètres du sien. Des points opaques parsemés sur le visage de son interlocutrice interloquèrent quelques instants la jeune esclave. Elle remarqua également que chacun de ses points reflétaient légèrement la lumière ambiante relativement diffuse. Un rayon de lune perça au travers des nuages, éclairant sensiblement la ruelle.

Le sang de la jeune esclave ne fit qu’un tour, elle hoqueta de surprise, n’arrivant pas à desserrer les lèvres pour émettre le moindre son.

*Du … Du sang ?..*

Elle n’osa pas crier … A vrai dire, elle ne pouvait pas. Elle se contenta de regarder la rouquine face à elle avec incompréhension, et appréhension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☼♪Flamboyante & Sanglante♫☼
avatar

☼♪Flamboyante & Sanglante♫☼


Messages : 391
Date d'inscription : 31/05/2010
Age : 27
Localisation : ♠ Rôde partout & ailleurs

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Celui de manier le scalpel et les épées ♥
Maître/Esclave de: De moi même/De mon autre moi...

MessageSujet: Re: A la faveur de la nuit ... [Eikyuu]   Jeu 7 Oct - 11:36

Eikyuu était étrangement calme même après son carnage qu’elle venait de faire, c’est pour ça que quand elle venait de s’approcher de la jeune fille pour ensuite lui parlait, son ton était vraiment trop calme, pas de violence ni menace, c’était un voix sans émotion, vu que la rousse avait remarquée que c’était une simple humaine à quoi ça servirait de s’en prendre à elle. Mais bon avec cette demoiselle il faut toujours s’attendre au pire, elle pouvait attaquer n’importe qui, humain ou non, quand elle voulait tuer tout ceux qui se trouvait sur son chemin mourrait d’une manière ou d’une autre, là elle c’était arrêtée pour une simple raison… Voir une humaine par terre comme ça qui tremblait et semblait être terrifié, c’était pour la jeune femme très amusant, un jouet entre les mains d’une psychopathe c’est sûr qu’elle n’allait pas lui laisser le temps de partir elle allait s’amuser un peu avec elle. Juste pour voir ce que cela faisait de pouvoir s’amuser avec une humaine dans cet état, la pauvre elle n’avait surement pas demandée ça, peut être avait elle juste voulu se balader mais le petit chaperon rouge était tombée sur le grand méchant loup, on peut espérer pour elle que quelqu’un vienne la secourir. Mais bon il ne faut pas trop rêver non plus, de toute façon cette rue peut de personne l’emprunter la nuit, c’était un coin trop louche pour s’y attarder trop longtemps, donc Eikyuu était sûr de ce qu’elle allait pouvoir faire et tranquillement en plus, sans se soucier du reste. La rouquine regardait la pauvre jeune fille, elle fait pitié à voir, c’est sûr que c’était une esclave en vadrouille, la demoiselle rousse espérait mais pas trop que le maitre de cette jeune fille ne soit pas trop méchant avec elle quand même, et oui mais dans ces moments là la rouquine pouvait avoir du cœur. Enfin c’était juste un peu de compassion, parce que sachant ce qui se passait ici, elle ne pouvait pas se permettre de trop en vouloir au esclave comme celle-ci, sauf que si en faite, dans le fond elle enrageait intérieurement, un tel comportement venant d’une esclave humaine lui faisait honte… Il ne faut pas chercher à comprendre pourquoi, c’était impossible de comprendre Eikyuu quand elle n’était pas dans son état normal, elle divaguait et rigolait pour un rien, elle passait pour une folle aux yeux des gens qui rencontraient la jeune femme, mais qu’Est-ce qu’elle en avait à faire elle. Vu que de toute façon après elle faisait couler le sang, et bon après elle se sentait soulagée, mais il y avait toujours cette soif de sang qui revenait à la charge, voir encore du sang s’écouler des corps mort, entendre des cris de douleurs, c’était vraiment excitant. Sur cette île il y avait tellement de gens à tuer qu’elle ne savait plus ou donner de la tête, elle tuait au hasard et le tour est joué, sauf que bon à force elle s’ennuie de ne pas recevoir de résistance de la part de démon, peut être simplement elle n’était pas encore tombée sur les bons, ceux qui savent se battre et massacrer les gens comme elle. La rouquine rigola en entendant la jeune fille qui c’était un peu redressée, elle voulait juste rentrer chez elle, que c’était marrant ça, la tueuse n’avait pas l’intention de laissée partir sa compagne de rue, pas pour l’instant en tout cas. Eikyuu regardait la jeune fille dans les yeux, ses yeux rouges brillaient de folie, elle affichait un rictus mauvais, elle pencha légèrement la tête sur le côté, si faible comme un petit chiot sans défense, voilà ce que pensait la rousse de la jeune fille par terre, un animal seul qui avait perdu sa mère.

