AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Paradise Lost [Privée Louva]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joueuse Capricieuse
avatar

Joueuse Capricieuse


Messages : 704
Date d'inscription : 10/08/2010
Age : 29
Localisation : Sens-tu ce souffle sur ta nuque ?..

Passeport de YNS
Race: Succube
Pouvoir: Murmures ennivrés
Maître/Esclave de: Nianiania maîtresse de Louva et Neil !

MessageSujet: Paradise Lost [Privée Louva]   Mer 22 Sep - 16:17

Le bruit des talons contre le sol raisonnaient dans ce quartier résidentielle de l’île. Un rythme soutenue, et un autre plus rapide et plus lointain. Jiay marchait devant, guidant sa jeune servante qui la rattrapait en courant et en criant de l’attendre. Le silence de la nuit avait quelque chose d’envoûtant, c’était surréaliste … Un calme ambiant brisé par seulement deux jeunes femmes qui se dirigeaient vers la sortie de la ville.

Après quelques minutes de marche, le béton coulé laissa place au sable fin. La plage s’étendait à perte de vue, une immensité de sable bordé par une mer d’huile où se reflétait la pâle clarté de la lune. Cet astre était d’ailleurs la seul source de lumière sur cette plage à l’écart de la ville.

La succube continua d’avancer, s’enfonçant un peu plus le long de cette plage, elle marcha un long moment, puis finalement s’immobilisa. Elle regarda autour d’elle, constatant qu’il n’y avait pas âme qui vive excepté sa jeune esclave. Finalement, elle se laissa tomber dans le sable, et enleva ses chaussures tandis que Louva peinait à la rejoindre en traînant avec elle le sac au nombreux vêtements.

« On y est … »

Assise dans le sable, fixant l’horizon qui semblait sombrer dans la mer couleur pétrole. Le bruit mat du sac posé dans le sable tira la jeune maîtresse de sa torpeur, tandis que Louva se laissait tomber à côté d’elle en reprenant son souffle.

Après tout, elle ne lui avait pas fait de cadeau depuis le départ du club de streap tease, et, sans vraiment chercher à la semer, la gardant toujours à l’œil, elle lui avait fait traverser la ville presque de part en part à un rythme effréné tout en lui faisant porter un sac après l’avoir fait danser à moitié nue devant un public composé d’hommes plus ou moins net.

Une soirée qui avait grandement amusé la jeune succube, mais maintenant, après la lumière aveuglante des spots, le son tonitruant qui sortait des enceintes, la jeune femme aux yeux de braises ne rêvait plus que de calme et de silence.

« C’est si calme tout d’un coup … »


Elle était presque mélancolique, sa voie trahissait sa fatigue …

« C’est un peu mon havre de paix … Mon petit paradis perdu à l’écart de toute civilisation, où je sais que personne ne viendra m’embêter … Pas à cette heure-ci du moins. »

Elle ricana toute seule. Le seul son qui brisait le silence nocturne était le vas et viens des vagues qui s’échouaient paresseusement sur la plage. Puis soudainement, sans prévenir, Jiay se releva. Ses pas la conduisirent au bord de l’eau. Ses pieds nue appréciaient la fraîcheur de l’eau, et elle resta ainsi quelques minutes, immobile devant cette immensité obscur et pleine de mystères. Un demi sourire au visage. Elle tourna la tête vers Louva qui reprenait son souffle.

Sa tête se tourna de nouveau vers l’eau, elle eut un temps d’hésitation, puis finalement, elle haussa les épaules. Sa main s’égara dans son dos à la recherche de la fermeture éclair qui permettait d’attacher la tenue. Elle la fit glisser, laissant tomber la tenue d’un blanc immaculé dans le sable. La main toujours dans son dos s’égara sur l’attache de son soutien gorge qu’elle dégrafa d’une main experte, le laissant tomber à côté de la tenue blanche. Une vague vint lui lécher le bout des doigts pieds se qui la fit frémir. Il n’y avait personne ici, personne à part elle et sa jeune esclave. Elle retira également sa culotte, qu’elle déposa dans le sable à côté de ses affaires. Puis, pas à pas, elle avança vers la mer …

Ses pieds, ses jambes, son bassin, son ventre, sa poitrine … Chaque fois qu’elle descendait d’un niveau, des frissons parcouraient son corps, lui faisant parfois échapper une exclamation de surprise. Bien que la nuit était fraîche, ce n’était pas comparable à la température de l’eau qui elle était glaciale. Elle resta ainsi dans l’eau, la tête levé vers le ciel, regardant les étoiles et la lune tout rêvant à moitié éveillée …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm a toy
avatar

I'm a toy


Messages : 364
Date d'inscription : 12/08/2010
Age : 26
Localisation : Surement avec sa Maîtresse au bois dormant.

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Aucun
Maître/Esclave de: Esclave de Jiay Phage

MessageSujet: Re: Paradise Lost [Privée Louva]   Mer 22 Sep - 20:45

Dans toute la ville elle avait trainé sur des kilomètres ce sac d'une lourdeur absolument terrifiante, et plus le trajet durait, plus le poids se faisait pressant, comme si la gravité désirait attirer seulement son fardeau. Et puis les gens... Oui les gens ! Ceux qui ne cessent de te lancer des regards désagréables, ceux qui en voiture te reluque en croyant que tu ne les voient pas, ces gens la qui font que Louva s'énervait toute seule, trainant ce fichu sac qui tombait à ses pieds augmentant sa charge. Et le pire, le pire de tout c'était sa Maîtresse qui en aucune façon ne l'attendait ou marchait à son rythme. Au contraire elle faisait des grands pas sans se soucier d'elle.
Alors que Jiay était loin devant, la jeune esclave elle vociférait:

« Mais c'est pas vrai ! Elle pourrait m'attendre ! Si elle crois que c'est facile de trainer un camion pareil avec ma force ! »

Les remarques de la succube ne faisait qu'amplifier sa colère qui, heureusement, n'explosait pas à coté d'elle.

« Dépêche toi ! Et nianiania et nianiania... Ta qu'à le porter toi même ton truc ! »

Sous sa fureur se décèle tout son manque de dressage qu'elle n'a jamais reçu. Alors que perdu dans une tempête qui ferait chavirer plus d'un navire si c'était une déesse. Sous sa colère divine elle se ferait un malin plaisir à noyer des villes entières juste pour pouvoir se calmer. Puis sans s'en rendre compte son pieds s'enfonça dans quelque chose de moue, brulant, à la fois agréable et désagréable, et surtout traitre manquant de justesse de la faire tomber. Du sable ! Fichu petites créatures qui s'infiltrent partout, s'accrochant à ta peau, l'irritant, impossible à enlever surtout quand la peau est mouillée ça se transforme en plaque de l'horreur changeant de couleur puis revenant toute dure. La jeune esclave voyait ça comme des villages de schtroumpf gênant qu'elle prenait un malin plaisir à écraser comme une gamine, sauf que la c'était pas un village qui s'étendait mais un océan de ces petites bêtes.

« Bon sang, quel galère ! »


Sa Maîtresse s'installa sur la plage assise face à la mer noir, les pieds trainant, écrasant tout sur son passage, Louva se plaça à coté d'elle en parachutant le sac comme une bombe sur une colline peuplée de ces créatures qui fit l'effet d'un souffle violent tout autour de l'impact. Les yeux levés vers le ciel, elle lâcha une plainte et s'affala dans le sable, grimaçant vite avec les grains de sable s'insérant dans sa tenue.

La succube prit un bain dans la mer, de loin elle voyait sa silhouette se déshabiller, lui donnant secrètement envie d'elle. Mais ces idées furent vite chassées d'un secouement de tête.

« Elle va se noyer... »

Il n'y eu d'abord aucune réaction de la part de l'esclave, comme si le désintéressement total que sa maîtresse meurt ne l'intéressait pas, voir tant mieux, son regard fixait la mer si sombre et si triste... La nuit donnait une ambiance mélancolique, mais dangereuse. Ses yeux regardèrent autour d'elle, il n'y avait personne... Pas l'ombre d'un chat, au loin la ville éclairait légèrement de ses lumières la plage et l'eau qui reflétait tout.

Soupirant fortement, Louva se décida à suivre la succube, délaissant ses vêtements sur le chemin, une pièce après l'autre, sa jupe écossaise, son haut noir qui dévoila sa poitrine nue sans soutien gorge, interdit par la succube du moins elle ne lui en avait pas donné. Et arrivée à l'eau elle leva ses jambes pour retirer sa petite culotte blanche en dentelle pour la jeter au loin sur la sable en direction du sac.

L'eau était froide mais pas tant que ça... Pourtant quand elle avançait chaque fois que l'eau gagnait du terrain sur sa peau, brûlant chaque parcelle de son corps et d'autant plus lorsqu'elle arriva au niveau du ventre, extrêmement sensible à ce changement de température, elle grimaça pour finir par s'approcher maladroitement de sa Maîtresse, lutant contre les vagues.
Le noir la terrifiée, elle avait peur, cette impression que tout cherchait à l'envelopper, l'enlever pour qu'elle meurt dans d'horrible condition. Ce géant abîme qui s'étalait devant les deux filles, rendait très mal à l'aise l'esclave.