_ Ooooh tu veux rentrer chez toi ?! Et bien je pense que tu aurais du y penser avant de sortir, regarde toi, tu vais tellement honte et pitié à voir, comment ne pas te faire du mal dans ces conditions franchement… Tu rentreras chez toi quand je le voudrais, à moins que tu arrive à te lever et à courir à en perdre haleine !!

Elle éclata de rire, oui elle se foutait de la gueule de la jeune fille, , c’était pitoyable comme scène, non voir plus invraisemblable dans le fond, une humaine qui ferait du mal à une autre humaine, mais bon sur cette île tout peut arriver il faut dire, donc ça aussi ça peut être normal, Eikyuu avait envie de faire souffrir sa compagne. Mais avant elle voulait faire un petit jeu, un rayon de lune vint alors éclairer la ruelle, c’était déjà un peu plus éclairée comme ça, enfin ça allait meut être arranger les affaires de l’esclave après tout ne dépendra plus que d’elle, là elle se montrait certes faible mais qui sait ce qui peut se passer, les apparences peuvent être trompeuse parfois. Eikyuu se redressa un peu son arme toujours en main, elle soupira grandement, le petit jeu de survie allait commencer pour l’esclave elle aurait une chance seulement, et pas une de plus si elle russisait peut être pourrait elle rentrer chez elle tranquillement. La rouquine jeta son arme vers l’esclave, un bruit métallique sourd raisonna dans la ruelle presque vide, la lame ensanglanté luisait à la clarté de la lune, qu’Est-ce qu’elle faisait là Eikyuu, et bien la réponse arriva rapidement quand elle ouvrit la bouche afin de prendre la parole.

_ Si tu tiens tant que ça à vouloir rentrer chez toi, regarde l’arme à côté de toi, elle est déjà souillée par le sang, utilise là contre moi si tu ne veux pas que ton sang se retrouve dessus par la suite ! Montre moi que tu as des tripes !!

Eikyuu avait approchée son visage de celui de l’esclave, caressant sa joue au passage, ce qui appliqua du sang qu’elle avait sur les mains, la rouquine savait bien qu’elle jouait avec le feu mais dans le fond elle savait vraiment ce qu’elle faisait, elle ne se laisserait pas bêtement planter par sa propre arme, là c’était juste un petit test pour l’esclave… La rouquine se recula un peu, se redressant complètement, regardant de haut la jeune fille qui était à genoux par terre, elle attendait une réaction de celle-ci, n’importe laquelle, elle avait déjà tout prévu le meilleur comme le pire, tout ne dépendait plus que de l’esclave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reckless & Wild
avatar

Reckless & Wild


Messages : 135
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 28
Localisation : Je ne sais pas ...

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Aucun
Maître/Esclave de: Personne pour le moment.

MessageSujet: Re: A la faveur de la nuit ... [Eikyuu]   Mar 12 Oct - 0:32

Basculer du paradis à l’enfer peut venir d’une seule cause … Une maladie, un accident … Ou encore d’une rencontre à la faveur de la nuit. Dans le cas présent, c’était la troisième option qui venait d’arriver à la jeune esclave, une déplorable rencontre qui laissait sa vie en suspens. Au bord des larmes, elle regarda le pommeau où miroitait le peux de lumière qui se reflétait dans l’arme posé à même dans la rue. C’est arme lourde de sens, l’arme du juge couverte de sang qui ne sert qu’à abattre châtiment ou crime sur la personne qui se trouve dans la trajectoire de la lame.

Denna fixa longuement cette arme, n’osant pas bouger, puis ses yeux se perdirent dans les méandres obscurs de la ruelle qui abritait la rebelle au cheveux rouge. Jamais elle n’aurait cru qu’elle aurait dû faire un telle choix alors qu’elle ne c’était qu’une petite balade nocturne … Elle regrettait tant l’absence de l’ange à ses côtés qui aurait su la protéger. Seulement, dans l’immédiat, elle était livrée à elle même, devant faire un choix qui oscillait entre la folie, l’absurde, l’appréhension et surtout la peur. Oui, elle avait peur, peur de ne plus voir le soleil se lever, peur de n’avoir connu qu’une vie d’esclave … Tant de peurs qui la faisaient frémir des pieds à la tête.