« Faut... Faudrait peut être revenir sur la plage, c'est dangereux ! S'il vous plait »

Sa colère avait totalement disparut faisant place à l'angoisse, sa peau qui avait tant transpirée rajoutait le sel sur la surface, l'odeur de la mer était désagréable, elle n'aimait pas ça. C'était répugnant, cracra, infecte, ça lui piquait le nez. De moins en moins rassurée elle s'approcha de la succube:

« Il peut y avoir des poissons, des gros faudrait vraiment sortir, en plus on peut nous voler nos affaires, je veux pas rester nue moi après...»

La jeune esclave se colla contre Jiay à la recherche de soutiens, c'était un terrain où la peur était omniprésente pour elle. Elle avait appris à nager avant d'être capturée pas le cas de nombreux esclaves, mais la pour elle c'était plus une question de savoir nager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joueuse Capricieuse
avatar

Joueuse Capricieuse


Messages : 704
Date d'inscription : 10/08/2010
Age : 29
Localisation : Sens-tu ce souffle sur ta nuque ?..

Passeport de YNS
Race: Succube
Pouvoir: Murmures ennivrés
Maître/Esclave de: Nianiania maîtresse de Louva et Neil !

MessageSujet: Re: Paradise Lost [Privée Louva]   Jeu 23 Sep - 23:22

Elle ne pensait pas que la jeune esclave viendrait la rejoindre, cependant se fut une agréable surprise. La voie de Louva tressaillait, trahissant sa peur … La succube sentit le corps frêle de la jeune femme se coller contre le sien. De quoi pouvait-elle bien avoir peur ? De l’eau ? C’était la chose la plus probable pour une esclave au passé douteux, un passé dont Jiay ne savait rien. Elle réalisa que sa jeune servante était en fait pleine de mystère, un peu à la manière de cet océan bercé par la lune d’argent, en elle existait un profond mystère … Insondable, à moins que …

« Tu ne sais pas nager ? Comme c’est étrange … Enfin, sa me rassure, tu ne tenteras jamais de quitter l’île à la nage comme ça … »

Elle ricana, se tournant vers la jeune femme effrayée comme une gamine, la prenant dans ses bras.

« C’est marrant de te voir comme ça … Je devrais t’amener en pleine mer un jour … »

Elle sentit la jeune femme se crisper au creux de ses bras, se qui la fit éclater de rire, un rire qui raisonna au loin sur la plage déserte. Bien entendu, elle n’avait dis ça que pour l’effrayer, mais n’en avait pas du tout envie … A vrai dire, la nage n’était pas le point fort de la succube, et ceux, depuis son arrivé sur l’île.

Les yeux bleus glacés à peine visible de Louva amusait la jeune maîtresse. Si elles n’étaient pas aussi proche l’une de l’autre, cela aurait été beaucoup moins amusant … Elle passa délicatement sa main dans les cheveux de son esclave.

« Dis-moi … D’où viens-tu ? Tu es humaine, j’en déduis que tu n’es pas né sur cette île … J’aimerais en savoir plus sur toi … »

Elle caressa consciencieusement les cheveux de la jeune femme, appréciant les embruns marins, le doux remue des vagues qui balançaient les femmes d’avant en arrière, les portant dans une étrange dance monotone et morne, avec pour seul éclairage la lune qui brillait de tout son éclat. Et tandis que cette douce danse continuait, entrainant les deux femmes dans un doux slow, les mains de la succube parcoururent le dos de la jeune femme, la serrant doucement contre elle.

« Racontes moi ta vie d’avant … »

S’y intéressait-elle vraiment ? Avait-elle une idée derrière la tête ? Rien ne pouvait laisser savoir se qu’elle pensait, mise à par son petit sourire malicieux qui trônait sur son visage.

[HRP : J'suis un chouilla fatiguée, je ferais mieux la prochaine fois ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm a toy
avatar

I'm a toy


Messages : 364
Date d'inscription : 12/08/2010
Age : 26
Localisation : Surement avec sa Maîtresse au bois dormant.

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Aucun
Maître/Esclave de: Esclave de Jiay Phage

MessageSujet: Re: Paradise Lost [Privée Louva]   Ven 24 Sep - 15:36

L'eau les poussaient l'une contre l'autre, leurs corps s'entrechoquaient face à ces vagues bien que petites, assez fortes pour les faire bouger. Le silence était sans précédent, seul le bruit de la mer était perceptible, la nuit rendait ce lieu vide de toute âme comme si c'était la fin du monde, un noir total. C'est en cela que la jeune esclave s'accrochait à sa maîtresse comme une bouée, comme si sa vie en dépendait, la peur de la mort, la peur de se faire engloutir dans les bas fond où seul des êtres maléfiques et démoniaques vivaient. Pire que sur l'île ? A voir.

Les mains de Louva et ses bras entouraient Jiay, totalement crispée et peu rassurée. Elle pensait savoir nager mais en comprenant les paroles de la succube c'était en fait nager sans avoir pied. Chose impossible !

« Non... Non... Je ne sais pas nager. »

Sur ces mots elle serra un peu plus son emprise pour ne pas s'écarter de son ange gardienne. La lune brillait de toute sa splendeur, illuminant la plage et l'eau de son propre reflet. Donnant une douceur magnifique et poétique. L'oreille de la jeune esclave prêta attention aux paroles de la succube.
D'une voie timide elle lui répondit:

« Si... Si on peut déjà revenir au moins vers le bord ! »

Sa voie se transforma en un cri au trois derniers mots prononcés à cause d'une vague plus puissante que les autres qui l'éclaboussa jusqu'au visage. Jiay lui souriait presque sadiquement de la voir aussi effrayée et elle en rigola, d'un rire cristallin, clair qui était de bon cœur ce qui fit bouder royalement l'esclave, elle détestait qu'on se moque d'elle. La succube remarqua qu'elle rechigner alors toujours de son sourire espiègle cachant peut être une punition ou une nouvelle moquerie, elle lui tendit la main.

Louva dans un fort soupir de soulagement malgré qu'elle faisait la tête, elle prit la main tendue de sa maîtresse telle une enfant, et au sens des vagues qui les poussaient, elles se dirigèrent vers le bord de la mer. Lentement le niveau de l'eau autour de leur corps s'abaissait, délivrant la pauvre esclave de cette emprise angoissante, elle s'assit dans le sable mouillée où l'eau venait toucher à chaque fois, d'un geste maladroit elle ramena ses pieds contre ses fesses, entourant ses genoux de ses bras, le menton posé dessus.

Bien qu'il faisait toujours chaud sur cette île, la différence de température de l'eau la nuit avec l'ambiance en dehors était différente, au point de faire frissonner la jeune esclave. D'un claquement de dent elle ouvrit la bouche pour raconter sa vie d'une façon assez timide:

« Non je ne suis pas née ici.»

Ses mots furent extrais de sa bouche amèrement, c'était dur d'en parler au passé. Sa vie qu'elle ne verrait plus jamais, aujourd'hui seul la servitude et l'esclavage lui était offerte et rien d'autre à part la mort. Elle continuait toujours de faire la tête, en voulant fortement à sa maîtresse de l'avoir obligée à la rejoindre dans l'eau, son visage l'exprimait très clairement.

« Je viens d'une famille pas très riche »
Voir totalement pauvre ! « J'habitais dans un village où les gens ne nous aimaient guère. J'avais beaucoup de frères et sœurs ce qui faisait qu'on étaient souvent insultés. »

Elle prit une longue inspiration:

« Mes parents ont décidés de m'envoyer en ville chez quelqu'un pour que je puisse sortir de cette situation. Ils ont placés beaucoup d'espoir en moi. »

Des larmes commençaient à couler le long de ses joues, le contour de ses yeux rougissant fortement, très clairement visible par la blancheur de sa peau. C'était des perles de chagrin, elle s'imaginait le désespoir de ses parents, et elle connaissait le sien de ne plus jamais pouvoir les revoir.

« J'y est appris à lire et à écrire, et les petites choses pour pouvoir m'en sortir dans la vie. Puis... »

Sa voie se brisa:

« Lorsque j'étais sur le chemin du retour vers la maison j'ai été enlevée par des démons qui m'ont emmenée dans un bateau où j'ai étais parquée avec d'autres prisonniers, ils nous ont emmenés sur cette île. Puis j'ai été vendue au marché mais ça vous le savez. Forcement vous avez pas eu l'étiquette avec...»

Louva sentait la présence de sa maîtresse à coté, son regard à elle, se perdait au loin, les larmes continuant de couler le long de ses joues, les marquant au fer rouge. Le noir absolu devant elle donnait l'impression d'avoir les yeux bandés, comme sa vie. Jamais elle ne supportera d'être une esclave, jamais... Peut être que un jour on la fera changer d'avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joueuse Capricieuse
avatar

Joueuse Capricieuse


Messages : 704
Date d'inscription : 10/08/2010
Age : 29
Localisation : Sens-tu ce souffle sur ta nuque ?..