Sa main alla instinctivement se loger sur le pommeau étincelant, un mouvement réflexe, dont-elle ne se serait pas cru capable. L’épée lui semblait lourde, ses bras la traînaient fébrilement vers elle. La rouquine aurait très bien pu s’approcher et lui retirer des mains, mais elle n’en fit rien, se contentant de regarder la scène. Etait-il possible d’éprouver le moindre plaisir à regarder cette jeune esclave angoisser se tortiller pour survivre ? Sûrement puisqu’elle ne bougeait pas … Une autre idée lui traversa l’esprit … Si cette guerrière venait de jeter ainsi son arme à la première inconnue venu, n’était-il pas évidant qu’elle avait déjà prévu de se défendre en cas d’attaque ? Et puis, la jeune esclave aurait-elle eut le cran de transpercer ce corps qui se trouvait en face d’elle ? En aurait-elle eut la force ? Elle cramponna ses mains à la poignées, et tenta de soulever l’épée, chose peut aisée dans sa position actuelle … Seul la garde déniais se lever légèrement, et encore …

Mais elle continua, cherchant une prise quelconque, n’importe quel moyen de se relever … Finalement, alors que ses maigres bras fatiguaient, la pointe de la lame se coinça légèrement entre deux pavés. En usant de l’effet levier, et se servant de l’épée comme d’une aide, elle se releva doucement, dépliant ses jambes avec soin. Une fois debout, elle lâcha la lourde épée qui tomba dans un grand fracas contre les pavés.

« Je … Ne peux pas … »

Sa voie était saccadée, elle semblait épuisée, mais surtout, elle avait peur … Elle tenta de reculer de quelques pas, et buta contre une caisse qui se trouvait dans l’étroite ruelle, la faisant s’asseoir dessus, maladroitement, lui arrachant un petit cri de surprise. Son regard fixa la silhouette dans l’ombre qui commençait à bouger … Que faisait-elle ? Qu’allait-elle lui faire ? Les mots se brisèrent dans sa gorge. Elle aurait aimé crier, appeler à l’aide, avoir la force de fuir … Mais rien. Le néant.

Elle rechercha à descendre de l’autre côté de la caisse, mais le bois pourrit se déroba sous sa main, se brisant sans un son. Denna perdit l’équilibre, ses fesses basculèrent, son dos également, et finalement, se fut son corps en entier qui tomba dans la caisse qui craqua sous le maigre poids de la jeune femme. Une chose mole amortit sa courte chute, et seul ses pieds dépassaient de la caisse. L’épais manteau de cuir qu’elle avait emprunté à Arios dévoila ses jambes, laissant entrevoir sa casi-nudité sous ces vêtements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☼♪Flamboyante & Sanglante♫☼
avatar

☼♪Flamboyante & Sanglante♫☼


Messages : 391
Date d'inscription : 31/05/2010
Age : 27
Localisation : ♠ Rôde partout & ailleurs

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Celui de manier le scalpel et les épées ♥
Maître/Esclave de: De moi même/De mon autre moi...