Passeport de YNS
Race: Succube
Pouvoir: Murmures ennivrés
Maître/Esclave de: Nianiania maîtresse de Louva et Neil !

MessageSujet: Re: Paradise Lost [Privée Louva]   Lun 27 Sep - 13:14

Elle écouta le long récit qui glaçait l’atmosphère, un drôle de passé qui émoustillait la jeune esclave au point de faire perler sur sa peau de lait des larmes qui étincelaient, et reflétaient les doux rayons de la lune … La succube n’imaginait pas ça de son esclave, elle imaginait plutôt qu’elle avait eu une vie quelconque comme la plupart des gens, qu’elle n’avait jamais connu la détresse et la misère, et pourtant …

Jiay hésita, elle avait si envie de prendre cette petite poupée de chiffon dans ses bras, de la câliner, de se montrer réconfortante … Mais ses bras restèrent figés, engourdis par le froid mordant. Son regard suivit celui de la jeune esclave vers l’horizon. C’était là bas que tous les esclaves de l’île rêvaient d’aller, vers un horizon lointain, loin de tout les démons, et autres monstres en tous genres … Louva ne faisait pas exception à la règle, et la succube le savait très bien. La jeune femme ne rêvait plus que de quitter cette plage, de s’envoler au loin, d’oublier sa vie de soumission sur l’île.

Les doigts de la succube aux yeux de braise s’enfoncèrent dans le sable à cette pensé, elle comprit que Louva ne rêvait plus que de partir, de retourner à son ancienne vie, elle agrippa cet amas de grains infimes et fins qui lui collaient à la peau … Ses bras frissonnèrent, ses muscles se raidirent. Des mots s’échappèrent de la bouche de la succube, un son à peine audible, un son qui se perdait, engloutit par le bruit des vagues.

« Tu n’as pas le droit … »

Elle sentit le regard de l’esclave sur elle, elle ne savait pas si la jeune femme avait entendu. Tête basse, elle contemplait le sable, les poings serrés. Les mots se brouillaient dans son esprit, elle avait envie de lui dire, de la supplier de rester avec elle … Mais se fut sa colère qui fut plus forte que sa raison. Sa main de desserra et alla se loger directement sur la joue de la jeune esclave. Le bruit de la claque raisonna, rompant le silence, puis de nouveau le silence s’installa. Un silence pesant et oppressant, le temps semblait s’être figé. Seules sur la plage, Jiay se tenait à moitié debout, tandis que Louva était sur le dos dans le sable.

Le souffle de la succube était saccadé, les poings serrés elle regardait avec férocité la jeune femme nue dans le sable. Elle laissa éclater sa colère.

« Tu n’as pas le droit ! Tu n’as pas le droit de vouloir m’abandonner ! Tu n’as pas le droit de regretter ta vie passé ! Je te l’interdis ! Tu es à moi ! Rien qu’à moi ! »

La folie rongeait l’esprit torturé de la jeune succube, elle ne voulait pas être seule, plus encore, elle ne voulait pas être abandonnée. Elle ressentit une jeune dans sa gorge … Avait-elle crié au point de se faire mal ? Elle passa sa main contre sa gorge en feu.

Les hypothèses et autres scénarios qu’elle avait imaginé avait obscurcis son jugement, et au lieu de prendre la jeune esclave en pitié, elle c’était montrée dure, froide et distance à son égard, allant jusqu’à la frapper … Elle finit de se relever, enlevant négligemment le sable collé à sa peau comme si rien ne c’était passé. Son regard rouge contemplait le corps frêle de la jeune femme, se délectant de cette faiblesse et peur viscérale qu’avaient les esclaves à l’égard des maîtres. Des monstres parmi les montres … La succube continuait de fixer la jeune femme encore au sol, abasourdie …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm a toy
avatar

I'm a toy


Messages : 364
Date d'inscription : 12/08/2010
Age : 26
Localisation : Surement avec sa Maîtresse au bois dormant.

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Aucun
Maître/Esclave de: Esclave de Jiay Phage

MessageSujet: Re: Paradise Lost [Privée Louva]   Lun 27 Sep - 14:34

Le sable lui collait à la peau de manière très désagréable et pourtant ce n'était pas son problème principal, un autre bien plus grave se passait en ce moment. Une goutte de sang s'écrasa par terre en silence, un silence qui reflétait la douceur de la nuit, la jeune esclave était allongée sur le sol. La violence de la claque l'avait envoyée balader sans le moindre problème, ça lui avait ouvert la lèvre et désormais un petit filet de sang coulait le long de son menton.

« Mais... Mais...»

D'abord apeurée, totalement perdue par ce qui venait de se passer, son regard tourna au défi, un défi furieux et violent, comme si toute la colère qu'elle avait emmagasinée ressortait d'un coups, cette claque avait été la clé de son coffre intérieur. Louva se redressa légèrement, la main sur la bouche et se mit à crier à son tour:

« A vous ?! A vous ?! Il n'y a que ça dans votre bouche ! »

Elle cracha par terre, une tâche de sang au pied de la succube.

« Voilà ce que vous me faites ! Je veux sortir de cette île ! Je veux rentrer chez moi ! Vous n'avez pas le droit de me frapper pour ça ! Je déteste être une esclave ! »

Désormais la pauvre esclave pleurait vraiment, des larmes coulaient, ses yeux brillaient, des larmes de haine mais aussi de douleur, dans ses cries sa voie monta dans les aigus sans le vouloir, se brisant.

« Je vous déteste ! Je vous hais ! »

Ses yeux plongés dans ceux de sa maîtresse, comme si elle lui lançait des éclairs. Sa joue avait tourné au rouge brulée, ça lui faisait mal. Louva sentait encore la présence de la main. Elle crachait ses mots presque comme du venin mais très vite elle comprit son erreur, Jiay avait l'air d'une folle et de nouveau la terreur l'envahit.

« Non... Pardon ! S'il vous plait ! Pardon ! »

Elle se jeta à ses pieds sans se préoccuper de sa nudité, de ces grains de sable qui la rongeait méchamment. Louva savait que ça lui couterait beaucoup et qu'elle aurait mal... Très mal... Elle était terrifiée à l'idée d'être remise sur le marché mais sans le savoir sa maîtresse tenait beaucoup trop à elle. Par contre la punition sera inévitable. Prosternée à ses pieds, grimaçant avec la douleur au niveau de sa bouche elle gémit:

« Je... J'ai dis ça sous le coups de la colère, je ne le pensais pas ! Votre gifle m'a déboussolée... »

La jeune esclave suppliait la succube, s'auto-humiliant elle même, prête à être frappée et humiliée à l'infini alors que pourtant c'était ça qui l'avait dégoutée. Mais Louva voulait atténuer le nouveau coup car elle savait très bien que ce n'était pas sa faute, jamais elle n'avait dit à Jiay qu'elle voulait partir, à part jusqu'à maintenant mais sous l'énervement, c'était à cause de la claque ! A cause de sa maîtresse mais pas d'elle. C'était pourtant le rêve de tout esclave mais comment une jeune femme comme elle qui en plus de ne pas savoir nager, sans argent, sans vêtement qui ne montre pas sa condition, avec les marques comme la gifle sur son corps, c'était impossible...

Prosternée, Louva n'osait pas lever la tête, sentant le regard furieux et presque folle de sa Maîtresse, seul le bruit des vagues qui s'échouaient dans un thème poétique désastreux qu'on pouvait comparer aux sanglots de la jeune esclave. Elle ferma les yeux redoutant l'inévitable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joueuse Capricieuse
avatar

Joueuse Capricieuse


Messages : 704
Date d'inscription : 10/08/2010
Age : 29
Localisation : Sens-tu ce souffle sur ta nuque ?..

Passeport de YNS
Race: Succube
Pouvoir: Murmures ennivrés
Maître/Esclave de: Nianiania maîtresse de Louva et Neil !

MessageSujet: Re: Paradise Lost [Privée Louva]   Lun 27 Sep - 16:38

Elle était là … Juste à ses pieds, la suppliant. Elle qui était toujours rebelle, toujours prête à défier l’autorité de sa maîtresse, à se laisser aller aux différentes qu’elle ressentait … Tout était allé si vite, et même si maintenant la jeune esclave implorait sa maîtresse, elle avait osé hausser le ton, elle avait osé se mettre sur un pied d’égalité avec la succube l’espace d’un instant. Pour toute réponse à se que venait de dire la jeune esclave, Jiay parla d’un voie calme, clair et parfaitement neutre, utilisant les termes utilisés par l’esclave.

« Tu … Me détestes ? »

Il y eut un silence, un long silence qui ne semblait pas se finir, la succube sentait tressaillir l’esclave à ses pieds … Puis finalement, elle éclata de rire. Un rire glacial, rien à voir avec ses petits rires de gamine amusée, cette fois-ci, c’était un son malsain qui s’échappait des lèvres de la jeune femme encore debout.