MessageSujet: Re: A la faveur de la nuit ... [Eikyuu]   Jeu 14 Oct - 15:42

Eikyuu était excitée comme pas possible, son jeu était installé, il ne manquait plus que le jouet qui passe à l’action, elle attendait que ça voir ce que cette pauvre jeune femme allait faire, aurait-elle le courage de prendre l’arme et vouloir blessé ou même tuer la rouquine, un jeu de la mort, à trop jouer avec le feu ont fini par si brûler… Mais bon là la demoiselle avait une grande confiance en elle, comme ci déjà elle savait qu’il n’allait pas se passer grand-chose en fait, elle regardait l’esclave qui était par terre, son regard était emplit de dégout et de haine, une petite larve voilà ce qu’était la jeune femme par tête, une larve qui ne demande à être écrasée. C’est ce que voulait faire la tueuse, détruire cette petite pourriture qui se trainait par terre, une humaine, une vulgaire humaine un déchet, qu’elle meurt ça ne serait pas une grande perte pour l’île, voilà ce que pensait la jeune femme rousse, c’est sûr que ça pouvait paraitre violent et c’était le cas, ses pensées, ses paroles et même ses actes étaient d’une violence extrême ou non dans le fond. Bref les minutes passaient en douceur et rien de bien intéressant se passait, à croire qu’elle n’allait pas pouvoir s’amuser avec cette jeune femme, elle voulait peut être que mourir dans le fond enfin elle était juste bien terrifiée d’avoir une tueuse en face d’elle. Mais bon l’esclave commença à bouger enfin il était temps, un rictus étira les lèvres de la rouquine, l’esclave enroula ses doigts autour du manche de l’épée mais rien d’autre, Eikyuu arqua un sourcil était-elle trop bête pour pouvoir se servir d’une arme comme celle-ci, en fait l’esclave utilisa l’épée pour se relever… Bon au moins un bonne chose elle pouvait quand même bouger, la rouquine ferma les yeux en entendant l’épée retomber sur le sol, un bruit sec et métallique, et puis il y eut les paroles de l’esclave, c’était la goutte d’eau qui fait déborder le vase, ça en était trop pour la rouquine, elle avait assez perdu de temps avec elle. Elle bouillonnait intérieurement, le jeu était fini le cas était désespéré, a quoi bon vouloir être gentille alors qu’en retour on ne reçoit rien tant pis, pour Eikyuu tout ça n’était qu’un jeu hélas là le jouet était déjà cassé, l’achèvement était la meilleur des solutions, quand un jouet de fonctionne plus il va à la poubelle là c’était à peu près pareil. Eikyuu regardait la jeune fille en face d’elle celle-ci voulu reculer mais hélas elle se prit les pieds dans une caisse, elle se retrouva assit dessus, la rouquine ne faisait rien elle attendait juste, il lui restait assez de patience semblerait-il pour voir si il restait assez de force à la prochaine futur victime de se rebeller et de prendre la fuite dans le meilleurs cas. La demoiselle debout resta de marbre en voyant la scène, la caisse qui s’effondre et qui emmène dans sa chute l’esclave, celle-ci se retrouva dans une position grotesque, pitoyable même, il n’y avait que les pieds qui dépassaient de la caisse brisée… Eikyuu éclata enfin de rire, un rire froid et cruel, une lueur de démence folle traversa son regard, elle passa une main sur son visage du sang se rajoutant à la suite de ça, mais bon ce n’était pas grave, elle passa une main dans ses cheveux rigolant toujours, elle bascula la tête en arrière le regard perdu dans le ciel sombre, le calme retombait ensuite dans la ruelle. La demoiselle fit ensuite un pas en avant puis un deuxième elle se pencha et ramassa son épée, elle continuait de marcher laissant la pointe de l’épée trainer par terre, faisant un bruit de ferraille sur le pavé, elle c’était remis à chantonner une musique, une musique douce mais étrange…

_ Assez joué avec toi… Tu ne sembles pas vouloir rester en vie soit, tu ne rentreras pas chez toi ce soir, tu me fais vraiment pitié… Tu ne sais rien faire à part trembler de peur, regarde toi franchement… Tu ne ressembles à rien, une poupée désarticulé…

Eikyuu se rapprochait doucement de là ou se trouvait la jeune fille, elle venait de parler sur un ton dur, froid et cruel, elle était énervé mais si elle pouvait paraitre calme ce n’était pas le cas, elle ne voulait qu’une chose rependre la souffrance et faire couler le sang, elle était plus qu’excitée elle tombait presque dans la démence total… Elle arriva enfin devant la caisse, elle passa les doigts de sa main libre sur un des pieds de la jeune femme, puis enroula ses doigts autour de sa cheville et tira avec violence dessus, sortant ainsi avec brutalité le corps entier de sa victime, elle était légère, elle lâcha ensuite la cheville pour lui prendre les cheveux d’une main et de la claquer contre le mur le plus proche. Elle soupira, elle cherchait la meilleure des solution pour la faire souffrir un maximum, elle allait la faire crier et pleurer jusqu’à ce que mort s’en suive, c’était ça qu’elle voyait, pour l’instant elle observait juste la jeune fille, à part le manteau elle ne portait pas grand-chose sur elle.

_ Et bien tu n’as pas peur de te balader comme ça… C’est un beau manteau que tu as là dommage qui va finir Sali par ton sang…

Elle rigola de nouveau, elle leva en douceur son épée et trancha net le peu de vêtement qu’elle portait, dévoilant ainsi sa poitrine et le reste de son corps de devant, le manteau de cuir ne cachait que son dos, Eikyuu la tenait par la gorge, serrant un peu dessus mais lui laissant de quoi pouvoir respirer facilement, elle passa la pointe de son arme de sous sa gorge jusqu’en bas de son ventre sans pour autant la blesser…

_ Dis-moi d’après toi qu’est-ce que ça fait de mourir hein ? Qu’y a-t-il après la mort ? Rien bien sûr… As-tu peur de mourir maintenant ? Préfère tu une mort rapide ou lente tout en souffrance ?

Elle parlait d’une vois mielleuse, elle s’amusait un peu quand même, la rouquine descendit son épée sur la cuisse droite de sa proie ou elle laissa une entaille d’un geste rapide et précis, du sang commença lentement à sortir de la plaie, Eikyuu regardait droit dans les yeux sa victime d’ailleurs elle venait de penser à quelque chose…

_ Tient au fait c’est quoi ton prénom hein ? Qu’est-ce que tu vas faire pour t’en sortir ? Crier ? Ou te battre avec tes propres moyens, montre-moi que tu n’es pas une petite larve qui ne demande qu’à être écrasée !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reckless & Wild
avatar

Reckless & Wild


Messages : 135
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 28
Localisation : Je ne sais pas ...

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Aucun
Maître/Esclave de: Personne pour le moment.

MessageSujet: Re: A la faveur de la nuit ... [Eikyuu]   Dim 17 Oct - 15:53

Pourquoi ne voulait-elle pas tout simplement s’en aller celle là ? Pourquoi ainsi l’humilier alors qu’elle ne demandait qu’à vivre ! La femme aux cheveux flamboyant la souleva comme une poupée de chiffon, en lui agrippant la cheville. Alors qu’une douleur déchirante lui traversait le pied, lui arrachant un cri de douleur, se fut ses cheveux qui lui firent alors mal, une douleur si intense et horrible à la fois … Son crâne lui donnait l’impression qu’il allait éclater tant la douleur devenait insupportable. Toujours dans son délire sadique psychédélique, la rouquine alla plaquer Denna contre le mur, lui arrachant un second cri, plus fort, qui fut masqué par le bruit de la chair que l’on plaque contre un mur en brique.

Alors que ses yeux ne distinguaient plus très bien les couleurs, et que tout autour d’elle se voilait d’un opaque voile noir, elle sentit un frisson glacé parcourir son corps, le souffle d’un courant d’air qui s’engouffrait dans cette ruelle, puis celui de la lame qui passait sur son corps comme une caresse froide et mortel à vous glacer le sang. Haletante, maintenue au mur par cette main de fer. En ces heures froides et glaciales, la poigne de fer d’une humaine s’apparentait à celle d’un démon exerçant sa démence et ses abus de pouvoirs sur une pauvre esclave, révélant sous l’éclat de la lune à quel point cette île était dépravée et nécrosée jusqu’en dans son être, jusqu’à son concept …

Se qui l’empêcha de tomber dans le coma fut cette sensation de chaleur qui tombait maintenant le long de sa cuisse, contrastant avec le froid qu’elle subissait jusqu’à présent, et d’une voie mielleuse qui lui apparut comme lointaine et flou qui ne lui demandait qu’une seule chose … Son prénom … Etait-ce la même personne ? Toujours cette humaine au masque démoniaque, aux cheveux de braise et au regard joueur ? Pourquoi soudainement s’intéresser à une chose sans importance comme un nom ?

On l’avait battue et maltraitée, et maintenant, comme rongée par le remord, elle lui demandait son prénom ? Est-ce que cette dernière petite parcelle d’identité pouvait avoir un sens pour cette femme ? La clarté revenait peu à peu aux yeux de Denna, qui rouvrait doucement les yeux, regardant cette main qui lui tenait la gorge. Finalement, son destin la rattrapait. Elle était au bord de l’agonie, et tout se qu’on lui demandait, tout se qui inspirait cette démente, c’était un prénom, la chose la moins probable au monde en vu des évènements.

Sa main s’agrippa à l’avant bras de la guerrière, serrant autant qu’elle pouvait de ses maigres forces. Sa nuque était étrangement tiède maintenant, presque moite, et pourtant si agréablement chaude. Alors qu’un liquide aux teintes vermeil s’écoulaient sur la nuque de la jeune esclave, puis jusque sur les doigts de la femme de fer, s’insinuant sous l’armure, le regard perçant de la jeune esclave regarda froidement le regard malsain de la femme en face d’elle.

« Pour toi … Je n’ai pas de nom … »

Quitte à mourir, autant que son nom ne soit pas souillé outre mesure. Ses mains serrèrent un peu plus le bras couvert de métal de la rebelle, tentant de repousser ce corps musclé entraîné à ce battre alors qu’elle n’en avait jamais eu l’occasion. Dans un geste désespéré, son pied nu alla se loger dans le genou de la guerrière dans un bruit mat. Bien qu’il s’agissait d’un geste insensé, elle le faisait malgré tout, criant de surcroît.

« Lâches moi ! »

Elle se débattait fébrilement, tandis que la jeune guerrière la maintenait sans mal contre le mur. Elle jouait des bras, des mains et des pieds pour lui faire lâcher prise … En vain. C’était peine perdue, et pourtant elle s’acharnait à la faire lâcher. Denna sentait que la fin approchait, elle n’avait plus beaucoup d’options, et ses maigres forces ne lui permettaient en aucun cas de fuir, ou même d’aller se cacher.

« Monstre … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
☼♪Flamboyante & Sanglante♫☼
avatar

☼♪Flamboyante & Sanglante♫☼


Messages : 391
Date d'inscription : 31/05/2010
Age : 27
Localisation : ♠ Rôde partout & ailleurs

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Celui de manier le scalpel et les épées ♥
Maître/Esclave de: De moi même/De mon autre moi...

MessageSujet: Re: A la faveur de la nuit ... [Eikyuu]   Mer 20 Oct - 12:19

L’excitation monta d’un grand quand elle avait entendu l’esclave crier de douleur, c’était tellement bon, mais pas encore assez malheureusement, il en fallait plus à la rouquine pour la faire arriver au septième ciel, façon de parler bien sûr, c’est qu’elle finissait toujours par atteindre un stade ou elle en pouvait plus et qu’elle perdait toute notion. Enfin là elle avait encore de la marge, la partie ne faisait que commencer, il faut toujours prendre son temps avec les meilleurs jouets, c’était toujours plus de délice et de plaisir à les torturer aussi bien physiquement que moralement, enfin pour Eikyuu elle préférait la torture physique, n’étant pas très clair dans sa tête ce n’était pas elle qui allait traumatiser quelqu’un moralement. Quoi que si ça lui arrive quand même, mais elle le faisait avec des enfants ou des jeunes adolescents, là c’était plus simple et facile, que briser quelqu’un de plus âgé ça devenait difficile, mais bon là avec cette esclave bah ça fonctionnait bien les deux. Et encore ce n’était pas du tout fini, si la rouquine avait entaillé la cuisse de la jeune femme c’était pour qu’elle reste un minimum conscient, bah oui un jouet qui s’évanouit n’est plus marrant à faire souffrir, elle voyait bien que l’esclave n’en pouvait plus, il est dommage pour elle que rien de tout ça ne soit un cauchemar. Bref la jeune fille attendait que l’esclave lui réponde sur son prénom, pourquoi le lui demandait elle, simple curiosité, non pas vraiment en faite c’était juste pour savoir le nom de son jouet, voir si elle pourrait le graver à la lame sur le corps de sa victime, et oui le prénom en faite c’était juste pour son éclate. Mais bon certes c’était bizarre mais quand on est ainsi plongé dans la folie et le démence, on ne contrôle plus rien, juste son envie, on dit des choses alors qu’en faite ce n’est pas grave, bref Eikyuu tenait toujours le cou de la jeune femme, elle le serrer toujours mais ne serra pas d’avantage pour le moment… Par contre l’esclave semblait avoir encore de la force et vouloir s’enfuir d’ici et loin de la rebelle, elle venait de poser sa main sur l’avant bras d’Eikyuu et elle serait, la tueuse afficha un sourire mauvais, regardant le regard perçant et froid de l’esclave, enfin un peu de rébellion, elle lui balança même qu’elle n’avait pas de nom pour la rebelle. Celle-ci éclata de rire, un rire sadique et cruel, qu’est ce qu’elle était marrante celle là alors, la rouquine soupira grandement secouant légèrement la tête, elle calma son fou rire se replongeant dans le regard de sa proie, elle l’observa quelque instant en silence puis afficha un sourire presque normal.

_ Dommage… Faut que je t’en trouve un alors !

Les mains de l’esclave continuaient de serrer le bras de la rebelle, elle y allait quand même fort, des marques commençait à apparaitre sur son bras, mais bon elle ne sentait pas grand-chose niveau douleur, donc bah elle regardait juste ça ne haussant un sourcil, c’était tellement misérable penser pouvoir s’en sortir ainsi. Et non elle était mal partie, mais bon ça amusait énormément Eikyuu donc bah tout allait bien dans le meilleur des mondes, mais bon le meilleur arriva ensuite quand l’esclave d’un geste visiblement désespérée, donna un coup de pied nu dans le genou de la rouquine qui ne broncha pas, certes il y avait eut un bruit mat mais aucune douleur… La rouquine soupira, fermant les yeux, elle avait bien visée cette esclave quand même, heureusement qu’elle ne sentait pas la douleur parce que là elle aurait eut mal et peut être même lâché sa proie, mais bon ça personne ne le saurait vraiment, l’esclave se débattait, avec ces bras et ces pieds, mais la rouquine ne bougeait pas d’un pouce, gardant les yeux fermés. Elle ouvrit brusquement les yeux après le dernier mot de la jeune femme, monstre comment osait elle dire ça, enfin d’un côté c’était un peu véridique mais bon il semblait que cela ne plaise pas à la rebelle qui resserra d’un coup son étreinte sur le cou de l’esclave.

_ Monstre non je suis une humaine contrairement à la plupart de la population de l’île, se sont eux les montres, ce que je fais c’est humain !! Elle éclata de rire elle perdait complètement la tête. Monstre monstre, si c’est comme ça que tu me vois tant mieux !!

Elle tira avec violence le corps de la jeune fille et elle la balança brutalement sur le sol, elle s‘approcha ensuite du corps faible, après avoir débloqué son genoux, elle donna un coup de pied dans le ventre de celle qui était par terre, puis elle s’installa dessus, en soupirant, son épée était posé juste à côté, elle avait un scalpel en main. Elle tourna la tête vers le jeune fille, puis elle lui entailla délicatement la joue droite, lui caressant l’autre joue, ses yeux brillaient d’une étrange lueur ce n’était plus la même que tout à l’heure, qu’est ce qui pouvait bien lui passer par la tête hein, aller savoir c’était du Eikyuu tout craché quand elle n’était pas elle-même.

_ Te reste t il encore de la force, j’aime te regarder te débattre comme ça…

Bien sûr elle se fichait bien de la gueule de la jeune fille, ça l’amusait plus qu’autre chose, elle s’amusa ensuite à lui faire des petites entailles au scalpel un peu partout sur le corps, les jambes les bras le ventre, puis elle se leva en douceur, reprenant les cheveux de l’esclave elle la traina ensuite sur le sol, elle c’était remit à chantonner…

_ Bon il est temps que j’en finisse avec toi…

Ah le rebelle allait donc passait à la dernière étape en faite, elle emmenait sa proie dans un coin un peu plus loin, chantonnant toujours, elle ne remarqua que son scalpel qu’elle tenait en main, bah lui glissa entre les doigts et tomba sur l’esclave dans la blesser pour autant, il roula sur le corps de la jeune fille, c’était peut être une chance pour l’esclave de s’en sortir, si elle osait prendre son courage à deux main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reckless & Wild
avatar

Reckless & Wild


Messages : 135
Date d'inscription : 08/09/2010
Age : 28
Localisation : Je ne sais pas ...

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Aucun
Maître/Esclave de: Personne pour le moment.

MessageSujet: Re: A la faveur de la nuit ... [Eikyuu]   Mer 20 Oct - 13:10

La vaine résistance qu’elle avait imposé à la rebelle ne lui avait visiblement rien fait, à vrai dire, elle commençait sérieusement à douter de l’humanité de la jeune femme, malgré ses dires. Comment un humain pourrait-il être aussi cruel avec un de ses semblables ? De surcroît avec une esclave aussi chétive que Denna … Ca n’avait pas de sens, et comme pour appuyer ses macabres pensés qui hantaient son esprit, la femme au cheveux de braise la jeta au sol, et vint lui coller un violent coup dans le ventre.

Son sang ne fit qu’un tour, la douleur éclata dans son ventre avec une intensité rarement égalée dans toute sa vie d’esclave. Elle toussa longuement à plein poumons, gémissant de douleur, tremblant de la tête aux pieds. Pourquoi tout cela lui arrivait maintenant ? L’avait-elle mérité pour avoir osé chercher le bonheur et les plaisirs simples d’un foyer auprès d’Arios ? Non, tout cela était impossible … Cette femme n’était qu’un monstre. Après tout, c’est une chose qui ne se juge pas sur le physique, mais bien sur les faits. Et dans le cas présent, le véritablement monstre dans cette ruelle confinée était la rebelle.

La lame du scalpel passait et repassait sur son corps à différent endroits, entaillant sa chair, laissant couler un peu de sang sur son corps, sur le sol froid, sur les doigts de son bourreau … Elle était là, impuissante, incapable de réagir. Bien que peu profonde, les plaies formées par l’outil brûlait, picotait, et irritait sa peau blanche … La rouquine l’attrapa soudainement par les cheveux, commençant à la traîner derrière elle, laissant une légère traîné rouge là où le corps passait. Et tandis que l’air que chantonnait la jeune femme rompait le silence, l’esclave se résigna peu à peu, acceptant plus ou moins son destin.

Alors qu’elle n’avait plus qu’une envie, que cette douleur disparaisse, que son humiliation ressentit s’évanouisse, par tous les moyens possibles … Des lèvres de la rouquine s’échappèrent une phrase qui eut l’effet d’une bombe sur l’esclave … Une phrase qu’elle avait déjà entendu un nombre de fois incalculables, une phrase horrible qui signait son arrêt de mort. Ses mains se crispèrent sur son ventre douloureux. Comme un écho, ces quelques mots raisonnaient en écho dans sa tête, s’amplifiant chaque fois qu’elle se le répétait …

_ Bon il est temps que j’en finisse avec toi…

En finir ? Maintenant ? Non … C’était impossible ! Pas maintenant, pas déjà ! Alors que la douleur se faisait plus vive au fur et à mesure que la jeune femme reprenait du poil de la bête, un objet froid vint se coller à ses doigts. Ses doigts se refermèrent dessus, par réflexe, et une légère douleur empourpra sa main, ses doigts devinrent moite, et elle sentit un liquide agréablement tiède s’écouler sur ses doigts. Identifiant à tâtons le scalpel avec lequel la rouquine l’avait torturé, elle le fit tourner entre ses doigts, attrapant fermement le manche.

Aux portes de la mort, n’importe qu’elle action, quel quelle soit peut s’avérer stupide, mais salvatrice … Après tout, elle n’avait plus rien à perdre à l’instant précis. Levant le scalpel au niveau de ses yeux, elle le regarda longuement, hésitant entre abréger ses souffrances, ou tenter de s’enfuir. Un infime mouvement de la rouquine laissait entendre qu’elle allait bientôt s’arrêter maintenant, ou bien qu’elle cherchait quelque chose. Telle une bête en cage complètement acculée, Denna se tourna dans un mouvement rapide et maladroit. La main de la rouquine l’empêcha de tomber, et alors que celle-ci se retournait pour voir se que tentait de faire l’esclave, cette dernière, prenant appuie sur sa droite, attrapa le haut du bras de la rouquine, et enfonça profondément le scalpel juste en dessous du poignet de la rebelle.

Dans un mouvement de recule, elle sentit la main de la femme lâcher ses cheveux, poussant un cri partagé entre la surprise et la douleur. Alors que la rebelle se reculait de quelques pas, la jeune esclave se redressa. Qu’avait-elle fait ? Elle regarda la rouquine, sa main valide était crispé sur la l’entaille que venait de lui faire l’esclave, et Denna regardait la scène, tenant toujours le scalpel entre ses doigts, tremblant de la tête aux pieds. Les larmes aux yeux, elle fit se dont elle ne se saurait pas cru capable à l’instant présent. Ses pieds nues raisonnèrent dans l’étroite ruelle, sa main agrippa la veste en lambeau pour cacher son corps marqué par l’acier chirurgicale. Elle partit en courant, se jetant en plein milieu de la foule de la grand rue principale, remontant la rue en courant … Courant à perdre haleine, elle courut, encore et encore, heurtant les gens sans voir où elle allait, courant encore et encore, quittant la foule à la faveur d’une ruelle étroite, bifurquant une nouvelle fois, sans s’arrêter …

Finalement, n’en pouvant plus d’avoir ainsi cavaler, sans savoir où elle était, sans savoir si elle était ou non suivit, elle sera fermement le scalpel entre ses doigts, et s’écroula derrière la haie d’une maison relativement luxueuse. Tombant sur une verte pelouse sans comprendre se qui venait de se passer, sans savoir où elle se trouvait … Et à vrai dire elle s’en moquait. Tout se qu’elle espérait, c’est qu’elle avait réussi à semer cette folle furieuse.

Tout se qui importait, c’était que maintenant, elle était sauve, du moins c’est se qu’elle pensait, elle s’imaginait être tranquille, et respirait à perdre haleine, reprenant son souffle. Comme par enchantement, et maintenant qu’elle venait de s’arrêter, elle ressentit de nouveau les vives douleurs qui parcourait son corps dénudée. Des hématomes divers et variés apparaissaient déjà sur son corps meurtrie, et des plaies qui parcouraient son corps continuaient de s’écouler un peu de sang. Par chance, aucune des blessures pas scalpel n’était profonde.

Sa tête lui tournait. Ainsi allongée sur le ventre, sa main libre agrippa la pelouse, la veste en lambeau recouvrait partiellement son corps, laissant entrevoir son ventre, ses cuisses, ses jambes, et toutes les blessures encore fraîches qu’elle avait subis … Toujours à la faveur de la nuit, elle se laissa bercer par le souffle léger du vent, les embruns marins que l’on pouvait respirer au loin … Sombrant peu à peu dans une transe entre le coma et le sommeil …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la faveur de la nuit ... [Eikyuu]   

Revenir en haut Aller en bas
 

A la faveur de la nuit ... [Eikyuu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuutou No Shima :: Rues animées-
Partenaires
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com