Elle se pencha, attrapant avec force les cheveux de Louva, tirant sur sa chevelure, la forçant à regarde la jeune maîtresse, de petits couinements de douleur s’échappaient des lèvres froides de la jeune esclave. Elle sentit les mains de l’esclave saisirent son poigné, essayant de lui faire lâcher prise … Peine perdu, la succube avait une poigne de fer, et le maigre physique de la jeune femme au corps frêle ne pouvait rivaliser.

« Qu’est ce que je vais bien pouvoir te faire pour que tu comprennes ?.. »

Finalement, elle relâcha la chevelure de l’esclave, la laissant retomber dans le sable. Tandis que la jeune esclave se remettait de ses émotions, la succube commença à faire les cent pas, tournant, retournant, telle une bête sauvage devant un animal blessé.

« Je … Je ne sais même pas … Comment te faire comprendre ? Comment ? »

Elle ricanait, énumérant diverses punitions plus ou moins cruelles dans sa barbe. De temps en temps elle s’arrêtait, fixait Louva … Puis reprenait sa marche.

« Comment te faire comprendre que tu n’es plus rien ! »

Jiay se posta devant la jeune femme. Un sourire sadique illuminait le visage de la succube.

« Tu ne comprends rien à rien … Tu passes ta vie à m’agacer … Et cette fois, tu es allée trop loin. »

Elle lui porta un violent coup de talon au flan, faisant tomber la jeune esclave sur le côté, lui coupant la respiration. La succube secoua la tête en regardant la jeune esclave se tordre de douleur.

« Et dire que je n’aime pas arriver à ses extrémités … »

Cette phrase sonnait faux, l’effet était accentué par le sourire qui trônait toujours sur le visage de la jeune femme. Visiblement, sa ne semblait pas l’outrer plus que ça de frapper son esclave
Aussi violemment, au contraire, elle semblait y prendre un malin plaisir, un plaisir sadique … Même si les idées se bousculaient encore dans l’esprit de la succube, elle laissa le temps de la réflexion à son esclave. Elle plia les genoux, se mettant accroupie face à la jeune esclave, toujours aussi souriante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I'm a toy
avatar

I'm a toy


Messages : 364
Date d'inscription : 12/08/2010
Age : 26
Localisation : Surement avec sa Maîtresse au bois dormant.

Passeport de YNS
Race: Humaine
Pouvoir: Aucun
Maître/Esclave de: Esclave de Jiay Phage

MessageSujet: Re: Paradise Lost [Privée Louva]   Lun 27 Sep - 18:43

Le coup fut brutal, comme si on lui enfoncé un piquet dans le ventre, la jeune esclave n'arrivait plus à respirer, pliée en deux dans le sable recroquevillée sur elle même, les mains sur la grosse trace rouge causé par le talon de Jiay. Louva gémissait de douleur, essayant en même temps de reprendre son souffle. Faut dire ce coup elle l'avait mérité si on se placer de l'autre coté, mais pour elle c'est absolument injuste.

Les larmes aux yeux, elle se tordait sous le regard de sa maîtresse pour son plus grand plaisir. C'est alors qu'elle croisa son sourire sadique, se délectant de battre son esclave, oui une esclave battue voilà ce qu'elle était. Difficilement elle se redressa, une main toujours sur son flanc, suffocant, du sable collé plein le corps qui l'irrité.

Et pourtant Louva lui lança un regard noir, noir de rancœur, avec un filet de bave qui tombait de sa bouche à cause de la violence du coups, elle trouva la force de parler pas pour l'insulter, cela ne servait à rien elle n'était pas idiote... Quoi que avec son caractère ça sortait vite, non la elle tenta de calmer le jeu. Mais la bouche ouverte elle tomba sur les fesses en voyant que le visage de la succube était si proche du sien. Les cuisses ouvertes, une main en arrière pour se retenir elle la fixait du regard, haletante.

« Je ne voulais pas... Je ne voulais pas...»

Elle décolla doucement sa main au flanc, réprimant une grimace douloureuse en voyant que c'était bien marqué, rouge foncé et ça allait tourner au bleu. Si on la voyait comme ça il était clair que les gens se moqueraient de la voir battue, il s'en moqueraient et s'en ficheraient. Elle ne pouvait avoir le soutiens de personne, personne...

Jiay parlait d'extrémités, de quoi voulait d'elle parlait ? Ça n'en était pas ça ? La frapper en prenant du plaisir. Son sourire lui glaçait le sang, ça faisait partie de sa personnalité à la différence de la vulnérabilité de la jeune esclave surtout mise à nue et battue comme ça, la succube elle gardait un contrôle total sur tout et son physique était le seul point faible de celle-ci et encore.

« Je vous en prie arrêtez ! Arrêtez ! »

Elle se protégea avec son bras libre, un bien faible rempart vu l'équilibre des forces, son corps semblait si fragile, si mince et vulnérable avec cette peau blanche elle pouvait marquer pendant des semaines voir quelques mois si ce n'était que des chocs. Elle n'était pour sa maîtresse qu'une chienne non dressée et la corriger permettait surement à la succube de soulager sa conscience.

Le vent la prit soudainement, l'obligeant à frisonner à foison, le vent fut si fort à ce moment précis que son cri fut pas si fort que ça

« J'ai compris ! »

Comme on dit des mots dans le vent, ils ne servaient à rien. La vie était injuste et elle l'apprenait contre son gré, une vie d'esclave n'est pas de tout repos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joueuse Capricieuse
avatar

Joueuse Capricieuse


Messages : 704
Date d'inscription : 10/08/2010
Age : 29
Localisation : Sens-tu ce souffle sur ta nuque ?..

Passeport de YNS
Race: Succube
Pouvoir: Murmures ennivrés
Maître/Esclave de: Nianiania maîtresse de Louva et Neil !

MessageSujet: Re: Paradise Lost [Privée Louva]   Mar 28 Sep - 12:48

Le vent frissonner la succube, un vent qui emportait au loin la phrase à peine audible de la jeune esclave. Elle lui jeta un rapide coup d’œil, regardant la lamentable créature à ses pieds qui ne pouvaient que subir les sauts d’humeurs de sa maîtresse. Jiay secoua la tête, se frottant le coin de l’œil, tournant le dos à Louva.

« J’espère bien que tu as compris … La prochaine fois tu finiras au fond de l’eau … »

Elle regarda au loin vers la ville, le temps allait se gâter, il valait mieux rentrer dès maintenant … De sombres nuages gorgés de pluie étaient entraînés par les vents violent vers la plage. La jeune maîtresse semblait las, son esclave faisait des siennes, et maintenant c’était la météo qui la dérangeait. Un long soupir s’échappa des lèvres de la succube, décidément, son petit havre de paix était le lieu de tous les ennuis.

Ses pas la guidèrent vers le bord de la plage où elle ramassa les vêtements qui traînaient encore près de l’eau. Elle fit demi tour, passa à côté de Louva, gardant les vêtements entre ses mains. Elle se figea un instant sans lui adresser le moindre regard.

« Prend le sac et suis moi, on rentre à la maison … »

La maison … Une grotte vétuste aménager pour un confort minimale. Cependant, ce mot était lourd de sens, aussi bien pour la succube que pour la jeune esclave. Maison signifiait pour Jiay une fin de journée, un endroit à l’abris, une tanière loin de la ville où elle vivait sa vie comme elle l’entendait … Mais pour Louva, c’était surtout le seul endroit où elle serait sûr de pouvoir dormir une nuit en toute tranquillité …

La jeune esclave venait à peine de se lever que la succube se dirigeait vers les fourrais d’un pas traînant. Elle marcha, longtemps, le bruit derrière lui indiquait que Louva la suivait toujours. Elle sentit une goutte d’eau lui tomber sur le bout du nez, puis une seconde sur l’épaule, puis une série de petite gouttelettes qui tombaient encore et encore dans un début d’averse.

Peu à peu, la pluie s’intensifia. Le climat changeait bien vite en pleine mer. Quoiqu’il en soit, cette pluie tombait bien, et n’avait rien de gênante pour les deux femmes encore nue qui erraient entre les buissons, suivant un sentier maladroit dessiner par les allers et venues de la succube. Cette douche improvisée permit à Jiay d’enlever le sable et le sel qui lui collait à la peau.

Finalement, les deux femmes arrivèrent aux avants de la grotte. La balade sous la pluie au milieux de la végétation avait été fait machinalement, c’était devenu une habitude de faire ce chemin. Louva réussit finalement à rattraper la succube qui avait la main posée sur la porte en bois. Celle-ci se retourna, regardant la jeune esclave trempée, qui tenait toujours le sac. Cette vision arracha un sourire à la succube.

« Tu m’as tout de même suivit … Je ne sais pas si c’est un choix par défaut, de la folie, du masochisme ou autre chose, et à vrai dire je ne veux pas le savoir, mais je pense que je vais oublier se que j’ai entendu cette nuit.
Elle ricana, on dira que l’alcool m’a fait oublier … »

Elle ouvrit la porte.

« Mais se n’est que pour cette fois ! »

Elle s’engouffra dans la grotte, laissant tomber les vêtements en vrac à l’entrée de la grotte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paradise Lost [Privée Louva]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Paradise Lost [Privée Louva]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuutou No Shima :: Plage-
Partenaires
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit